dimanche 22 mars 2015

En couple avec mon beau-père


Les témoignages que nous recevons sur ce blog sont toujours très intéressant et nous montrent que les histoires de sexe en famille ou entre hommes de générations différentes ne sont pas rares. Elles sont pour la plupart dissimulées dans les commentaires aux articles et échappent ainsi à l'attention de beaucoup de lecteurs. C'est la raison pour laquelle j'aime les reprendre en leur consacrant un article de la rubrique "Témoignage".

Celui d'aujourd'hui nous a été raconté en commentaire sur la page du dimanche 7 décembre.


Personne ne peut dire à l'avance de qui il va tomber amoureux. Je vis en couple avec Patrick depuis bientôt 10 ans. Nous sommes coupés chacun de nos familles respectives à cause du scandale provoqué par notre relation homosexuelle. Nous avons dû aller vivre dans une autre région loin de nos familles à cause de cela. Nous avons estimé que cela était préférable pour éviter les ennuis et vivre notre amour dans la sérénité.
Alors, pourquoi "scandale" ?

Parce que Patrick est mon ex beau-père, le père de mon ex-femme. Nous sommes tombés amoureux sans que nous ne nous y attendions. Nous avons fait un choix. Celui de vivre notre amour. Et ce malgré le raz de marée que nous avons provoqué.
Cela peut sembler égoïste, mais nous avons pensé à ce moment-là que nous ne devions pas passer à côté du bonheur.

J'ai la prétention de penser que nous avons bien fait malgré ce que cela nous a coûté en problèmes familiaux et autres.

Je me connaissais des attirances pour les hommes avant de rencontrer ma femme mais sans l'avoir fait. J'ai ensuite rencontré ma future femme et, à la même époque, j'ai fini par avoir une première relation gay avec un copain que je connaissais depuis plusieurs années sans soupçonner son homosexualité. Mais quand je l'ai appris, on l'a fait ensemble. Cela m'a conforté dans cette sexualité. Avec ce copain on ne l'a fait qu'une fois. Ma relation avec ma femme est devenue régulière et très vite elle m'a présenté sa famille. Son père m'a tout de suite plu. Je n'ai jamais été très proche de mon père qui est une personne assez froide, très autoritaire et qui ne supporte pas d'être contredit. Patrick, mon beau-père, était beaucoup plus chaleureux et s'intéressait à mon avis sur divers sujets. Cela me changeait de mon père. Petit à petit j'ai développé une attirance pour Patrick.

Patrick avait lui aussi des attirances homos qu'il cachait. Il avait plus d’expérience que moi cependant dans ce domaine. Il avait découvert ces plaisirs quand il faisait son service militaire (ça faisait donc longtemps) et avait continué de façon non régulière après s'être marié.

J'ai fini par me marier à sa fille. Je ne me doutais pas de l'homosexualité de Patrick malgré mon attirance pour lui. A force de nous fréquenter et d'une certaine complicité entre nous, nous avons fini par nous rapprocher intimement et nous avons débuté notre relation amoureuse.
On se posait des questions sur ce qui nous arrivait. Ce n’était pas évident à cause du fait que j'étais le mari de sa fille. On ne savait pas trop comment gérer l'affaire. Devions-nous continuer en nous cachant ou devions-nous faire évoluer notre relation au risque de faire du mal au gens ?

Nous vivions notre relation en secret en attendant de savoir si nous allions la faire évoluer et comment. Mais un jour, un voisin de Patrick nous a vu enlacés et en train de nous embrasser alors que nous étions allés marcher en forêt près de chez nous. Nous nous croyions seuls mais ce n'était pas le cas. Nous avons manqué de vigilance et de discernement. Le voisin a envoyé une lettre anonyme à ma femme et à d'autres personnes de la famille pour raconter ce qu'il avait vu.

Nous avons nié, bien sûr. Mais ma femme, qui était déjà en conflit avec Patrick (son père, je vous le rappelle) pour d'autres raisons, a fait le rapprochement avec quelques événements précédents me concernant qu'elle avait trouvé bizarre. Je ne précise pas plus, cela serait trop long à expliquer.
Par la suite, elle nous a surveillés discrètement et a demandé à une voisine de Patrick de surveiller mes allers et venues chez lui (je précise que Patrick vivait déjà seul puisqu'il est veuf de la mère de mon ex-femme). En effet, je n'étais pas sensé aller régulièrement chez lui à cause du conflit entre ma femme et son père.

Nous avons d'abord fait profil bas quelques temps, puis nous avons recommencé à nous voir et c'est là que nous avons été pris en flagrant délit d'adultère homosexuel par ma femme. La suite, pour nous, n'a été qu'insultes et autres tracasseries. Nous avons essayé d'expliquer ce qui nous arrivait, mais personne n'a compris ou voulu comprendre. Mon père et ma mère m'ont renié à cause de la honte que je leur faisais subir.

Patrick, tout comme moi, a été rejeté par toute sa famille au sens large du terme. Sa fille ne veut bien sûr plus lui parler et son fils non plus. Inutile de vous dire qu'il ne verra plus jamais ses petits enfants (les enfants de son fils, ma femme et moi n'ayant pas eu d'enfants, dieu merci, sinon il y aurait eu des problèmes supplémentaires).

Nous en avons pris notre parti et nous avons déménagé loin d'eux. Seule, ma plus jeune sœur nous donne des nouvelles familiales de temps en temps, par téléphone ou par mail. Elle n'approuve pas la manière dont nous avons géré notre relation mais elle ne juge pas notre homosexualité. Elle est bien la seule. Par contre, personne ne sait qu'elle nous donne des nouvelles de tous. Elle préfère le faire discrètement pour ne pas raviver les tensions. Pour nos familles nous ne sommes que des pédés pervers dégénérés. Mon ex beau-frère m'a même cassé la gueule. Je n'ai pas porté plainte pour calmer le jeu.

Vous comprenez pourquoi nous avons changé de région. Nous n'avons pas l'intention de renouer avec qui que ce soit de nos familles, à part donc ma jeune sœur que je n'ai pas revue depuis 10 ans.
Notre nouvelle vie est bien installée maintenant. Nous nous plaisons beaucoup là où nous vivons et nous nous sommes fait de nouveaux amis homos comme hétéros. Seuls trois ou quatre amis homos très proches sont informés de notre histoire. Mais aucun de nos amis hétéros.
Nous avons très mal géré notre relation homosexuelle et surtout sa révélation. C'est notre faute, mais je ne souhaite à personne l'horreur de ce que nous avons vécus. Nous sommes toujours ensemble cependant car notre amour est fort.

Nous avons su plus tard quel était le voisin qui nous a dénoncés. Nous n'avons rien fait contre lui, bien que l'envie y était.


 Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog de vos relations ou de vos fantasmes avec un homme de votre famille, ou avec un homme plus âgé ou plus jeune que vous, qui pourrait être votre père ou votre fils, vous pouvez m'envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur mon profil Blogger.


Je vous souhaite un bon dimanche !

15 commentaires:

  1. michel69villefranche@msn.com22 mars 2015 à 11:44

    salut
    cette historie remonte à quand??
    cela n'a pas du être marrant à vivre et je compatis
    par contre pour le voisin moi je me vengerais
    y a certainement quelque chose de pas clair dans sa vie, il suffit de chercher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Michel,

      Si j'ai bien lu toutes les informations donnée par Sam, ça fait 10 ans qu'ils ont rompu avec leurs familles. Je ne sais pas pendant combien de temps la relation intime a duré avant que Sam et Patrick soient pris en flagrant délit par le voisin puis par l'ex-femme de Sam. J'espère qu'il t'en dira plus.
      Tout le monde a bien son petit secret donc je suppose que le voisin a certainement aussi quelque chose à cacher mais je suppose aussi que Sam et Patrick n'ont pas envie d'aller voir ça de plus près et qu'ils préfèrent poursuivre paisiblement leur vie là où ils l'ont reconstruite. En tout cas, à leur place, c'est ainsi que je réagirais préférant laisser cette pénible histoire derrière moi et regarder plutôt vers l'avenir positivement.

      Bonne fin de weekend.

      Supprimer
  2. Salut Mister Damien!

    Un nouveau témoignage qui se veut comme bien souvent très touchant!

    Bonne fin de week-end!

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mister Opti-mix-tic.

      Ce témoignage est en effet très touchant. Il est vrai que la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille.

      Bonne fin de weekend et bon début de semaine.

      Bisous.

      Supprimer
  3. ésperons qu'ils soient encore ensemble!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben oui ! Pourquoi ne seraient-ils plus ensemble ? Il n'y a pas de raison puisque ça fait plus de 10 ans que leur relation dure et qu'ils ont pu surmonter la pire des épreuves.
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
    2. Donc, réjouissons nous pour leur grand amour, qui, après les très dures épreuves, alimente leur vie.

      bonne semaine nouvelle, mes amis, avec mon dernier post:

      http://menforxersex.blogspot.it/2015/03/happy-birthday-jakub-stefano.html

      Supprimer
  4. Cette histoire m'avait épouvanté et très touché à la fois lorsqu'elle avait été publié la première fois.
    La relire me fait encore froid dans le dos.
    Heureusement que Sam et Patrick ont réussi à refaire leur vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, Corentin, cette histoire que Sam et Patrick ont vécu est épouvantable. On peut se réjouir que leur amour ait survécu à la tourmente, mais cette histoire a quand même dû laisser des blessures difficiles à cicatriser.

      Supprimer
  5. Incroyable histoire qui me rappelle ce qui m'est arrivé.
    J'avais 21 ans et j'étais étudiant (en droit). Je vivais dans un studio que mes parents avaient acheté dans la ville où je faisais mes études pour que je n'ai pas à payer de loyer. Mes parents réglaient aussi toutes les factures de charges (électricité, eau, etc). C'était assez cool.
    Je sortais avec une fille, Myriam, depuis un peu plus d'un an. Elle n'était pas étudiante, elle bossait dans un magasin de déco pour la maison dont ses parents étaient proprio. On ne vivait pas ensemble non plus, elle louait un appartement. Mais elle passait souvent la nuit chez moi ou moi chez elle. Je lui avais fait faire un double des clefs de mon studio pour qu'elle puisse rentrer même si je n'étais pas là. GROSSE ERREUR !!!!
    Elle m'a trouvé une fin d'après-midi endormi au pieu avec mon prof de droit. On s'était endormi après la baise. Je vous laisse imaginer la suite. Inutile de préciser que ma relation avec Myriam s'est arrêtée là. J'ai eu aussi droit à un coup de téléphone de son père qui m'a traité de bâtard dépravé et autres noms "gentils". Pas besoin de faire de coming out à mes parents, Myriam s'en est chargé pour moi. Mes parents n'ont pas apprécié et moi non plus, mais c'était trop tard. C'est quand même la seule chose que je regrette de m'être fait voler mon coming out par une tierce personne. D'autant plus que je ne suis pas sûr que je l'aurais fait car à cette époque je ne savais pas si j'étais gay ou bisexuel.

    C'est aussi la dernière fois où j'ai baisé avec mon prof. Et oui, ce n'était pas une première, on l'avait déjà fait plusieurs fois. Mais cela a stoppé net nos élans.
    Mon prof de droit était un mec de 54 ans à l'époque mais vachement bien foutu de corps et de gueule très masculin. C'était un très bon prof très apprécié des étudiants. C'était aussi la plus grande pédale que j'ai jamais connu. Aussi bien actif que passif, c'était un super partenaire de baise. Je dis bien de baise car notre relation n'était basée que sur le cul et absolument pas sur un amour quelconque. Je n'étais pas le premier étudiant à baiser avec lui. Par contre, on a toujours baisé qu'à deux, jamais fait de partouze.

    Mais tout cela est du passé. Quand j'y repense cela me fait plutôt rire maintenant. Je peux vous assurer que ce n'était pas le cas à l'époque.

    Salut à tous les lecteurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Guillaume et merci pour ce témoignage.

      J'imagine bien la crise d'hystérie que Myriam a dû faire en vous découvrant, toi et ton prof, dans les bras l'un de l'autre. On ne peut pas faire mieux comme coming out. Dans ton cas, ce n'était plus un coming out mais un outing vu que la Myriam l'a claironné partout. C'était sa vengeance, je suppose.

      As-tu eu d'autres relations avec des filles par la suite ou cette aventure t'a-t-elle guéri de la gente féminine ?

      Bonne fin de journée - A bientôt - Bisous.

      Supprimer
    2. Salut c'est Guillaume
      Tu as raison ce n'était pas un coming out mais un outing. Je ne sais pas trop si elle l'a fait par vengeance mais ça m'a bien posé problème. Avec le recul je comprends qu'elle en ai parlé à ses parents mais je n'ai pas aimé qu'elle fasse de même avec les miens. Je te laisse imaginer la gueule qu'ils ont fait. Ils n'ont pas su par contre que le mec dans mon lit était mon prof de droit. Myriam ne pouvait pas leur dire puisqu'elle ne savait pas qui il était.
      Elle leur a juste dit que c'était un mec dans la cinquantaine passée. Mon père en a été choqué car à l'époque il n'avait que 48 ans. Que je me tape un plus vieux que lui était incompréhensible pour mon paternel. Pour ma mère aussi, il faut bien le dire, mais c'est surtout mon père qui l'a mal pris.
      Le pire pour eux était la manière dont ils l'ont appris. J'ai dû donner des explications. J'ai dit être bisexuel même si je ne savais pas trop si c'était le cas. Je ne savais pas trop comment me définir.
      Avant Myriam, j'avais baisé avec d'autres filles mais aussi avec quelques mecs avant mon prof qui n'était donc pas mon premier. Après ça, j'ai continué à avoir des relations avec des filles pendant quelques années mais sans m'engager dans des relations suivi comme avec Myriam. Et j'ai aussi eu des relations avec des mecs. Finalement, j'ai abandonné les femmes vers l'âge de 27 ans ( j'en ai 34 aujourd'hui).
      Je me trouve bien dans ma vie sexuelle actuelle. C'est une sexualité qui me convient parfaitement. Je n'ai pas de petit ami, je papillonne entre différents partenaires. J'attends le grand amour ( un mec évidemment). Mais on le trouve pas dans un paquet de lessive, malheureusement. Il est vrai que j'ai des exigences. Je veux un mec viril, velu ou non, sportif, actif et passif de mon âge ou dans une tranche d'âge comprise entre moins de 10 ans que moi au minimum et plus de 10 ans que moi au maximum, soit entre 25 et 45 ans. Et si possible brun avec les yeux bleus, mais un blond pourra faire l'affaire. Toutes ces exigences sont pour un éventuel chéri. Pour une simple baise, je me moque de l'âge, du physique et du reste tant que le gars est sympa.
      Rassurez-vous, mes parents ont avalé la pilule et on s'entend très bien. Pour la petite histoire, j'ai terminé mes études de droit mais je ne travaille pas dans ce domaine. J'ai changé de voie et travaille dans l'importation de thé, café, cacao, épices et fruits exotiques. C'est assez cool, car cela me permet de voyager à l'étranger régulièrement et je gagne très bien ma vie.

      Salut à tous les lecteurs

      Supprimer
    3. Bonsoir Guillaume et merci pour toutes ces précisions.

      J'imagine bien la gueule que tes parents ont pu faire en apprenant que tu couchais avec un quinqua. C'est sûr que ce n'est pas facile pour des parents d'accepter que leur enfant soit avec une personne plus âgée qu'eux, surtout quand ils ne l'apprennent pas de sa bouche et qu'ils ont tout lieu de croire qu'il est avec quelqu'un d'autre, de plus "convenable".
      Je ne te dis pas les leçons auxquelles j'ai eu droit quand j'ai dit à mes parents que j'aimais un homme qui avait l'âge de mon père.
      Quand tu dis que tes parents ont avalé la pilule, je suppose que c'est de ton homosexualité que tu parles ce qui ne veut pas forcément dire qu'ils seraient heureux de te voir leur ramener quelqu'un qui a 30 ans de plus que toi. Mais, d'après ce que je peux comprendre, ça n'a plus d'importance pour toi puisque tu cherches maintenant quelqu'un dans ta tranche d'âge pour une relation plus suivie.

      A bientôt - Bisous.

      Supprimer
    4. Comme je l'ai dit, mon prof, ce n'était que du cul. Je me moque de l'âge de mes partenaires sexuels tant qu'il y a une bonne attirance et que le gars est sympa. J'aime pas les cons.
      J'ai déjà baisé avec des mecs de toutes les tranches d'âges, de la vingtaine jusqu'aux septuagénaires à conditions qu'ils soient encore vert bien sûr. Si se sont de bons partenaires l'âge n'a pas d'importance.
      Pour un chéri, c'est différent. Je préfèrerais qu'il ait mon âge ou plus moins 10 de différence.

      Oui pour la pilule je parlais de mon homosexualité. Mais je n'ai pas présenté beaucoup de mecs à mes parents car mes relations jusqu'à présent ne durent pas bien longtemps. Je ne peux donc pas leur présenter un mec différent tous les quatre matins. Ils n’apprécieraient pas.

      Supprimer
    5. Bonjour Guillaume,

      C'est bien ainsi que j'avais compris les choses. C'est sûr qu'il n'est pas nécessaire que tes parents soient informés de toutes tes aventures de passage et de toutes les rencontres faites uniquement pour le sexe. Quand ce sera quelqu'un avec qui tu voudras vivre, ce sera autre chose. Comme ce sera quelqu'un de plus ou moins ton âge (on est pas à 10 ans près), ça ne devrait pas leur poser de problème.

      Bonne fin de journée - A bientôt.

      Supprimer