mercredi 11 mars 2015

Deux fils pour papa


Ce n'est pas encore la fête des pères mais papa va être comblé aujourd'hui car je lui offre deux fils pour le prix d'un avec les vidéos que je lui ai sélectionnées :)




C'est bien sûr aussi un avantage pour le jeune fils de pouvoir profiter de son papa et son grand frère pour l'initier aux gourmandises du sexe :)


Bonne journée à tous !

23 commentaires:

  1. Bonjour Damien

    Merci pour ces vidéos qui me mettent le zgeg dans tous ses états....

    Belle fin de journée et belle soirée - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Melvin

      Si ton zob est dans tous ses états, il ne reste plus qu'à demander aux jeunes fils sur Blois de te contacter via ton blog : http://melvinciccone.blogspot.fr/ où à l'adresse que tu as donnée sur la page de ce mardi 10 mars, pour aller jouer comme sur les vidéos avec toi :)

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  2. Bonjour Mister Damien!
    De bien sympathiques vidéos en ce mercreedi!
    Des vidéos qui mériteront un deuxième visionnage en cours de soirée!
    Je te souhaite une bonne fin de journée ou une bonne soirée (tout dépendra du moment où tu viendras à lire ce commentaire)!
    A bientôt ;)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mister Pti-mix-tic.

      J'espère que la seconde vision de ces vidéos t'ont permis de prendre beaucoup de plaisir et d'ensuite bien dormir, très détendu.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  3. #1 trop vintage à mon avis
    #2 19.45 - 21 circa, très bien fait
    #3 pas des orgasmes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xersex,

      L'essentiel est que tu aies pu trouver ton compte dans la deuxième vidéos.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  4. Les deux premières vidéos sont incontournables! Le papa fait la totale avec ses boys, il encule, se fait enculer, suce etc.. Ce sont des pères qui savent profiter pleinement. Merci Damien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xaber,

      Les deux premières vidéos sont aussi celles que je préfère. C'est sûr que ces pères savent vivre et communiquer leur plaisir aux jeunes fistons. J'ai longtemps hésité avant de mettre la troisième et l'ai finalement mise pour ceux qui aiment le gavage par les deux bouts.

      Bonne journée et Bisous.

      Supprimer
  5. Tu as l'art de nous exciter tant avec ces vidéos qu'avec tes textes. Merci pour tout ce plaisir que tu me procures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est pour moi et j'apprécie particulièrement de pouvoir donner du plaisir à des papas comme toi.

      Supprimer
  6. Je vis en couple homo-incestueux avec mon fils, cela fera 23 ans cette année. Nous pouvons nous permettre de nous affichés parce que de mon côté je n'ai plus de famille et du côté de la mère de mon fils, toute la famille, y compris sa mère, vit en Guyane. Mon fils est né en Guyane. Mais lui et moi vivons en métropole, d'abord en région parisienne (ma région d'origine) et depuis une quinzaine d'années au Pays Basque.
    Nous ne recevons jamais de visite venant de Guyane, c'est toujours mon fils qui se déplace là-bas quand il veut voir sa mère.
    Ce qui nous permet de cacher facilement que nous vivons comme un couple. Sa mère sait que notre fils vit avec moi, mais officiellement c'est parce que nous travaillons ensemble. Nous possédons en effet un camion à pizza. C'est ce qui nous fait vivre.

    De plus, n'étant pas originaires du Pays Basque, nous ne connaissions personne dans la région à notre arrivée. Nos voisins nous prennent pour un couple homosexuel "classique". C'est comme cela que l'on s'est présenté à eux et ils ne se doutent pas de notre lien de parenté.
    Et comme mon fils est métis et ressemble plus à sa mère et que moi je suis blanc, personne ne peut deviner que nous sommes père et fils. Nous pouvons donc afficher notre relation homosexuelle sans complexe.

    Seuls certains amis gays de notre entourage connaissent notre secret, d'autres non. Mais nous ne l'avons dit qu'à des gays très sûr dont on sait qu'ils ne vont pas caftés. Un de nos amis ne le sait que depuis 3 ans à peu près (on le lui a dit), alors qu'il nous connait depuis plus de dix ans. Nous sommes très discret sur l'inceste mais pas du tout sur l'homosexualité largement déclarée.
    Je précise que je n'ai connu sexuellement qu'une seule femme, la mère de mon fils.
    Et lui n'a jamais eu d’expérience hétérosexuelle du tout.
    Nous avons 59 et 35 ans.

    Votre blog est sympathique alors nous avons décidé vous raconter notre cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour AS et SD, et bienvenue sur ce blog.

      Merci pour votre témoignage et bravo pour votre couple qui me semble très sympathique. Je comprends que vous souhaitez rester discrets sur la nature de votre relation pour la mère guyanaise et sa famille, et sur le lien de parenté qui vous unit pour les autres. En effet, même si l'inceste n'est pas illégal entre personnes majeures en France, il reste très mal vu par la plupart des gens. Je pense aussi que tous les homosexuels ne sont pas prêts à accepter ce genre de relation.

      Ici, il n'y a aucun problème pour aborder le sujet en toute discrétion et sans tabou.

      Je vous souhaite une bonne fin de weekend et un bon début de semaine.

      Supprimer
    2. Si j'ai bien calculé, AD et SD avait 36 et 12 ans lorsque qu'ils ont commencé à vivre en couple homo-incestueux.
      Ouah !!! Pas banal.

      Je comprends qu'ils ne se gênent pas pour étaler leur homosexualité aux yeux de tous puisque personne n'est là pour les confondre d'être incestueux. La différence de couleur de peau doit effectivement jouer beaucoup.
      Je pense que les gars incestueux qui visitent le blog et y ont peut être déjà témoigné, vont être jaloux de ne pouvoir afficher leur amour comme AD et SD.
      Peut être que d'autres, toutefois, ont aussi la possibilité de vivre au grand jour leur amour incestueux en se faisant passé pour des homos "classiques" comme disent AD et SD.

      AD et SD peut être que vous pourrez nous raconter comment cela a débuté entre vous. Je suis curieux.

      Supprimer
    3. Je pense que tes calculs sont bons car ils correspondent aux miens :)

      Sans être jaloux, je peux te dire que j'envie le fils d'avoir pu vivre seul avec son père et obtenir de lui ce que je n'ai jamais eu de mon père.

      En région parisienne, qu'un père élève seul son fils ne devait rien avoir d'incongru ni de suspect. Par la suite, comme ils ont changé de région pour aller là où personne ne connaissait leur passé, ils ont pu facilement changer de statut pour se présenter non plus comme père et fils mais comme amants. Je suppose qu'il ne sont pas dans une petite municipalité où tout le monde sait tout sur tout le monde car leur lien de parenté doit certainement être renseigné à l'état-civil.

      Ce serait en effet sympa que AD et SD nous racontent comment cela a débuté entre eux :)

      Bonne nuit - Bisous.

      Supprimer
    4. Bonjour et merci de vous intéresser à notre témoignage.

      Effectivement ZobàDada nous ne vivons pas dans un petit village où il serait plus difficile de cacher que nous sommes père et fils. Le fait de vivre en ville, même si elle n'est pas très grande (juste assez pour la discrétion), est un gros avantage.
      Nous n'avons pas quitté la région parisienne pour échapper à nos anciennes connaissances mais par souci de vivre dans un meilleur environnement et un meilleur climat. Nous avons choisi le Pays Basque parce que nous le connaissions déjà pour y avoir passé des vacances. Et nous sommes en plus proche de l'Espagne. Il est évident que nous en avons profité pour vivre au grand jour notre homosexualité sans l’inconvénient d'être démasqués d'être aussi incestueux dont vous faites remarquer que ce n'est pas très accepté y compris chez certains homos. Le fantasme du père est pourtant très encré dans notre milieu.

      Pour répondre à Corentin, vous avez raison Corentin, la différence de couleur de peau entre mon fils et moi joue pour beaucoup sur le fait que personne ne se doute de notre lien père/fils. Cela et le fait qu'il ressemble plus à sa mère.
      De plus, en public, il ne m'appelle que par mon prénom et ne m'appelle jamais "papa". Les rares fois où cela lui a échappé, les gens ont pris cela pour un surnom affectif dû à notre différence d'âge. Quand nous sommes à la maison, ou ailleurs mais seuls entre nous, il m'appelle "papa". C'est aussi le nom réservé quand nous faisons l'amour.

      Comment cela a commencé ? Le plus naturellement du monde. Je ne l'y ai jamais forcé.
      J'ai toujours été homosexuel et avait déjà beaucoup d’expérience lorsque j'ai rencontré sa mère lors d'un voyage professionnel en Guyane. A l'époque j'avais une autre profession que d'être pizzaïolo. J'étais commercial pour une grosse entreprise mais peu importe.
      Elle et moi nous sommes fréquentés et nous avons fini par coucher ensemble. C'était ma première fois avec une femme. Mais je n'ai connu qu'elle par la suite. Nous avons gardé contact après mon retour en métropole. Elle m'y a rejoint après s'être rendu compte qu'elle était enceinte. Mon fils est quand même né en Guyane car sa mère le souhaitait. J'ai fini par m'installer moi aussi en Guyane quelques années avant de rentrer en métropole définitivement après la séparation d'avec sa mère. Nous n'étions pas marié. J'ai repris ma vie d'homosexuel (je ne l'avais pas vraiment arrêté juste mise un peu en sommeil car la Guyane est très homophobe je trouve et sa mère ne savait pas pour moi).
      J'ai réussi à obtenir la garde de mon fils quand il avait 10 ans et il est venu vivre avec moi en région parisienne. Il a ainsi découvert que j'étais homo. Comme lui aussi avait ce penchant, il me l'a dit et nous en avons parlé. Mon fils était très dégourdi et très en avance physiquement parlant, sa puberté ayant débuté de bonne heure. Puis un matin au réveil, il est venue se glisser dans mon lit, nous avons parlé puis cela a dérapé. Il avait effectivement 12 ans, moi 36. Cela dure depuis 23 ans. Je précise que je ne n'étais pas son premier partenaire, il avait eu quelques expériences de baiser avec la langue, de fellations et de branlettes mais sans pénétration. Cette chose s'est faite avec moi.
      Et avant que vous ne posiez la question, Corentin,oui, il nous arrive de le faire avec d'autres, ensemble (quelquefois) ou séparément (généralement).

      Corentin, j'espère que nous avons satisfait votre curiosité (dans la bon sens du terme).

      Au revoir

      Supprimer
    5. Bonsoir AD et SD.

      Merci pour toutes ces précisions en réponse à nos questions. Vous avez raison, le fantasme du père est assez fréquent chez les homos et, d'après les témoignages que nous recevons ici, ce n'est pas seulement un fantasme pour certains.

      Je constate avec plaisir que votre symbiose ne vous empêche pas de rester ouverts aux aventures que ce soit ensemble ou séparément.

      Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de plaisirs ensemble. A bientôt.

      Supprimer
    6. Merci AD et SD pour avoir répondu à ma curiosité.

      Supprimer
    7. ADSD
      Je confirme. La Guyane est très homophobe. J'y ai passé quelques mois dans le cadre de mes activités (je suis militaire de carrière) et il ne se passait pas une semaine où l'on entendait parler d'une agression sur des homos. J'ai moi même eu à en subir une par trois jeunes mecs quelques semaines avant de repartir en métropole. Heureusement, mon entrainement militaire fait que je sais me défendre et que j'ai le poing facile. J'en ai étalé un direct mais il en restait encore deux. Ils ont sorti un couteau, mais j'ai réussi à esquiver avec mon bras. J'ai eu droit à une entaille qui pissait bien le sang (j'ai encore la cicatrice). Un autre mec (un grand black très baraqué) est alors venu me prêter mains fortes et mes agresseurs se sont barrés en trainant avec eux celui que j'avais sonné. Le grand black a voulu les poursuivre mais a renoncé quand il a vu que je pissais le sang. Il m'a emmené à l'hosto où on m'a recousu. C'était sympa de sa part et en plus il était gay lui aussi. Mais il n'y a rien eu entre nous.
      Par contre je me suis pris un blâme par ma hiérarchie car je n'étais pas sensé me trouver à cet endroit à ce moment là. Voilà ce qui arrive quand la quéquette démange et qu'on obéi pas à ses supérieurs (et encore j'ai eu qu'un blâme, saurais pu être pire). Mon commandant a été sympa sur ce coup là, sans doute parce que j'étais blessé.

      Alors la Guyane, j'en ai un très mauvais souvenir. Et en plus on y crève de chaud mais pas de la bonne chaleur. C'est une chaleur moite, étouffante avec une humidité épouvantable qui fait que tu transpires constamment et que tu es toujours trempés. Je vous dis pas l'état des pieds dans les rangeos. Si en plus tu dois crapahuter en forêt tropicale, c'est l'horreur. Et ne parlons pas des insectes.
      J'adore la chaleur, mais ça, j'espère plus jamais.

      Je visite très régulièrement ce blog, depuis pratiquement son début je pense, mais je n'avais encore jamais commenté.
      C'est votre témoignage ADSD qui m'a fait réagir.
      J'ai eu un peu peur que le blog soit annulé mais tout semble être rentré dans l'ordre. J'aime beaucoup lire les articles mais ce que j'aime le plus se sont les commentaires où les gars se confient. Et je suis l'évolution au fil du temps.
      J'aime aussi voir les différents point de vue de chaque commentateur. J'ai bien aimé par exemple le petit débat récent sur le sexe avec ou sans capote. Très édifiant !!
      J'ai des commentateurs préférés aussi mais je ne vous dirais pas lesquels. Juste que se sont certains qui commentent le plus souvent.

      Ma modeste contribution est terminé, à bientôt vous lire.

      Supprimer
    8. Bonjour, Raphie, et merci pour ton témoignage sur l'homophobie en Guyane.

      Tu as eu beaucoup de chance d'avoir ce grand black pour venir te prêter main forte devant tes agresseurs vu que tu étais méchamment blessé. Etais-tu sur un lieu de drague ?

      La description que tu fais de la Guyane avec sa chaleur humide me fait penser à un hammam à ciel ouvert. J'aime bien le hammam pendant quelques minutes quand on peut y évoluer complètement nu, mais je ne voudrais pas y vivre pendant toute une journée, et de plus habillé :)

      Merci pour ce que tu dis concernant le blog et les bons échanges qui s'y font à travers les commentaires. Il est vrai que nous avons quelques amis qui alimentent bien les débats en intervenant toujours de manière judicieuse. Je les en remercie.

      Bonne fin de journée - A bientôt.

      Supprimer
    9. C'est sympathique de savoir qu'il y a aussi des militaires gays. Il y a en a dans toutes les professions de toutes manières quoi que certains peuvent en penser.
      Dommage que tu ais pris un blâme de ton supérieur, c'était vraiment pas ta journée. Vaut mieux un blâme que pire, ne crois-tu pas ?

      ZobàDada je suis d'accord avec toi au sujet du hammam, c'est agréable parce que l'on est à poil. Mais habillé se doit pas pas être terrible.

      Supprimer
    10. Salut Corentin.

      Eh oui, pourquoi les militaires ne pourraient-ils pas être gays comme tout le monde ? Mais, j'imagine que ce ne dois pas être évident dans ce milieu de macho et qu'il vaut mieux rester discret. Bien que, entre mâles confinés à la caserne sans pouvoir toucher à la chatte, on doit sans doute de temps à autre s'astiquer la bite entre hétéro sans que ça ne porte à conséquence :) Mais j'en parle sans savoir car je n'ai aucune expérience de l'armée. Notre ami Raphie nous en dira sans doute plus.

      Je te souhaite une bonne fin de soirée et une bonne nuit.

      Supprimer
    11. Bonjour
      Il y a bien évidemment des homos ou des bisexuels (et lesbiennes) dans les forces armées comme partout ailleurs.
      Paradoxalement, il y a en beaucoup plus que les gens ne peuvent l'imaginer tout en étant un milieu très homophobe. Je crois qu'un commentateur du blog, lui aussi militaire, en avait déjà parlé. A moins que je confonde avec un témoignage lu sur un autre blog.
      Ce n'est pas la majorité bien évidemment mais cela reflète bien, au sein de l'armée, la société française telle qu'elle est.
      Comme le souligne Zobàdada, il n'est pas rare non plus que de temps en temps certains hétéros s'astiquent ensemble la bite sans autres conséquences. Ce ne sont rien d'autre que des ambiances genre vestiaire après match. Cela ne veut rien dire et la plupart des mecs ont déjà vécu cela entre copains. Ce sont surtout les jeunes célibataires. Quand ils ont une copine ou une femme (épouse) voire un mec, les choses changent et ils peuvent vivre hors caserne et donc ce genre de chose se calme.

      Après tout dépend du gars et de la mentalité. Il y a de vrai homophobe dans l'armée et d'autres qui s'en foutent royalement tant que tu fais ton boulot. Mais l'armée a beaucoup évolué au même rythme que la société. On peut être militaire et gay (ou lesbienne) assumé sans problème. Bien que la plupart soient discret tout de même.
      Personnellement je ne me cache pas mais sans m'afficher trop. J'évite d'en parler en général mais si on me pose la question je dis la vérité. J'ai eu parfois des insultes mais j'ai eu aussi des soutiens. Certains peuvent être surpris mais pas haineux et c'est le principal. Il est vrai aussi que je suis Lieutenant, mes inférieurs en grade ne vont pas m'insulter ouvertement. De toutes façons cela pourrait leur couter cher, l'homophobie n'est pas autorisée même pas à l'armée. C'est l'évolution. Elle existe tout de même malheureusement.

      A bientôt

      Supprimer
    12. Bonjour Raphie,

      Merci pour cette réponse concernant l'armée. Je suis d'accord avec toi. Tant à l'armée que partout ailleurs au boulot, il n'y a pas de raison d'étaler sa vie sexuelle devant tout le monde. On peut être homo, ne pas le cacher sans pour autant le crier sur tous les toits. Il suffit d'être soi-même tout simplement.

      A bientôt.

      Supprimer