mardi 10 février 2015

La saison des caleçons longs


 C'est l'hiver, le froids est parfois piquant, surtout quand le vent souffle du Nord. Il faut se protéger les gambettes et les coucougnettes. Vous arrive-t-il de porter des caleçons longs ?













Bonne journée à tous !

18 commentaires:

  1. Bonjour Mister Damien!

    Je n'en porte pas puisque je n'en poss7de pas, mais ton article donne tous les arguments nécessaires pour avoir envie d'en porter, car ton choix de photos est juste parfaitement magnifique!

    Et toi, en portes-tu?

    Je te souhaite une belle et bonne (et sexuelle) journée!

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mister Opti-mix-tic.

      J'aurais été très étonné d'apprendre que tu possédais des longs caleçons et que tu en mettais parfois. A mon avis, les mecs qui en portent doivent être rarissimes. Je m'attends beaucoup plus à des réponses du style de celle de Melvin.

      En ce qui me concerne, je fais partie des exceptions. J'en possède et j'en porte chez moi. Je suis un peu fétichiste :)
      Je n'en ai porté en dehors de chez moi qu'à une seule occasion, il y a quelques années quand on a eu un hiver très rude avec 2 mois de neige et des températures en dessous de - 20°. C'est à ce moment-là que je les ai achetés. J'avais aussi acheté des grosses bottes en cuir avec de la fourrure à l'intérieur :)

      Bonne fin de journée - Bisous.

      Supprimer
    2. HUUMMM très excitant à apprendre surtout avec un ensemble de grosses bottes en cuir!

      Tu dois être très excitant ainsi ;-)

      Supprimer
    3. Ah mais les grosses bottes fourrées, c'est pour aller dans la neige. Je ne sors pas dans la neige en caleçon, je mets un pantalon au-dessus du caleçon. Pour le reste, je suis couvert de la tête aux pieds et je ne crois pas que ça doit être très sexcitant car il y a beaucoup de couches à enlever avant d'arriver à l'essentiel :)

      Supprimer
  2. mdr...c'est les vieux qui mettent ça .. en plus c'est un véritable tue l'amour

    Pour ma part à poil dés que je rentre à l’appartement été comme hiver

    Je dort aussi à poil ..

    Belle journée Dada

    je serais peu présent les prochains jours

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah ! Moi aussi, je suis mort de rire en lisant ta réponse. Je ne te savais pas métrosexuel :)

      C'est quoi un vieux pour toi ? Les mecs qui se trouvent sur les photos ne répondent en tout cas pas à l'image que je me fais des vieux.

      Ne galvaudons pas les mots ; il ne faut pas confondre amour avec désir sexuel. Un amour qui serait tué par un simple caleçon ne serait vraiment pas très solide !

      En tout cas, moi, vieux ou pas vieux, je me fous des conventions vestimentaires à la mords-moi le nœud. J'aime bien me mettre en caleçon long le soir chez moi et je vais même me laisser tenter par l'union suit.
      Ce qui me tente aussi, c'est la chemise de nuit et bien sûr le bonnet assorti :)

      Bonne journée et bon travail ces prochains jours - Bisous.

      Supprimer
  3. Je adore les chaussettes de sport, plus de longs caleçons!
    ici, la seule chose qui me attire ce est de voir la silhouette des bites, mais je dois admettre, et avec plaisir, que certaines images sont précisément érotiques (ex: #2 je l'ai déjà vu, mais je ne rappelle pas son nom; #4 sa bite; #7: Renato Ferreira toujours très beau; #10 Ben Godfre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour aller dans la neige en hiver, je ne mets pas des petites chaussettes de sport mais des grosses chaussettes bien chaudes :)
      C'est évident que le plus intéressant dans tous ces caleçon, ce sont les bites qui s'y cachent et se font deviner.
      Merci pour tes commentaires sur les photos.

      Supprimer
  4. Bonsoir chers auditeurs-voyeurs de Zobadada,
    Je me permets de fournir une intervention technique sur le sujet, qui, pour une fois, recherchera l'équilibre. C'est vrai que c'est pas spécialement sexy, mais cela peut justement trouver sa place dans la séduction sexuelle, ce qui rejoint le débat plus classique costard cravate versus chemise à fleurs, poilu versus imberbe, et aussi dévoiler versus cacher. Quand j’ai vu grand-père avec, j’ai effectivement trouvé cela ringard, mais GP a su nous montrer que tout trouve son emploi…. Surtout quand on a l’imagination. En particulier, pour moi qui suis pas mal poilu, le contraste torse poilu / caleçon bien blanc a de l’attrait (tu peux le voir d’ailleurs sur des photos que tu proposes).
    Donc, on en a qu’on utilise ainsi (on = pour nos séances avec mon frère) :
    Avec des meufs – car elles préfèrent qu’on ne montre pas trop nos « arguments » au début, elles sont plus lentes à monter en pression que les mecs -, plutôt des gonzesses 30 / 50 ans, avec des assortiments de type :
    - Torse nu, mais bracelets de cuir sombre ;
    - Caleçon avec ou sans ceinture de cuir épais en sautoir (par exemple moi sans et André avec) ;
    - La botte / bottine s’impose, pour le contraste et pour ajouter une touche maniérée contrastant avec le caleçon qui fait masculin austère. Par exemple botte de type après-ski en agneau plongé / retourné avec rebord en fausse fourrure (le style jeune tarlouze d’Avoriaz) ;
    - Perso je recommande d’avoir le paquet remonté vers le haut par un jock… Un petit plus, tu peux te huiler les fesses pour faire en sorte que la peau colle au vêtements, pour le moulage des formes et la douceur de la caresse qui te baissera le caleçon… un « chaud-froid sexuel », si tu permets la comparaison gastronomique !
    Pour finir, tu parfumes au-dessus de la ceinture et tu sers, à point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Charles.

      Merci pour ton commentaires et ces informations très instructives.
      Je suis bien d'accord avec toi. Avec un peu d'imagination, tout peut trouver un emploi. Ce n'est pas le vêtement en soi qui est important mais la façon dont on l'utilise pour exciter le partenaire :)

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  5. Je ne sais si je vais continuer à mettre des obscénités sur un blog si distingué... allez, j'ose, je m'autorise de la liberté sexuelle, je vais ENCORE parler de femme.

    La chemise de nuit a des charmes voisins, et, elle, je l’ai utilisée plus souvent. Recette originale :
    1. Prendre une femelle à la chatte gourmande mais pas aussi fréquentée qu’elle le souhaiterait. La dresser (au sens cuisine, eh !) en tenue où c’est elle qui va paraître la pute, même si c’est elle qui t’a fait venir : une nuisette ou un corset, avec jarretelles et c’est tout, en clair la chatte à l’air. Attention, pas les mains devant, bien exposée au regard.
    2. Mettre en face d’elle un beau mâle bien propret, au parfum ambigû, dans une chemise de nuit qui sent le linge bien propre et qui descend à mi-cuisse, fendue sur les côtés : on doit voir la force musculaire et l’assurance de l’homme, mais la virilité ne doit pas être agressive.
    « L’engin de combat » n’est que devinable. J’ai cité : mon André préféré, quand il suit bien les prescriptions de son frère-maître préféré.
    3. Placer sur le côté un mâle encore plus mâle, légèrement barbu, blouson cuit et futal sombre, chemise brillante, qui va mener le bal (moi, par exemple).
    4. Mec-chemise est assis, mâle-blouson debout. Mâle-blouson prend la femme par la main et la mène devant le lit où est assis mec-chemise. Il caresse, paluche et excite la femme, tout en caressant distraitement d’une autre main mec-chemise qui ne bouge pas. Quand-même, ce dernier a le bon goût d’avoir l’engin qui frémit et qui commence à se dessiner sous la chemise de nuit ;
    5. Amener les mains de la femme sous la chemise de nuit, pour une première perception du dragon en réveil. Ne pas tout lui faire goûter ;
    6. Amener ensuite la tête de la belle le long des cuisses, pour lécher les cuisses puis remonter vers la bête,
    7. Amener ensuite tes propres mains pour guider la manœuvre (car le frérot, c’est ta propriété et tu le dévoiles progressivement à la gourmande)
    8. Partager la sucette avec elle car la meuf, si salope soit-elle, n’est jamais plus qu’une meuf, c’est-à-dire qu’elle sait rarement bien sucer. Tu lui montres !
    9. Après, bien remonter la chemise de nuit sur –mec chemise pour lui sensibiliser les têtons ;
    10. Quand la femme tiédit, la faire « revenir » (cuisine !) par un jeu habile de mains entre les cuisses qui la mettra elle aussi en température ;
    11. La remonter sur le lit d’un mouvement de bras puissant mais naturel pour l’empaler sur la broche en attente de mec-en chemise pour la faire couiner comme il faut ;
    12. Quand « la soupape chuchote », arracher la chemise de nuit pour que celui du dessous – le dominé, je rappelle – soit à poil et en baissant son propre futal, sans plus (donc on garde le blouson, eh oui), crac la mettre profond dans la corolle pour qu’elle soit embrochée des deux côtés. Bien tenir frérot en même temps pour le triangle soit établi… profond.
    13. Normalement la volaille est rapidement en état de ravissement. Servir … au naturel.

    Cette recette est d’une certaine difficulté, mais on la perfectionne au fur et à mesure qu’on la pratique !
    PS : désolé, je n’ai pas de proposition pour toutes les tenues. Mais, j’ai encore qq années à vivre, j’espère, je ne désespère pas de me perfectionner !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, mon cher Charles, si tu viens parler de femmes ici, ce sont bien des obscénités que mes mâles oreilles ne peuvent pas entendre :)
      La recette peut m'intéresser si tu remplaces la femme par un mec. Par contre, le mec en liquette, ça me plait bien :)

      Supprimer
  6. Bien, je suis rattrapé par la pudeur, je n'irai pas plus loin. Toutes mes excuses!

    Donc, je vais essayer de me rattraper: tu sais que notre maison est accueillante, notamment pour les lycéens du lycée technique qui n'est pas loin, en particulier les jeunes blacks et beurs. J'avoue qu'on fait un peu de "discrimination positive": ils viennent faire un peu de conversation à nos femmes (je n'ai rien dit, hein!) et nous, on s'occupe "virilement " d'eux. C'est du "gagnant, gagnant".
    Comme les temps sont durs, il y a un peu de racaille dans le tas... qui n'aime pas trop les flics. Une fois, on a proposé à une paire d'entre eux de voir les flics sous un jour différent en empruntant des costumes de flics (rien d’illégal: magasin d’accessoires de cinéma) pour une séance en costume. C'est un peu hard, d'accord mais... cela peut te tenter?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A bien sûr, si tu me parles de lycéens, blacks, beurs et quelques peu racailles, avec des flics bien virils qui savent manier leur grosse matraque, ça peut me botter. Mais, il ne faut pas trop de violence, je n'aime pas ça :)

      Supprimer
  7. Mais, jeune homme, nous sommes des gens bien élevés! et si, d'aventure, nos pulsions nous entrainaient au-delà de la bienséance, nous saurions ne pas t'imposer le récit de ces excès. A bientôt, donc

    RépondreSupprimer
  8. j'ai un caleçon long, par pour le plaisir sexuel, mais je le portais pour faire du ski de fond, de la rando, et les jours ou le thermomètre approche les moins 20 degrés, comme en 2006 quand je suis allé à l'arrivée de la course transjurassienne, la tuyauterie, ça gèle !
    les paysans bressans dormaient avec la chemise bressanne, longue et chaude, mais un trou devant était prévu, pour madame et pour monsieur, ça évitait de prendre froid, mais ça servait de "glory-hole" ! pas de trou prévu derrière, a moins qu'un paysan retourne sa chemise ? moi, je dors nu, parfois un tschirt en hiver, mais jamais rien en bas, faut pas que ça chauffe trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Badinguet.

      Merci pour ton commentaire. C'est aussi pour sortir dehors par -20° que j'ai acheté mon premier caleçon long. Maintenant, on n'a pas des moins 20 toutes les années et donc je ne le porte pas pour sortir. Mais, j'aime bien le porter quand je suis seul chez moi. Je trouve ça très excitant avec l'ouverture devant qui donne facilement accès à la bite. Avec ça, je me donne l'impression d'être un vieux paysan du dix-neuvième siècle. La chemise de nuit avec rien en-dessous me tente aussi :)

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer