samedi 7 mars 2015

Une thérapie très particulière - 3


 Las de Blogger qui soufflait le chaud et le froid sur les blogs pour adultes, je me suis accordé une petite semaine de pause et cela m'a fait le plus grand bien. Je me suis promis de ne plus trop investir dans ce qui ne doit finalement être qu'une distraction et ne doit pas prendre le pas sur la vie concrète, d'autant que le travail réalisé sur ce blog peut à tout moment être réduit à néant par Blogger.

Voici le troisième volet de ce grand fantasme qui m'a bien excité et fait jouir à chaque fois que j'y pensais et qui m'a encore bien fait jouir quand je l'ai écrit pour vous.


Ce récit est la suite des deux premières parties que vous pouvez retrouver



 Après une bonne nuit que nous avons passé nu dans les bras l’un de l’autre, papa et moi, je me réveille à sept heures du matin. Comme tous les matins quand je me réveille, ma bite est dure et je sens des picotements qui m’invitent à me faire jouir très rapidement. Elle est comprimée entre le ventre de papa et le mien, tout contre la queue de papa qui est elle aussi en pleine érection. Par de petits coups de reins, je frotte mon sexe contre celui de papa dans un mouvement de vas-et-viens. Je mets ma bouche contre celle de papa, sortant ma langue pour l’introduire dans la bouche de papa à la recherche de sa langue. Mon gland décalotté s’humidifie naturellement et le frottement de mon frein contre celui de papa est très agréable. Je suis très excité ; mes mouvements de vas-et-viens se font de plus en plus rapides et vigoureux, ce qui réveille papa. Il me serre très fort dans ses bras en me donnant un baiser appuyé, caressant ma langue avec la sienne. Serrant mes cuisses entre les siennes et mon torse entre ses bras, tout en continuant à m’embrasser à pleine bouche, il nous fait rouler sur le lit pour prendre le dessus sur moi. Dans le même mouvement, il fait voler la couette par terre.  C’est maintenant lui qui dirige les opérations en faisant glisser sa bite contre la mienne dans de longs et lents mouvements de vas-et-viens. Son gland glisse sur mes couilles puis, passant en dessous d’elles, il s’insinue entre mes fesses. Papa m’empoignement fermement par les cuisses qu’il écarte et soulève pour les rabattre vers l’arrière et accéder ainsi plus facilement à mon cul. Sa bite glisse entre mes fesses ;  son gland se positionne sur mon anus. Il mouille abondamment, lubrifiant ainsi mon petit trou dans lequel il pénètre rapidement d’un coup sec. En tenant fermement mes chevilles à hauteur de mes oreilles et en glissant son ventre contre mon sexe, papa me pénètre profondément. Il enfonce sa longue et large bite jusqu’à la garde dans mon fion puis ramène son gland à la limite de mon anus. Je sens alternativement ses couilles qui s’écrasent contre mes fesses et son gland épais qui écarte mon anus.  Tout en faisant les mouvements de vas-et-viens de sa queue dans mon cul, papa stimule ma queue en la branlant avec les frottements de son ventre, tandis que sa bouche gourmande  s’attaque à ma langue.

Nous sommes ainsi en pleine action quand on vient frapper à la porte de notre chambre. Sans attendre notre réponse, Koen entre en nous disant qu’il est temps de se lever, que le petit-déjeuner est prêt et que les autres participants vont bientôt arriver. Sans déculer, papa redresse la tête et lui répond en le regardant que nous allons arriver. Au lieu de s’en aller pour nous laisser à notre intimité, Koen s’assied dans le fauteuil et nous recommande de ne pas trop nous épuiser car nous auront besoin de toute notre vigueur pour les activités de la journée. Papa lui dit de ne pas s’inquiéter, que nous avons de la vigueur à revendre car nous avons beaucoup de temps à rattraper. Koen nous dit alors de faire comme nous voulons mais de ne pas trop traîner. Il est habillé d’une courte tunique sans manche. Il n’a rien en dessous et je peux voir que son jeune sexe bande furieusement.  Sans plus faire attention à lui, papa reprend le limage de mon cul, les frottements de son ventre poilu excitant ma bite et sa langue farfouillant ma bouche. Son excitation est plus intense, ses coups de reins sont plus vigoureux et plus rapide. Je suis au bord de la jouissance, je gémis, papa râle, Koen se branle en nous matant.  La grosse bite de papa explose dans mon fion, je sens les saccades de son piston contre mon anus et les grosses giclées de foutre envahir mes entrailles. Ma queue comprimée entre le ventre de papa et le mien tressaille à son tour répandant son jus chaud sur nos deux corps. Le spectacle a beaucoup excité Koen qui éjacule sur ses cuisses et ne trouve rien de mieux pour s’essuyer que le slip de papa. Il utilise aussi ce slip pour venir essuyer le sperme que j’ai répandu sur le ventre de papa et le mien.

Papa dit que nous allons prendre rapidement une douche ensemble pour ne pas perdre de temps mais Koen répond que nous n’avons pas de temps à perdre et que nous pourrons prendre notre douche plus tard. Papa fouille alors dans son sac à la recherche d’un slip propre mais Koen insiste pour qu’il porte sur lui le slip souillé de nos jus. Papa a beau protester, Koen ne veut pas céder prétextant que cela fait partie de la thérapie que nous suivons.

Dès que nous sommes habillés, nous suivons Koen vers la salle-à-manger où le petit déjeuner nous attend. En marchant, je sens le sperme de papa sort de mon cul en souillant mon boxer. Je suis très gêné. J’ai l’impression que le jus visqueux va transpercer le boxer et le pantalon, et que tout le monde va voir la tache humide témoin de notre activité incestueuse.

Pendant que nous prenons le petit-déjeuner, des couples de pères et de fils arrivent au château avec leurs bagages. Le docteur Dick et Koen les accueillent et les dirigent vers leur chambre où ils vont se changer pour revenir ensuite vêtus tous de la même manière avec des tuniques romaines blanches. Celles de pères descendent jusqu’aux mollets tandis que celles des fils ne descendent pas plus bas que le milieu des cuisses. Certains, comme Koen, ont des tuniques très courtes qui arrivent tout juste à la commissure des fesses. Dès qu’ils sont changés, les nouveaux venus nous rejoignent dans la salle-à-manger où ils nous sont présentés et où des viennoiseries et du café leur sont offerts.

Georges, le collègue de papa qui lui avait parlé de la thérapie du docteur Dick van de Maagdkont, participe lui aussi à ce weekend avec son fils Jolan. Ils viennent nous saluer et s’installent près de nous pour manger leurs croissants. C’est ainsi que je peux apprendre que Georges à 41 ans, Jolan en a 16, que ça fait 5 ans qu’ils participent aux weekends de « Vaders en Zoons », qu’ils n’en manqueraient pas un pour tout l’or du monde, qu’ils connaissent tous les membres et qu’ils leur arrivent parfois d’en rencontrer en dehors des weekends organisés par l’association. Georges nous demande si la soirée d’hier s’est bien passée et ce que nous pensons de la thérapie. Papa répond que ça s’est très bien passé et qu’il regrettait de n’avoir pas connu cette association beaucoup plus tôt. Il avoue avoir été très coincé pendant de nombreuses années, qu’il avait toujours été attiré par moi, qu’il avait refoulé son désir de baiser avec moi, qu’il n’en pouvait plus de toute cette tension qu’il avait retenue pendant toutes ces années. Il ajoute qu’il était temps de trouver une solution et que, maintenant qu’il s’était laissé aller à ses pulsions avec moi, il ne pouvait plus être question de faire marche arrière, qu’au contraire il pourrait passer des journées et des nuits entières à faire l’amour avec moi. Papa me regarde, me sourit, m’attire vers lui et me roule un énorme patin qui me fait de nouveau bander. Je dis à papa que je l’aime très fort et que je pourrais moi aussi passer des jours et des nuits entières à baiser avec lui. Georges dit que c’est la même chose pour lui et son fils, mais qu’il faut veiller à ce que la relation ne soit pas trop exclusive, qu’il faut pouvoir aussi s’ouvrir aux autres et partager nos plaisirs avec eux. Jolan confirme ce que dit son père. Il aime beaucoup son père et pourrait aussi baiser avec lui à toutes les heures du jour et de la nuit, mais qu’il aime aussi baiser avec d’autres hommes auxquels son père le confie et voir son père baiser avec d’autres jeunes. Il ajoute que cela permet de briser la monotonie en variant les plaisirs. C’est pour cela qu’ils fréquentent l’association.

Deux hommes accompagnés de deux jeunes arrivent dans la salle et salue tout le monde à la cantonade. Georges nous explique que c’est un homme qui vient depuis longtemps avec son fils et que les jeunes sont ses petits-fils. L’aîné qui a 15 ans vient depuis 3 ou 4 ans et c’est la deuxième fois que le cadet les accompagne.

Dix heures ont sonné à la grande horloge du hall d’entrée. Le docteur Dick nous invite à passer au grand salon où la séance va commencer. Il nous demande de l’accompagner pour qu’il nous présente aux autres membres de l’association. Il y a dans cette pièce des canapés, des fauteuils, des poufs, de grands tapis d’orient au sol, un téléviseur LED grand écran.

Quand tout le monde est bien installé, le docteur Dick fait son petit discours de bienvenue et nous présente en précisant que nous lui avons été recommandés par Georges et Jolan qu’il remercie chaleureusement. Plutôt que de longues présentations ennuyeuses, il va laisser chacun apprécier la sincérité de nos motivations en visionnant une vidéo enregistrée hier soir. Il se retourne vers nous en nous demandant de l’excuser de nous avoir filmés à notre insu mais que c’était pour la bonne cause. Il nous fait asseoir dans un grand canapé en nous laissant la place centrale. Il s’assied à ma droite et Koen s’installe à la droite de papa. La vidéo commence sagement par un petit passage où papa et moi parlons de nos conflits permanents, puis nous passons à la séquence où nous nous dessapons mutuellement, puis celle de nos ébats sexuels. Il devait certainement y avoir plusieurs caméras cachées car il y a plusieurs angles de vue et même des gros plans. La séance se termine par la séquence où papa et moi faisons part de nos impressions après avoir joui devant nos hôtes. Tout le public applaudit chaudement lorsque la vidéo est terminée. Le docteur Dick nous demande de nous lever face au public qui est invité à nous poser toutes les questions qu’il veut. Par les réponses que papa donne aux questions qui lui sont posées, j’apprends que papa fantasmait sur moi tout comme je fantasmais sur lui. Tout comme je m’imaginais avec lui dans des plans avec d’autres hommes, il m’imaginait aussi dans des plans avec d’autres garçons de mon âge où il nous surprenait pour finalement y participer avec nous. J’apprends ainsi que papa s’est souvent branlé en pensant à moi comme je me branlais en pensant à lui.
Le public est satisfait par les réponses que nous donnons et nous applaudit de nouveau chaudement. Le docteur annonce une petite surprise, une vidéo qui a été enregistrée ce matin. Nous nous asseyons de nouveau dans le canapé entre Dick et Koen. Dès les premières images, je reconnais la scène. Il s’agit d’un plan fixe sur notre lit, une  vidéo prise par une caméra cachée qui a tout enregistré de notre baise matinale. Pendant que nous regardons la vidéo, le docteur Dick caresse ma cuisse et mon entrejambe, il ouvre la braguette de mon pantalon pour y glisser la main et s’emparer de ma bite qui n’a pas besoin de cela pour bander. Il sort ma bite du boxer et me branle lentement. Après avoir relevé sa tunique il conduit ma main vers sa bite qui bande bien elle aussi. Je jette un regard vers papa et je vois que Koen fait la même chose avec lui. Le docteur Dick prend ma tête entre ses mains et l’attire vers son sexe pour que je le suce. Ensuite, il entreprend de déshabiller progressivement et Koen fait la même chose avec papa. Quand la vidéo se termine sous les cris, les sifflets et les applaudissements d’une assistance hystérique, nous sommes tous les quatre complètement nus la tige dressée face au public.

Après avoir demandé le silence au public, le docteur s’adresse à nous pour nous dire qu’il nous reste une dernière formalité à remplir avant d’être intronisés comme membre de l’association « Vaders en Zoons ».  Koen enfile sur la tête et le visage de papa le slip qui porte les traces de son sperme et du mien, puis il lui ordonne de se mettre à quatre pattes face au public.  Dick enfile sur ma tête et mon visage le boxer encore tout mouillé du sperme de papa qui a coulé de mon cul ; je peux en humer toutes les odeurs viriles et excitantes ;  il m’ordonne de me pencher vers l’avant et de me tenir les mollets. Il écarte mes fesses, doigte mon cul, le lubrifie abondamment et, après avoir mis une capote, il m’encule devant tout le monde. Je comprends que Koen fait la même chose avec papa. Le public est excité, il crie et encourage les maîtres des lieux qui nous baisent profond. Ca chahute pas mal dans le grand salon où on entend des « oh oui », des « vas-y papa, prends-moi », des « suce-moi, petite salope », des « oh yeah » et des « fuck ». Ca gémit, ça râle, on entend des cris de jouissance. Koen pousse un cri de jouissance, la bite de Dick explose dans mon fion.

Progressivement le calme se rétablit dans la salle. Le docteur demande à l’assistance si nous pouvons être admis comme membres. Des « oui » fusent de toute part. Il demande ensuite si quelqu’un s’y oppose. Seul le silence lui répond. Il me libère du boxer qui m’empêchait de voir les autres participants et la partouze à laquelle ils s’étaient livrés. Papa est lui aussi libéré de son slip. Nous sommes ensuite revêtus de la tunique romaine, symbole de notre appartenance à la confrérie des pères et fils incestueux. C’est déjà l’heure du déjeuner et nous sommes tous invités à passer dans la salle-à-manger où un repas de fête nous attend.


 Si vous avez des fantasmes, des récits imaginaires ou expériences vécues en rapport avec les thématiques de ce blog, vous pouvez nous les raconter en détail en m'écrivant (zobadada@gmail.com) ou en utilisant le formulaire de contact qui se trouve à droite. Je le mettrais sur le blog pour que tout le monde en profite :)


Bon dimanche à tous !

20 commentaires:

  1. tout ce qui concerne la semence sainte, me émeut profondément. Comme cette phrase, par exemple:
    Koen enfile sur la tête et le visage de papa le slip qui porte les traces de son sperme et du mien, puis il lui ordonne de se mettre à quatre pattes face au public

    mais la dernière image est si savoureuse! me donne envie de lécher tout son visage pour le nettoyer bien. Je suis sûr que vous me comprenez!

    Bonne dimanche Damien aux fantasmes incestueux et à tous nos amis lecteurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Xersex.

      Je suis heureux de constater que mon récit a trouvé un écho chez toi cette fois-ci. Je sais que la sainte semence t'émeut énormément et je me doutais bien que tu te régalerais avec la dernière photo.

      Bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  2. Bonjour Dada

    Heureux que ces congés te furent bénéfiques

    Tout à fait en accord avec tes énoncés concernant tes activités sur ton blog

    Cela sera identique pour moi car entre mon travail - mes deux blogs , mes comptes facebook - Google + - Pinterest etc

    Il me reste peu de temps pour mes loisirs et diverses activités !

    Merci pour ce très beau récit et les photos jointes

    Bon dimanche bien juteux - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Papa.

      Il y a en effet une vraie vie à côté des blogs et du Net. Ce serait malheureux de ne pas en profiter car c'est plus amusant de juter avec quelqu'un en chair et en os que de se branler seul devant un ordinateur. Pour le boulot, on ne peut pas y échapper, il faut bien gagner quelques euros pour faire bouillir la marmite et payer les connexion internet :)

      Je te souhaite une bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  3. Bonjour Mister Damien!
    Il est bon de prendre parfois un peu de recul vis-à-vis de ce loisir virtuel!
    Ce nouvel épisode ton fantasme se veut vraiment fort plaisant à lire et ne laisse pas un seul instant le lecteur indifférent!
    Ton choix de photos est un pur délice avec un coup de coeur spécial pour la dernière ;-)
    Je te souhaite un bon et beau dimanche!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mister Opti-mix-tic.

      Cela me fait plaisir de savoir que le récit de mon fantasme t'a plu et ne t'a pas laissé indifférent. Si tu y a pris autant de plaisir que moi, ça a dû s'agiter sous le boxer. En a-t-il gardé des traces ?

      Je te souhaite une bonne fin de soirée et un bon début de semaine - Bisous.

      Supprimer
    2. Bonjour Mister Damien!

      Cela s'est en effet bien agité dans le boxer, mais aucune trace, car à un moment il faut bien se décider de l'enlever tant cela s'impose!

      Je te souhaite une belle et bonne journée!

      Bisous

      Supprimer
    3. Bonsoir Mister,

      Tu as raison, mieux vaut se débarrasser du boxer, on est plus libre de ses mouvements pour stimuler toutes les zones érogènes :)

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    4. Salut, j'ai beau être blasé et expérimenté dans ce type d'histoire en réel, délicieux! ca m'a bien fait bander et on s'est offert une bonne branle commune. bine aimé aussi les deux premières photos du premier épisode, en bleu. Simple, sans chiqué mais donnant l'air de m'amour et du désir sincère. Pas besoin qu'un gamin soit vieux pour faire une bonne salope, tu peux le dire, si la pédagogie est bonne.... et le sexe est un excellent réducteur de tensions.

      Supprimer
    5. Salut Charles Six.

      Merci pour ce commentaire très sympathique. Je suis honoré d'apprendre que ce récit a pu être apprécié par des experts comme toi et ton frère et que le choix des photos du premier épisode t'a plu.
      Je suis d'accord avec toi quand tu dis qu'il ne faut pas qu'un gamin soit vieux pour faire une bonne salope. Une bonne pédagogie peut aider mais je pense aussi que certains ont cela dans le sang, et même que le désir de sexe ainsi que l'art de le pratiquer est inné. C'est l'éducation qui, avec tous les interdits qu'elle impose souvent, finit par étouffer les désirs des enfants et à les inhiber.

      Bon weekend à vous tous et prenez beaucoup de plaisir.

      Supprimer
  4. Salut Damien,

    Un bien bel épisode, bien excitant. En définitif, ce genre de thérapie est absolument géniale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Xaber.

      C'est une très bonne thérapie, très efficace qu'il faut absolument recommander à ton papa.

      Bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  5. Cette histoire m'a beaucoup excité. Dommage que ce ne soit qu'un fantasme sinon je t'aurais demandé l'adresse de ce club.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Kalinours.

      Ce n'est qu'un fantasme pour le moment mais rien n'empêche de le réaliser et de créer le club :)

      Bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  6. Encore une fois tu as le don de nous mettre sur la bonne voie !!!
    Une thérapie qui éviterait certainement beaucoup de conflit père +fils !!!
    Merci continue à nous ravir cher ami, ne lâche pas !!!
    Bonne semaine à toi . Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes encouragements, Christian.
      Je te souhaite une bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  7. La deuxième photo est magnifique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ils sont très mignons et semblent beaucoup apprécier d'être ensemble dans cette position.

      Supprimer
  8. michel69villefranche@msn.com12 mars 2015 à 19:31

    superbe récit
    j espère que la thérapie n est pas finie et passera en thérapie de groupe
    merci du plaisir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michel.

      Ah ah oui, c'est une thérapie à long terme pour laquelle il faut de nombreuses séances d'entretien en groupe :)

      Bonne soirée - A bientôt.

      Supprimer