vendredi 20 février 2015

Tradition familiale - 3 - Josman

Voici le troisième épisode de la bédé de Josman "Tradition Familiale". Les deux premiers volets de ce triptyque ont été publiés le jeudi 22 janvier et le jeudi 5 février.








Bonne journée et bonne fin de semaine à tous !

26 commentaires:

  1. une grande histoire, une grande famille, ideale! puis l'échange de sperme est quelque chose de très précieux. Les pères nourrissent leurs enfants, avec la même substance avec laquelle les a produites. Brilliant!!!
    quel dommage que c'est fini!!!

    Evidemment merci et Happy friGAY!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, on ne s'ennuie pas dans cette famille, mon cher Xersex. Mais, ce n'est qu'une histoire, de la fiction, et non pas du réel.
      Bien sûr, si quelqu'un vit quelque chose de semblable en famille, il peut toujours nous raconter.
      Bon weekend !

      Supprimer
  2. Bonjour Dada ,

    Je retrouve avec délice ton blog âpres quinze jours de boulot intense

    Tu sais nous émoustiller pour cette fin de semaine

    J'espère que ton weekend sera bien juteux

    Pour ma part ce sera au travail - Bisous beau mâle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien mon pauvre Melvin, tu n'arrêtes pas de travailler pour le moment. Ce n'est pas sympa de te faire travailler autant. Je croyais que tu aurais au moins droit à tout ton weekend après ces quinze jours de travail intense.

      Je te souhaite beaucoup de courage - Bisous.

      Supprimer
  3. Bonjour Mister Damien!

    Qu'il est bon après une semaine de travaux de découvrir un nouvel épisode tout aussi passionnant que les précédents!

    Je te souhaite une bonne et belle fin de journée!

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mister Opti-mix-tic.

      Hé oui, les travaux, il faut bien qu'ils se fassent et, s'ils sont importants, il vaut mieux se faire aider par quelques ouvrier bien équipés :)

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer
  4. le sperme pour resserrer les lien familiaux je ne vois rien de mieux !!!
    comme une sorte de communion !!!
    ton histoire me fait fantasmer mon ami
    et mouiller mon caleçon !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis bien heureux de voir que autres aussi partagent ma semence-fixation!!!

      Supprimer
    2. Bonjour Christian.

      Ce n'est pas mon histoire, c'est celle de Josman. Un vrai régal !

      Je viens de découvrir ton blog sur tumblr.com (http://chris77130.tumblr.com/). C'est du très beau travail. Bravo ! Je l'ajoute dans mes liens :)

      Bonne fin de journée - Bisous.

      Supprimer
    3. Bonjour Xersex.

      Bien sûr, la mâle semence a quelque chose de magique, mais tout le monde n'en fait pas le même usage. Certains, comme toi, aiment le boire ; d'autres préfèrent l'avoir dans le cul ; d'autres encore, comme moi, préfèrent s'en faire arroser ; et bien sûr, il y a aussi tous ceux qui en aiment tous les usages :)

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer
  5. Très sympathique cette bande dessinée.
    Je viens vous raconter ma propre découverte du plaisir homosexuel.

    Ma femme, Sabine, et moi avons fait un voyage au Brésil. Nous avions déjà deux enfants mais nous ne les avions pas emmené avec nous. Le voyage était un circuit de 16 jours, en groupe, qui débutait à Rio puis Sao Paulo, Brasilia, Fortaleza, Recife, Salvador puis à nouveau Rio pour les deux derniers jours avant de rentrer en France.
    Un guide brésilien parlant français nous a accueilli à l'aéroport. Ma femme et moi étions les plus jeunes (33 ans) du groupe, alors que les autres personnes avait toutes au moins 50 ans. Nous étions une vingtaine au total plus le guide de 35 ans environ.
    Le voyage s'est très bien passé. Tout le monde était sympa. A Fortaleza, où nous passions deux jours, le guide, Eduardo, nous a proposé à Sabine et moi de nous montré la vie nocturne de la ville.
    Dans un bar de plage nous avons bu un verre et Eduardo a commencé à nous draguer ma femme et moi.
    Nous ne l'avons pas compris de suite, alors il s'est montré plus explicite et avec Sabine nous étions un peu abasourdi. Nous n'étions pas habitués à nous faire draguer tous les deux par un mec qui nous avouait tranquillement qu'il était bisexuel et qu'il aurait bien fait un plan à trois avec nous.
    Sabine et moi n'avions jamais fait ce genre de chose et moi encore moins avec un mec. Nous étions plutôt du genre classique avec Sabine dans notre sexualité, bien que très épanouis dans ce domaine. Mais un plan à plusieurs, sous entendant de la bisexualité pour moi, c'était inimaginable.
    La gentillesse d'Eduardo, son humour, sa beauté et les mots qu'il a employé pour nous dérider, ont fini par nous faire accepté. Nous sommes repartis à l'hôtel dans notre chambre. A peine nous étions nus qu'Eduardo avait la langue entre les cuisses de Sabine puis d'un coup il est passé sur ma bite. C'était dingue !
    Je ne vais pas vous raconter tous les détails, mais en gros Eduardo et moi avons sauté Sabine tous les deux. Il m'a demandé de le sodomisé, ce que j'ai fait. Il a voulu me baiser aussi et j'ai mis un peu de temps à accepter, mais je l'ai fait quand même sous l'encouragement de ma femme que tout cela excitait vraiment beaucoup.
    C'était tout de même très excitant pour moi aussi et j'ai vraiment appréciait tout cela.
    Eduardo a rejoint sa chambre en milieu de nuit et nous lui avons demandé de ne pas révéler aux autres ce qui venait de se passer entre nous trois. Nous lui avons signifié que même si nous ne regrettions rien cela ne se reproduirait pas. Il nous a répondu que c'était bien comme cela qu'il l'entendait. Nous n'en avons pas reparlé de tout le reste du voyage et il est resté lui aussi très discret comme si rien ne s'était passé.
    Après notre retour en France, Sabine et moi en parlions quelquefois ensemble mais très peu. Nous n'avions pas envie de renouveler l’expérience. Mais nous avons trouvé de nouveaux jeux sexuels entre nous en s'inventant des scénarios digne de films pornos inspiré de notre aventure.
    Je ne m'attendais pas à ce qu'au bout de plusieurs mois une envie de sexe homosexuel commence à me tarauder l'esprit. J'ai fini par céder à mes pulsions à l'insu de Sabine. Et j'y ai pris goût au point que ma sexualité, très épanouie avec ma femme avec qui nous avons eu un troisième enfant, s'est peu à peu accommodée de cette homosexualité au point d'avoir des problèmes d'érection avec ma femme (pas avec les mecs). Puis plus tard je n'arrivais même plus à bander avec elle.
    Alors je lui ai tout avoué et nous avons décidé de divorcer. Depuis je suis seulement homo et cela est connu de tout le monde y compris de mes enfants. Mon fils ainé (17 ans) m'a confié récemment être attiré par les garçons, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une copine depuis 2 ans. Sa mère n'est pas au courant pour ces attirances gays.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Florent,

      Je te remercie pour ton témoignage vraiment très intéressant. Sans cette petite aventure de vacances au Brésil, tu n'aurais peut-être jamais pensé avoir d'autres relations avec des hommes. Est-ce toi ou Sabine qui ne voulait pas renouveler l'expérience malgré que cela vous avait beaucoup plu à tous les deux ? Etait-ce par peur de mettre en péril votre ménage ?
      Si ton homosexualité est maintenant connue de tous, je comprends que ton fils a pu te parler librement de son attirance pour les garçons. Connaît-il ton histoire personnelle et le cheminement que tu as suivi avant de devenir exclusivement homo ? A-t-il déjà eu une expérience avec un garçon ? Il me semble qu'il serait intéressant pour lui de vérifier si cette attirance se confirme avant d'en parler avec sa mère et sa copine.

      A bientôt et bonne semaine.

      Supprimer
    2. Bonsoir
      Je viens répondre à tes demandes de précisions.

      Effectivement, sans la rencontre avec Eduardo, je n'aurais peut être jamais eu de relation homo. Je ne me connaissais pas cette attirance avant notre voyage. Sa proposition de plan à trois m'avait fait plutôt rire au début, je ne le prenais pas au sérieux. Quand j'ai compris que sa proposition était sérieuse, j'étais un peu gêné tout comme ma femme. Puis nous nous sommes laissé tenter. On voyait cela comme une expérience loin de la maison, de nos familles et de nos amis. En complète discrétion quoi. Alors on l'a fait.
      Un de mes amis dit que même si cela ne s'était pas passé dans ces circonstances, j'aurais fini par avoir des relations homos quand même parce que j'avais cela en moi même si je le savais pas. Et qu'à un moment donné, cela serait ressorti de toute manière. Peut être qu'il a raison, je ne sais pas.

      Le fait de décider ne pas renouveler l'expérience, avec Eduardo ou un autre, était un choix de Sabine et moi. Nous en avons discuté ensemble même après être rentré en France. Nous estimions que ce n'était pas notre style de vie. C'était une expérience, rien de plus. Mais que nous ne regrettions pas ni l'un ni l'autre.
      Les actes homosexuels m'ont beaucoup plu (à Sabine aussi qui était excitée de me voir sucer, enculer et me faire enculer), mais je ne me sentais pas homo pour autant. Je ne prévoyais pas de remettre en cause la vie que j'avais.
      Même si parfois je me remémorais cette soirée avec plaisir.
      Cette expérience nous a au contraire soudée un peu plus Sabine et moi et nous a décidée à faire un troisième enfant.

      Ce n'est que plusieurs mois après que petit à petit l'envie de sexe homo a fait son chemin. J'ai alors commencé à me rendre dans un bar gay pour y faire des rencontres et de fil en aiguille de plus en plus de rencontres et pas seulement en bar. Et cela sur une période d'environ deux ans jusqu'au début de mes problèmes d'érection qui ont fini par ce que je ne puisse plus bander du tout avec Sabine. J'ai alors décidé de lui expliquer pourquoi.
      On a divorcé et j'ai décidé de ne pas me cacher y compris de mes enfants, même si je devais subir des pots cassés venant de la famille ou d'amis.
      Mais cela s'est assez bien passé dans l'ensemble. Je m'entends très bien avec Sabine.

      Mon fils ainé, Dylan, s'est confié à moi car il connait ma propre homosexualité. C'était plus facile pour lui. Sa mère n'est pas au courant et j'ai conseillé à Dylan de ne pas la mettre au parfum pour l'instant. Il a le temps pour cela.
      Quant à sa copine, elle n'a pas besoin de savoir elle non plus car il n'est pas dit qu'il va faire sa vie avec elle. Il avisera en temps voulu. Je sais qu'il couche avec elle depuis peu. Je sais aussi qu'il a eu quelques amusements avec des garçons mais sans aller jusqu'au sexe anal ni dans un sens ni dans l'autre.
      Je pense que Dylan est plutôt bisexuel mais il ne sait pas s'il préfère les filles ou les garçons.

      Si Dylan, comme ma fille et mon dernier fils, connait mon homosexualité, il ne connait que ce que j'ai bien voulu lui révéler. Il ne connait pas les événements qui se sont passés au Brésil. Et il ne les connaitra jamais. Il n'a pas besoin de savoir que sa mère s'est faite sauter par un autre mec qui a aussi enculer son père.
      Officiellement j'ai découvert mon homosexualité sur le tard et c'est pour cela que sa mère et moi avons divorcé.

      Voilà les précisions que tu me demandais.

      A bientôt

      Supprimer
    3. Bonsoir Florent,

      Je te remercie beaucoup pour toutes ces précisions. Ton ami a peut-être raison, qui peut savoir ? De toute façon, on ne refait pas l'histoire et l'essentiel est que tout se soit bien passé, et que tu aies gardé de bons contacts avec ta femme et tes enfants qui ont bien accepté ton homosexualité.

      Tu as raison, il n'y a aucune raison que vos enfants connaissent les détails de votre vie privée.

      Pour ton fils, il est jeune et a le temps d'expérimenter toutes les facettes de la sexualité. Peu importe qu'il se découvre plutôt hétéro, homo ou bi à la suite de ces expériences, l'essentiel est qu'il puisse s'épanouir dans sa sexualité.

      Bonne nuit et à bientôt.

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord avec toi

      Supprimer
    5. Florent, ton histoire est très intéressante. Ta sexualité a évolué vers une homosexualité exclusive alors que tu aurais pu avoir une sexualité bi. Mais je comprends que c'est ton problème d'érection avec ta femme qui t'a définitivement tourné vers l'homosexualité.
      J'ai 46 ans et je suis bisexuel. Ma compagne avec qui je partage ma vie depuis 18 ans est aussi bisexuelle. Elle préfère les femmes, je préfère les hommes. Nous ne sommes pas mariés car Nathalie (ma compagne, 40 ans) ne veut pas, tout comme elle ne veut pas d'enfants non plus. J'ai quand même une fille de 21 ans que j'ai eu d'une relation précédente (là aussi sans être marié). Ma fille vit actuellement aux USA car elle passe un an à l'université du Massachusetts pour ses études.
      Sa mère n'était pas bisexuelle et ne savait pas pour ma propre bisexualité. Ma fille ne sait pas non plus ni pour la bisexualité de sa belle-mère.
      Avec Nathalie, nous fréquentons le milieu échangiste où nous avons des relations ensemble aussi bien avec des hommes que des femmes. Nathalie fréquente aussi le milieu lesbien et moi le milieu gay.
      Nathalie a une relation depuis 2 ans avec une fille âgée de 28 ans et exclusivement lesbienne. C'est ensemble qu'elles fréquentent le milieu lesbien et ont des relations avec d'autres femmes. Pour ma part, je n'ai pas de copains particuliers même si j'ai des habitudes avec différents mecs d'âges variables.
      Tout cela n'a jamais remis en questions le couple que nous formons Nathalie et moi. Nous acceptons chacun les relations de l'autre.
      Nous savions dès le départ que nous étions tous les deux bisexuels puisque nous nous sommes rencontrés dans le milieu échangiste par des amis communs. Cela facilite les choses.
      Nathalie préfère les femmes mais elle a pourtant débuté sa sexualité avec des relations hétéros. C'est un de ses ex, lui même bi, qui lui a fait découvrir l'échangisme.
      Pour ma part j'ai débuté la sexualité avec des garçons. Il faut dire que j'avais alors 12 ans et à âge là, il est plus facile de se tripoter entre mecs que de faire quoi que ce soit avec une fille. Mais je n'avais pas envie de me contenter des mecs, les filles m'intéressaient aussi. J'ai commencé à sortir avec des filles à 13 ans mais sans sexe.
      13 ans, c'est aussi ma première pipe pratiquée sur un mec et première pipe reçue d'un mec. Première sodo passive à 14 ans (23 ans pour le gars qui me baisait) et première sodo active à 15 ans (16 pour mon partenaire).
      La première fille que j'ai sautée j'avais 15 ans aussi (elle, même âge).
      Et depuis j'ai une intense activité sexuelle. Au fil du temps, et bien qu'étant toujours bi, je me suis rendu compte que je préférais le sexe avec les mecs que je juge pour moi plus intense et plus jouissif surtout à plusieurs.
      Quand j'ai des relations avec plusieurs femmes en même temps (au moins deux) j'aime qu'il y ait aussi un autre mec bisexuel près de moi. Depuis quelques années j'essaie d'éviter de me retrouver seul mec à baiser avec des femmes, à part avec Nathalie au sein de notre couple bien sûr. Mais être seul mec avec des femmes m'arrive quand même de temps en temps.
      Cela ne veut pas dire que j'ai des problèmes d'érection avec les femmes. C'est juste que je préfère avoir la présence d'une autre bite avec moi, puisque je préfère les mecs.
      En fait pour faire référence à un article lu sur ce blog, je me trouve au niveau 4 de l'échelle de Kinsey (bisexualité à préférence homo) et depuis toujours.
      C'est également le cas de Nathalie.

      Merci de m'avoir lu et de me laisser m'exprimer.

      Supprimer
    6. Bonjour Patrice,

      Je te remercie pour ton témoignage très intéressant. Voilà qui montre une fois de plus toute la variété de la sexualité humaine.

      Je constate que ta bisexualité à tendance homosexuelle est pleinement assumée et en accord parfait avec celle de ta femme. Vous êtes finalement un couple parfaitement assorti et je vous en félicite.

      Il est évident que la monogamie hétérosexuelle avec des relations réduites à la position du missionnaire uniquement dans le but de se reproduire - que certains tartufes voudraient nous imposer - est loin d'être le modèle majoritaire de la sexualité.

      Je te souhaite une bonne journée - A bientôt.

      Supprimer
    7. La monogamie hétéro ne se réduit pas seulement à la position du "missionnaire uniquement dans le but de se reproduire" (je cite).
      On peut avoir une relation hétéro monogame et avoir une sexualité très épanoui et variée avec la même personne.

      La monogamie homo doit être plus rare, les homosexuels étant encore plus sexuels que les hommes hétéros, mais elle doit bien exister. Et les gays qui pratiquent la monogamie ne sont certainement pas moins épanouis que les autres à mon avis.

      Bonsoir

      Supprimer
    8. Bonsoir Serge,

      Je n'ai jamais écrit que la monogamie hétéro se réduisait à la position du missionnaire uniquement dans le but de se reproduire.
      Par contre, j'ai exprimé l'idée que la monogamie hétéro se réduisant à la position du missionnaire uniquement dans le but de se reproduire était loin d'être le modèle majoritaire. Ce qui signifie en clair qu'il n'y a pas de norme en matière de sexualité. Ce que tu confirmes en disant que, déjà dans la monogamie hétéro, il y a une grande diversité dans la façon de vivre sa sexualité. Il en va de même dans la bisexualité et l'homosexualité où il n'y a aucune norme non plus.

      De même que la monogamie n'est pas la norme de l'hétérosexualité, le papillonnage n'est pas la norme de l'homosexualité. L'idée défendue sur ce blog depuis toujours est qu'il appartient à chacun de décider librement de ses pratiques sexuelles et que personne d'autre que lui ne peut en juger. L'essentiel étant bien sûr que chacun puisse s'épanouir pleinement à travers sa sexualité.

      Dire que les homosexuels sont plus sexuels que les hétérosexuels me semble aussi un cliché. J'attends des preuves avant d'y croire.

      Je te souhaite une bonne fin de soirée.

      Supprimer
    9. Bonjour ZobàDada

      Je te remercie pour les compliments.
      Effectivement, Nathalie et moi sommes bien assortis et tout à fait complémentaires. Etant tous deux bisexuels avec chacun une plus forte attirance pour les personnes de nos sexes respectifs, nous nous complétons assez bien lorsque nous faisons du sexe à plusieurs.
      Lorsque nous faisons du sexe chacun de notre côté, elle c'est généralement avec une ou plusieurs femmes, tandis que moi c'est avec un ou plusieurs partenaires masculins. Du sexe purement homosexuel quoi !

      Nous évitons, bien que cela puisse arriver (rarement), que je fasse du sexe avec des femmes sans la présence de Nathalie, elle-même évitant de faire du sexe avec d'autres hommes sans ma présence.
      Cela nous évite de faire rentrer la jalousie dans notre vie. Alors que dans nos relations homo respectives, il n'y a pas de problèmes de jalousie.

      Je ne sais pas trop si tous les couples bisexuels fonctionnent comme nous, mais pour l'instant cela nous a bien réussi puisque nous formons un couple stable.

      Par contre, permet moi de réagir à la réponse que tu as fait à Serge.
      Serge dit que les hommes homosexuels sont plus sexuels que les hommes hétéros. Pour toi cela semble être un cliché.
      Je suis désolé mais je serais plutôt de l'avis de Serge.
      On le sait, les hommes sont plus branchés sexe que les femmes. Elles peuvent plus facilement s'en passé que nous les mecs.
      Si on met à part les hommes bisexuels pour se recentrer uniquement sur les hommes soit purement gay soit purement hétéro, je pense effectivement que les homos sont plus sexuels que les hétéros. Pourquoi ?
      Tout simplement parce qu'ils s'adressent à des personnes de même sexe qui peuvent mutuellement se comprendre plus facilement et plus rapidement.
      Les hommes hétéros, eux, se heurtent à un mur : la femme qui ne se laisse pas si facilement sauté en règle générale. Et quand la femme dit non, c'est non.
      Bien sûr, il y a des exceptions. Certaines femmes étant plus sexuelles que certains hommes.
      Certains hommes hétéros étant également plus sexe que certains gays.
      Mais dans l'ensemble, dire que les hommes gays sont plus sexuels que les hommes hétéros ne me semble pas du tout être un cliché. Bien au contraire.

      Dans le milieu échangiste, certains hommes et certaines femmes refusent les pratiques homosexuelles. C'est leur droit s'il n'en ont pas l'attirance. C'est pourquoi, avec Nathalie, nous préférons le milieu échangiste bisexuel avec qui nous sommes logiquement plus en accord.
      Et c'est par rapport à mon expérience que je me permets d'affirmer que les hommes gays sont plus sexuels que les hétéros.

      Si d'autres ont des arguments pour me contredire, je serais bien évidement ravi qu'ils les exposent. Je suis ouvert à la discussion.

      Merci de me laisser m'exprimer.

      Supprimer
    10. Bonsoir Patrice,

      Tu n'as pas à être désolé d'avoir un autre avis que le mien, c'est bien ton droit. Et, tu as tout autant le droit de l'exprimer.

      Ce que je veux dire en parlant de cliché, c'est que je me méfie des impressions que l'on peut avoir sur base de quelques observations personnelles. Il y a une telle variété de situations que je n'ose pas tirer de généralité de cas particuliers.

      D'après ce que tu écris, cela ne tiendrait pas tant à la nature hétéro ou homosexuelle de l'homme mais à celle de sa ou son partenaire. Sauf si je comprends mal très propos, les hétéros n'auraient pas nécessairement une libido moindre que les homos, mais ils seraient moins stimulés par leurs partenaires féminines que les homos par leurs partenaires masculins.

      Ce que je veux dire aussi, c'est qu'il peut s'agir d'hypothèses intéressantes tirées de quelques observations mais qu'il faudrait des études poussées isolant les différents facteurs pour les vérifier.

      C'est la grande diversité des situations qui m'incite à émettre des réticences. Ainsi par exemple, on ne peut pas comparer la situation des hommes qui fréquentent très régulièrement les cruising bars d'une grande ville avec celle des hommes qui vivent cachés au fin fond d'une campagne. Pour avoir vécu mes premières années d'adolescence à la campagne, avoir ensuite fait mes études dans une ville disposant de plusieurs bars gays et lieux de dragues, puis être retourné ensuite dans une petite ville de province, je sais qu'on ne vit pas sa sexualité de la même manière partout. Tout cela dépend du milieu et du contexte dans lequel on vit davantage que de l'orientation sexuelle.

      C'est évidemment mon avis personnel. D'autres voient sans doute les choses sous un autre point de vue en fonction de leur propre vécu.

      Je te souhaite une bonne fin de soirée et un bon weekend.

      Supprimer
    11. L'analyse de Patrice me semble être une bonne analyse. Je partage son avis sur le fait que les hommes sont plus sexuels que les femmes et que les hommes gays sont plus sexuels que les hommes hétéros.
      Effectivement il est plus facile de faire du sexe entre hommes gays que entre homme hétéro et une femme, les femmes étant souvent moins disposées que les hommes.
      Tout cela bien sûr avec des exceptions comme le souligne Patrice.

      Supprimer
    12. Bonsoir François,

      Merci pour ton avis qui confirme les avis de Serge et Patrice. Comme je ne connais pas les femmes, je ne me prononcerai pas sur leur libido. Mais, connaissant essentiellement des hommes homosexuels, je maintiens mon avis selon lequel on ne peut pas généraliser. L'appétence sexuelle est très variable de l'un à l'autre.
      En me basant sur mon expérience personnelle, j'aurais tendance à dire que les bi (ou les hommes mariés) sont souvent plus déchaînés que les homos. Ce n'est toutefois qu'une impression personnelle que je me garderais bien de transformer en théorie.

      Je te souhaite une bonne fin de weekend et un bon début de semaine.

      Supprimer
  6. Florent et Patrice vos interventions sont très sympas à lire.
    Comme toi Patrice je suis bisexuel à la différence que ma femme (je suis marié) ne l'est pas. Elle est par contre totalement informée de ma bisexualité et me laisse vivre ma vie comme je le désire. Elle y a mis une condition toutefois qui est que nos deux enfants, nos familles et nos amis ne sachent rien de tout cela.
    En dehors de mon couple, j'ai surtout des expériences homosexuelles à deux ou en groupe. Pour cela je vais dans les saunas ou les bars gays. J'ai parfois aussi des expériences purement hétérosexuelles avec d'autres femmes mais pas souvent car ma femme n'apprécie pas trop. Elle préfère me savoir avec des mecs. De temps en temps je mélange les deux en ayant un plan à plusieurs partenaires hommes et femmes bisexuels. Mais là aussi ça peut coincé avec ma femme alors j'ai plus souvent des expériences homo. Elle est moins jalouse quand je baise uniquement avec des mecs. C'est un peu comme toi avec ta compagne.
    Cela ne me dérange pas pour autant car j'ai une attirance plus importante avec les hommes même si cela n'a pas toujours été le cas. Avant j'étais un bisexuel avec un plus fort penchant pour les femmes mais depuis quelques années ma bisexualité a évolué vers une plus forte attirance aux hommes. C'est comme ça !
    Cela dit, je ne lui raconte pas tout les détails de ma sexualité extra-conjugale. Elle pose parfois des questions, je lui réponds ce que j'ai envie en éludant beaucoup de choses, elle n’insiste pas, elle est contente et moi aussi. Ce qui l'intéresse surtout c'est de savoir avec qui j'étais (hommes, femmes ou les deux), les détails de la baise ne l'intéresse pas. Comme je sais qu'elle n'aime pas que je baise avec d'autres femmes, je lui ment quelquefois mais d'autres non. Il faut faire ça intelligemment.

    Peut être à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane et merci pour ton témoignage.

      Je constate que tu as une femme intelligente qui a compris qu'il ne servait à rien de vouloir te brider. La condition qu'elle te demande de respecter est raisonnable. Votre vie privée et sexuelle ne concerne personne, pas plus vos enfants que vos famille ou vos amis, si ce ne sont ceux avec qui tu partages les plaisirs mais qui ne connaissent sans doute pas nécessairement le reste de ta vie et n'ont pas besoin de le connaître.

      Je ne pense pas non plus que ce soit nécessaire de tout dire à ta femme des parties de plaisir auxquelles tu participes sans elle. Si cela peut aider à la bonne entente entre vous, autant ne pas la perturber en évoquant outre mesure tes rencontres avec d'autres femmes. La ménager, ce n'est pas vraiment lui mentir :)

      Je te souhaite une bonne journée - A bientôt.

      Supprimer