mercredi 24 juin 2015

Initiés très jeunes par des hommes matures


Les témoignages que je reprends dans cet article abordent un sujet délicat et fortement controversé mais que je ne souhaite pas censurer puisqu'ils reflètent une réalité qu'il me paraît absurde de vouloir cacher. Il ne s'agit bien sûr pas de faire l'apologie de relations sexuelles illégales et encore moins d'approuver les abus commis sur la personne des mineurs. Toutefois, si les différentes législations fixent un âge en dessous duquel les relations sexuelles sont interdites, cela n'empêche pas d'être intéressé par le sexe dès le plus jeune âge et d'avoir envie d'expérimenter d'une manière ou d'une autre.

Savez-vous que, malgré les disclaimers mis sur les sites "pour adultes" et reconnus par les logiciels de "contrôle parental" pour prévenir que le contenu ne convient pas aux mineurs, de récentes études montrent que l'âge moyen à partir duquel un jeune regarde des scènes pornographiques est de 11 ans pour les garçons et 13 ans pour les filles. Il s'agit ici de l'âge moyen, cela signifie que, si certains regardent du porno pour la première fois à 18 ans, d'autres en regardent déjà à l'âge de 6 ans.


Chacun est libre d'avoir son avis et ses convictions sur ce sujet. Il ne s'agit toutefois pas d'en débattre ici d'un point de vue légal ou éthique, mais d'entendre les témoignages en respectant le vécu de leurs auteurs.

Ces témoignages ont été confiés dans les commentaires des articles du vendredi 24 octobre 2014 et du vendredi 6 février 2015.


Melvin :
Pour ma première expérience intense avec un homme j'avais 11 ans, je précise bien intense, avec sodomie en tant que passif, car avant il y avait juste les branlettes avec des potes de ma classe.
Cet homme, qui avait presque 40 ans, était commerçant dans mon village. Il était marié et père de deux enfants qui avaient à peu près mon âge. C'est moi qui l'ai allumé et non l'inverse (j’étais déjà une petite salope malgré mon jeune âge). A force de lui faire des propositions du genre que je voulais le sucer et sentir sa grosse bite dans mon cul, il a fini par céder.
Sa femme effectuant les tournées avec un camion dans la campagne et les gamins gardés par les grands parents,  il mit une pancarte sur la porte de son commerce " fermé momentanément " et m’entraîna à l'étage pour me séquestrer entre ses bras virils et musclés ...
J'ai aussi allumé dès mon jeune âge des clients à mon père. Parmi eux beaucoup de vignerons et d'agriculteurs qui honoraient régulièrement avec délice mon p'tit cul ...

 Jeff :
Moi aussi à 11 ans (et demi) mais je n’ai pas fait le premier pas et je l'ai senti passer. Mais je n’ai pas été traumatisé parce que j'avais les attirances. Au contraire, quand j'ai compris ce qu'il voulait, j'ai laissé faire. Il avait la trentaine et on s'est revu 4 ou 5 autres fois. Après je suis passé à autre chose, il n’était pas du coin de toute façon. J'ai 33 ans et en général je préfère les mecs plus âgés que moi mais ce n’est pas figé.
Je n'ai pas fait le premier pas mais, quand il m'a approché pour engager la conversation, je lui ai répondu. Quand sa conversation a pris un chemin plus orienté avec des allusions à caractères sexuels, j'ai joué le jeu car j'avais compris ce qu'il voulait ; j'étais très éveillé comme garçon. Et quand il a posé sa main entre mes jambes, j'ai écarté les cuisses pour me faire caresser plus facilement. J'étais déjà conscient d'être un petit pédé mais je n’avais jamais touché une autre bite que la mienne. Quand il m'a proposé de toucher la bosse dans son froc, je l'ai fait. Quand il m'a proposé de trouver un coin plus tranquille, c'est moi qui lui ai proposé la vieille grange abandonnée sur le terrain près de chez mes parents. Quand il m'a proposé que l'on se désape entièrement, je l'ai fait. Après on s'est caressé, il m'a appris à embrasser avec la langue, il m'a sucé et m'a expliqué comment le sucer et comment le branler, et il m'a proposé de m'enculer. Il m'a dit qu'il serait doux. J'ai dit oui et il m'a sodomisé. Cela a pris un peu de temps et je l'ai senti passer mais il y allait doucement et ne l'a rentré qu'à moitié avant de commencer les va et vient. Je n'ai donc pas été traumatisé bien au contraire. La preuve, on s'est revu les jours suivants. Je lui ai demandé si moi aussi je pouvais l'enculer. Il m'a répondu qu'il n'était pas contre le principe mais il m'a fait remarquer que je n'avais qu'une bistouquette entre les cuisses et que pour enculer quelqu'un il fallait d'abord qu'elle se transforme en bite.
Je ne sais pas s'il aurait arrêté si je lui avais demandé vu que ça ne m'était même pas venu à l'idée ; j'étais trop content de ce qu'il se passait.

 Biroute Agile :
Salut Jeff.
Ce n’est pas un concours bien sûr, mais je te bats. Mon dépucelage anal a eu lieu alors que j'avais 10 ans. Il n'y a pas de quoi être fier, mais je n'en ai pas honte non plus et n'en ai pas de regrets. Trente-quatre ans plus tard je suis un pédé très assumé. Comme toi visiblement.
Le mec qui m'a dépucelé, Jean-Paul, était un homme marié et père de famille d'un peu plus de 40 ans, qui avait 3 gosses dont une fille de mon âge. Mais on n’allait pas à la même école. Ses gosses allaient en école privée, moi à l'école publique.
Jean-Paul habitait avec sa famille à 2 rues de la nôtre et était Directeur d'une agence Crédit Agricole. Il est resté mon amant jusqu'à mes 19 ans. De 10 ans à 14 ans, je n'avais que lui. Après, j'ai commencé à en fréquenter d'autres, de mon âge d'abord, puis plus âgés ensuite.
Notre relation s'est arrêtée lorsqu'il a été muté dans une autre ville et on ne s'est plus jamais revu.
Il m'a tout appris du sexe. Mais malgré mon très jeune âge au moment où cela a débuté entre nous, il n'a jamais été violent et ne m'a jamais forcé quand je ne voulais pas faire quelque chose. Il était très doux en fait.
Ce ne sont que des souvenirs maintenant, mais très bons, je dois dire.
À 10 ans, je n'étais pas aussi éveillé que toi du moins sur le plan sexuel. Ce n'était pas une chose qui me travaillait l'esprit, bien que j'avais l'esprit curieux en général. Mais ça, je ne me sentais pas concerné. Je savais juste que c'était un truc que faisaient les parents pour avoir des enfants. Imagine mon ignorance dans le domaine. Je me suis pourtant vite éduqué avec Jean-Paul. Il habitait à 2 rues de la nôtre avec sa famille. Mes parents le connaissaient car ils étaient clients du Crédit Agricole où Jean-Paul était Directeur d'agence. Moi, je ne le connaissais pas et je ne connaissais que très peu ses enfants car si nous vivions dans le même quartier, nous ne fréquentions pas la même école.
Une aire de jeu a ensuite été construite près de chez nous où je me rendais avec mes frères régulièrement et où les enfants de Jean-Paul se rendaient aussi. On a pu mieux faire connaissance et c'est là que j'ai fini par rencontrer leur père. Dès cette première rencontre, j'ai vu que Jean-Paul était gentil et il m'a montré un plus vif intérêt qu'aux autres.
Au fur et à mesure des rencontres j'ai pu constater que j'étais son centre d’intérêt car il venait toujours parler à l'aire de jeux, que je sois avec mes frères ou non, et même quand ses propres enfants n'étaient pas présent. Sa fille qui était du même âge que moi l'avait aussi remarqué à force et s'en était plainte à son père de jalousie. Jean-Paul avait alors changé d'attitude avec moi dans un premier temps. Puis un jour, il m'a pris à part discrètement et m'a dit que j'étais un très gentil garçon et qu'il m'aimait beaucoup. Il m'a demandé si je serais d'accord de faire un câlin avec lui. J'ai dit oui, il m'a alors serré dans ses bras et m'a embrassé sur le front. Il m'a proposé de refaire un câlin régulièrement mais en cachette. J'ai dit oui, car je n'avais pas l'habitude des câlins. Cela me changeait de mon père qui était plus du genre bibine et ceinturon.
Après de nombreuses semaines et des câlins réguliers qui se sont agrémentés petit à petit de baisers sur la bouche, Jean-Paul m'a révélé être amoureux de moi et, comme j'appréciais être avec lui et partager notre secret, j'en étais très content. Les enfants adorent être aimés de toutes façons.
Après, tout s’est accéléré. Il m'a petit à petit expliqué que deux personnes qui s'aiment doivent faire l'amour et comment cela se pratique. Et un jour, il m'a sodomisé avec mon accord. Il a été très doux et n'est pas rentré entièrement pour cette première fois mais, à force de pratiques régulières (mais pas à chacune de nos rencontres même lorsque c'est moi qui demandais), je suis devenu un expert. Nous étions définitivement amant. Plus tard, il m'a montré des films pornos mais pas avant que j'ai eu 12 ans. En prenant de l'âge et mon corps se développant, il est arrivé un jour où j'ai pu moi aussi jouer les actifs avec lui. Cela a donné une autre dimension à nos ébats et à notre amour. Jusqu'à sa mutation l'année de mes 19 ans qui a mis fin à notre relation.
Ce n'était pas évident de se rencontrer, surtout de 10 à 13 ans. A cet âge-là, les parents ne te laissent pas sortir comme tu le voudrais, et surtout pas le soir. Mais on avait pris quelques habitudes après l'école ainsi que les mercredis et weekends après-midi. C'était parfois aléatoire à cause de mes disponibilités et de celles de Jean-Paul. Plus facile en période de vacances scolaires. Parfois ce n'était qu'à l'aire de jeux juste le temps d'échanger quelques mots et un bisou. Nous devions être discrets, comme Jean-Paul me l'avait fait comprendre pour éviter la jalousie des autres. Bien sûr, cet argument de jalousie tenait lorsque j'avais 10 ans mais à 11 ans je n'y croyais déjà plus. Je savais parfaitement que si nous devions nous cacher c'était que notre relation était contre nature (aux yeux de certains).
Ce n'était pas évident de se voir mais on y arrivait. A partir de l'âge de 13 ans, cela a été encore plus facile, je savais parfaitement mentir et embobiner mes parents. Au fur et à mesure que les années passaient, cela devenait encore plus facile de le voir plusieurs fois par semaine. Nous pouvions dire que nous avions une liaison amoureuse bien partagée. Et de plus en plus sexe.
Il était aussi difficile de trouver des endroits tranquilles.
Parfois c'était tout simplement chez lui si sa femme et ses enfants n'étaient pas là. Cela arrivait surtout en période de vacances scolaires lorsqu'ils partaient chez les grands parents quelques jours.
C'est comme cela qu'il a pu me faire visionner des cassettes pornos qu'il cachait dans une caisse métallique fermée à clé dans son garage.
Il lui est arrivé de se faire prêter un appartement par un ami. Ami qui savait parfaitement que Jean-Paul baisait avec un jeune garçon et n'en était pas choqué. Cela devait lui arriver aussi de temps en temps.
La première fois que j'ai vu ce mec, j'avais 10 ans. Il m'avait trouvé très mignon. Ensuite, il est parti et nous a laissé seuls chez lui Jean-Paul et moi. Il n'a jamais participé par contre et tant mieux car je ne l'aimais pas. Je l'avais dit à Jean-Paul qui m'avait assuré que l'autre ne me toucherait pas.
Un autre ami a parfois prêté son appartement, mais à celui-là, Jean-Paul faisait croire qu'il baisait avec une maîtresse.
On l'a fait souvent dans sa voiture ou, quand la saison le permettait, dans un coin tranquille de forêt, allongés sur des couvertures.
Alors que mon coming out est fait depuis longtemps, ma famille ne soupçonne pas que j'ai été dépucelé à 10 ans et l'amant de l'ancien banquier de mes parents. Ils en auraient eu une attaque.
Mon homosexualité est connue mais pas bien vue, sauf de mon frère cadet (je suis le benjamin). Mes parents et mon frère ainé ne comprennent pas qu'un mec viril comme moi (je suis genre bear) soit homo. Inutile de leur présenter un boyfriend. Ils refuseraient de le recevoir. 

Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog de vos relations ou de vos fantasmes avec un homme de votre famille, ou avec un homme plus âgé ou plus jeune que vous, qui pourrait être votre père ou votre fils, ou si vous souhaitez raconter une histoire bandante mettant en scène un jeune avec un homme mature ou des membres mâles d'une même famille, vous pouvez m'envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur mon profil Blogger.


Bisous à tous !

22 commentaires:

  1. Ces témoignages sont super cool !

    Je veux pas faire monter les enchères mais j'ai commencé à sucer des bites à l'âge de 9 ans. C'est mon cousin qui a le même âge qui m'avait expliquer et montrer comment faire. Il avait vu faire ça dans un porno hétéro que visionnait son frère aîné.
    Après on l'a expliqué ensemble à 3 ou 4 autres copains.
    Par contre j'avais 13 ans quand j'ai sucé un adulte la première fois mais j'avais refusé la sodomie. J'ai attendu d'avoir 16 ans pour cela.
    Mon cousin et moi avons 26 ans maintenant et bien sûr nous sommes tous les deux homos.

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cédric,

      Je ne sais pas si tu fais monter les enchères, comme tu dis, mais nos témoins n'ont parlé ici que de leurs relations avec des adultes et non avec des copains de leur âge. Il se peut qu'ils aient eux-aussi (ou certains d'entre eux) commencé plus tôt avec des petits copains :)

      Mais, c'est sûr que tu me bats puisque j'ai dû attendre l'âge de 17 ans pour faire mes premières expériences avec un adulte malgré que j'attendais cela depuis longtemps ;)

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
    2. Cédric
      Tu es un peu hors sujet car mon témoignage et ceux de Melvin et Biroute Agile parlent de relations et de dépucelages faits avec des mecs adultes alors que nous étions des gamins. C'est sûr que toi tu étais aussi un gamin à 9 ans, mais tes premières expériences ont été faites aussi avec un autre gamin. Ce n'est pas la même chose, même si effectivement tu as été assez précoce toi aussi.

      Je ne me rappelais pas l'histoire de Melvin, mais il devait franchement en avoir dans le pantalon pour oser draguer des adultes à l'âge de 11 ans. Je n'aurais jamais osé, j'aurais eu trop peur qu'ils en parlent à mes parents.
      A 11 ans dire carrément à un père de famille que l'on veut le sucer et recevoir sa bite dans le cul, c'était absolument inconcevable pour moi, mais c'est sacrément culotté Melvin. Je te tire mon chapeau.
      Mais le pire, c'est que le type finit par te baiser au lieu d'en parler à tes parents. Je n'aurais certainement pas eu la même chance si j'avais été à ta place. Il devait avoir un côté pédo sur les bords.
      Moi le gars qui m'a dépucelé, c'est lui qui m'a dragué. Je l'ai juste laissé faire car j'avais compris ce qu'il voulait et que j'en avais envie.
      Enfin, de toutes évidences, que ce soit Melvin, Biroute Agile ou moi, cela ne nous à pas vraiment traumatisé bien au contraire. On aime toujours ça des années après.

      Autre chose qui n'a rien à voir.
      Nous n'avons pas eu d'intervention de François N récemment. C'est étonnant. Sans doute trop occupé à organiser son mariage. Car si je ne m'abuse, son mariage est pour début juillet.
      Si tu es dans les parages François, peux-tu nous confirmer ?

      A bientôt Biz

      Supprimer
    3. Bonsoir Jeff,

      C'est effectivement ce que j'ai dit à Cédric. Mais, c'est vrai qu'en commençant à 13 ans avec un adulte, il fait aussi partie du "clan" des précoces :)

      Je suis du même avis que toi concernant Melvin qui était plutôt culotté. Moi non plus je n'aurais jamais osé faire cela avec un étranger, pourtant je n'hésitais pas à émoustiller mon papa. Il est vrai pourtant qu'il y a des jeunes qui n'ont pas peur de demander. Ainsi, mon jeune neveu de 9 ans m'a demandé de lui montrer ma queue, ce que j'ai bien sûr refusé de faire.

      Tout comme toi, j'espère que François viendra nous dire un petit bonjour bientôt pour qu'on puisse lui présenter tous nos vœux.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    4. Bonsoir

      Jeff, je suis moi aussi impressionné par l’aplomb de Melvin. Je n'aurais pas pu être aussi explicite non plus avec Philippe à l'âge de 11 ans, ni avec qui que ce soit d'autre non plus d'ailleurs. J'aurais eu trop la trouille.

      En ce qui concerne François N je crois me rappeler que son mariage avec Lionel est fixé au 4 juillet. Il confirmera ou infirmera sans doute.

      ZobàDada, il faudra que tu nous expliques comment ton neveu de 9 ans est venu à te demander ça. Tu en as trop dit ou pas assez. Tu penses qu'il a des attirances homo ?

      A part ça, ce weekend Philippe s'installe définitivement dans son appart. Youpi !!!!
      Mais il a également prévu de dire la vérité à sa femme sur nous. Pas Youpi du tout !!!
      Dans ce cas, il va falloir que je planifie d'informer mes parents moi aussi avant qu'ils ne l'apprennent par quelqu'un d'autre. Je ne voudrais pas que sa femme aille chez mes parents faire un scandale. Enfin moi je bosse ce weekend, je ne sais pas trop comment m'organiser. On verra bien.

      Bisous


      Supprimer
    5. Bonsoir Corentin,

      C'est donc le moment de vérité. Je vous souhaite que tout se passe au mieux pour vous deux mais je comprends que le weekend va être très stressant.

      Pour mon neveu, c'est venu comme ça. Il m'a demandé :"dis, tonton, c'est vrai que quand les hommes ont de la barbe, ils en ont aussi sur le zizi ?" Je lui ai demandé pourquoi il me posait la question et il m'a répondu que c'était son copain qui lui avait dit qu'il avait vu celui de son grand frère et qu'il était tout poilu. Il m'a alors demandé de me montrer le mien pour voir comment c'était :)
      A part ça, je ne sais pas s'il a des tendances homo ou si c'est de la simple curiosité.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    6. Merci pour la réponse Bonne nuit

      Supprimer
    7. Salut les gars et en particulier Jeff34.
      Jeff, tu sembles regretter que je ne sois pas intervenu sur le blog ces temps-ci. En fait il m'arrive de venir sur le blog sans commenter. Je ne suis pas toujours inspiré et certains articles n'ont pas besoin que je les commente. Sans doute comme toi qui ne commente pas obligatoirement à chaque passage je suppose.
      Mais c'est vrai que je ne suis pas venu sur le blog depuis un moment. Effectivement comme Corentin te l'as répondu (il a bonne mémoire) notre mariage avec Lionel aura lieu le 4 juillet, soit dans deux jours.
      Mais ce n'est pas le mariage qui nous a accaparé. On a fait faire des travaux à la maison (peinture intérieure et extérieure, refonte totale des salles de bains et de la cuisine, vérandas, encadrements fenêtres, etc). Lionel et moi avons fait certaines choses avec parfois l'aide de mon fils et mon gendre, mais la majeure partie a été confiée à des entrepreneurs. Malheureusement ils ont pris du retard et les travaux qui devaient être terminés début juin ne sont pas tous finis. Je n'arrêtais pas de téléphoner aux divers entrepreneurs pour qu'ils viennent finir. Mais ce qui reste devra attendre notre retour de voyage maintenant, car on part lundi pour la Namibie via Francfort. C'est pas l'endroit que je souhaitais pour un voyage de noce mais Lionel était emballé par ce projet alors j'ai cédé. J'espère ne pas être trop déçu.
      En dehors des travaux, nous avons aussi été accaparé par le fait se renseigne sur la création d'entreprise parce qu'il se mettre à son compte.
      Et il a aussi un autre projet qui n'a rien à voir mais qui après réflexion et pesage du pour et du contre est une chose que je soutiens. Mais comme ce projet n'est pas finalisé et ne le sera peut être pas dans l'immédiat, je ne vous en parlerai que le moment venu si Lionel est d'accord.

      Voilà les raisons pour lesquelles je me suis fait rare. Et dans les 15 jours qui viennent vous me verrez pas non plus.

      Je vous embrasse

      Supprimer
    8. Salut François,

      Le grand jour approche et je comprends que tu n'auras plus le temps de passer avant samedi puisque ce sera sans doute l'effervescence demain soir, et qu'ensuite vous serez en voyage. Je ne connais pas la Namibie et je ne peux donc pas dire si tu seras déçu ou pas mais, peu importe le lieu, tout se passe toujours très bien quand on est avec l'être aimé. N'est-ce pas l'essentiel.

      Dès à présent, vous présente à tous les deux toutes mes félicitations pour votre mariage et tous mes voeux de bonheur.

      Gros bisous à vous deux.

      Supprimer
  2. il semble que ces relations intergénérationnelles n'ont pas troublé les enfants devenues des adultes!

    Certes, ces relations ont mis en place ce qui était déjà latente.

    Merci pour ton commentaire pour http://menforxersex.blogspot.it/2015/06/nikola-jovanovic-what-slavic-beauty.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, Xersex, contrairement aux nombreux témoignages qui sont fortement médiatisés par ailleurs, nos amis n'ont pas été traumatisés par ces expériences. C'est vrai qu'ils étaient en attente de ce genre d'initiation, consciemment pour Melvin et peut-être un peu moins pour Jeff et Biroute Agile. Cela leur a plu et ils se sont bien gardés de le claironner sur tous les toits.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  3. Bonjour. J'ai trouvé ce blog par hasard, et je suis agréablement surpris de voir qu'il est possible de discuter de sujets assez "périlleux" en toute intelligence et sans se retrouver jugé, chose que je pensais plus ou moins impossible.
    Pour réagir à cet article, j'ai toujours été attiré par des hommes plus âgés (en tout cas d'aussi loin que je m'en souvienne), même si j'ai attendu 19 ans pour me lancer pour la première fois (pas aussi jeune que les témoignages ci-dessus donc), même si c'était avec un homme de 50 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Phil et bienvenue parmi nous.

      C'est en effet une spécificité de ce blog d'oser aborder des sujets délicats en toute liberté mais aussi dans le respect mutuel, sans juger et encore moins condamner qui que ce soit. Qui sommes-nous d'ailleurs pour juger les autres sans connaître la totalité de leur vécu ?
      Il est vrai que l'anonymat garanti ici aux différents intervenants permet de dire des choses qu'on n'oserait jamais raconter à personne. Je reçois aussi parfois des messages privés d'hommes qui me font des confidences très intimes en me demandant de ne pas les publier et je dois dire que c'est très instructif sur la nature humaine, on est loin du monde parfait que les moralistes de tout bord imaginent et voudraient nous imposer.

      Tout comme toi, je n'ai pas commencé aussi jeune que nos témoins ci-dessus) puisque j'avais 17 ans pour mon initiation par un homme de 60 (plus proche de l'âge de mon grand-père que de celui de mon père). Mais, j'étais tellement en attente que je l'aurais fait avec n'importe qui d'un peu mature. Par la suite, c'est un homme de l'âge de mon père qui a complété mon éducation.

      Par la suite, as-tu continué avec des hommes plus âgés ou t'es-tu intéressé aux hommes plus proches de ton âge ?

      Bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
    2. Bonjour et merci pour le mot de bienvenue.
      Pour répondre à ta question, je suis toujours plus sous le charme d'un homme mûr que d'un jeune plus proche de mon âge. J'ai tenté une fois ou l'autre avec un mec de 25 ans, mais rien à faire : un homme d'expérience, c'est nettement mieux. Depuis quatre ans d'ailleurs, je suis en couple avec un homme qui a deux fois mon âge, et avec qui je me sens bien.

      Supprimer
    3. Bonjour Phil,

      Je suis à 100% d'accord avec toi. Un homme mature, c'est beaucoup mieux qu'un plus jeune ; ils ont bien sûr l'expérience qu'on n'a pas au départ, mais ils sont surtout moins compliqués, moins exclusifs et plus compréhensifs.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  4. Bonjour ZobaDada et bonjour à tous. Nouveau venu sur ce blog je prend un plaisir immense à vous lire. Ayant moi même fantasmé depuis toujours sur mon grand père et mon père. Pour ma part je me suis fait dépuceler à l'âge de 12ans par un homme de 58ans rencontré dans un magasin. Merci de me lire et peut être fe me répondre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et bienvenue parmi nous.

      Puis-je te demander de te choisir un pseudo (pas forcément ton vrai prénom pour préserver ton anonymat) ? Ce serait plus sympa pour la suite des échanges, si du moins tu le souhaites aussi.

      Ayant toujours fantasmé sur ton père et ton grand-père, tu as trouvé le bon blog pour en parler :)

      Comme tu l'as certainement remarqué, nous sommes ici entre amis et les échanges se font toujours dans le respect mutuel, et on se répond toujours les uns aux autres. Je ne doute d'ailleurs pas que d'autres viendront aussi discuter avec toi.

      Peux-tu nous dire comment s'est faite cette rencontre dans le magasin avec cet homme qui aurait pu être ton grand-père ? Est-ce lui qui t'a dragué et comment s'y est-il pris ?

      A bientôt - Bonne fin de journée - Bisous.

      Supprimer
  5. Cher Damien, il est difficile de laisser passer cet article sans réagir mais que dire pour rester convenable sur un blog bien élevé comme le tiens ? Je me lance : tout d’abord, comme tu le sais, je pars avec un handicap. Oui, un handicap car, dans ma situation particulière, il m’est souvent difficile de me mettre dans les baskets des autres, de comprendre leurs appréhensions et inhibitions côté sexe car je ne peux les appréhender que de l’extérieur.
    Tout d’abord, nous sommes incestueux depuis la 5° génération. Au début, c’était hétéro et c’est allé crescendo : grand-père avait la chance de baiser sa mère, sa grand-mère, sa sœur et sa nièce. Il pouvait assurer : comme nous deux, teubé 23 x 6 cm (oui, monsieur, pas des vantardises, eh non) et multicoups, comme Lucky Lucke. Un vrai porc, il faut le dire, mais avec la manière de faire et il n’avait pas de Pb pour se trouver d’autres gonzesses en complément. Bon, pas de chance pour lui, il n’a eu que deux fils, donc il a réfléchi un coup et crac, étant militaire, il a dû, une fois aller en Afrique pour 3 ans. Il est parti seul et a laissé les garçons avec les femmes de la famille. Père avait 14 ans, oncle presque 18 ans en clair deux gaillards d’ado à la trique toujours raide et bien baveuse. Comment rester chaste quand grand-père se faisait les femmes de la famille sans trop de discrétion, parfois avec le renfort de quelques amis ? Le plus furax était Oncle qui connaissait la tradition familiale et qui se demandait pourquoi, avec la santé qu’il avait et son engin honorable (18 * 4 environ, comme adulte) il n’avait pas encore « été invité au bal ». Rageant, injuste. Les filles n’avaient pas attendu si longtemps, elles !
    Mais espoir ! Avant de partir, grand-père a confié les femmes de la famille aux garçons, avec une mission que la génération du dessus a su très bien remplir. Pas besoin de beaucoup expliquer, les jeunes regardant aux portes, surtout quand on faisait exprès de les laisser ouvertes. Donc, vlan, vlan et vlan, et je t’en remets et plein de jeunes hormones se sont déchainées et les bonnes protéines ont coulé à flot.
    Et puis, les femmes en ont profité, ces coquines, quand le mâle dominant n’était pas là, ces gouinasses se sont gouiné, et oui, d’abord entre elles, sans vergogne, et puis les copines sont arrivées, avec Père et Oncle comme alibi masculin. Courageux à la tâche, les anciens, si je les crois (grand-mère a confirmé, c’est vrai), travaillant du nez, de la langue, du roseau poilu, des mains (avec doigts, paume ou en fist), des cuisses pour tenir et encadrent tout cela, et même le pied qui a une certaine capacité de pénétration quand c’est bien essayé.
    Bons, lecteurs vicieux, me direz-vous que font ces histoires hétéro sur un site convenable de gays droits dans leurs bottes, au boyau bien chaud en attente du chalumeau qui les allumera ? patience !
    1. D’abord, je n’ai jamais été convenable, désolé ;
    2. J’aime pas trop les homo purs jus, désolé encore, je suis un bi indécrottable même si je suis, aujourd’hui à dominante gay – et je dis même plus, gay TRES actif, je ne vois donc pas pourquoi je dénaturerai mon histoire pour la gayiser plus que ce n’est le cas ? au final, qui m’aiment me lise, les autres passeront à l’article suivant.
    La suite, demain !

    Allez un commentaire gay: les petits girons de photo 3 et 4 sont très sexy, je vote surtout pour photo 3, j'aime bien les peaux bistres. Quand à photo 1, c'est un vrai bijou, on n'oserait pas y toucher (mais avec un ou deux ans de plus, qu'est-ce que lui mettrait!) Pour autant, ma préférée est photo 2. Pas pour l'esthétique, mais pour l'amour père -fils et le désir simple qu'le exprime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charles,

      Tu as raison, laissons le n° 1 sur le bord de la piscine pendant que les autres s'égayent à l'intérieur de la maison. Nous l'inviterons à nous rejoindre quand il aura un peu grandi :)

      Pour le reste, je ne dirai rien puisque, comme tu le sais, je ne suis ni hétéro ni bi ; je ne connais donc rien dans ce domaine ;)

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    2. Damien, suite donc de l’épisode précédent.

      Grand-père a fait donc ses trois ans d’Afrique, avec une permission annuelle à chaque année. Il a pu apprécier les progrès des parents, faire des parties communes, mais toujours « plein hétéro" pendant cette période. Et puis, au bout d’un an, les femmes ont commencé à vouloir un peu de fantaisie supplémentaire et ont doigté les garçons pour les aider, dans les moments difficiles (endurance exigée, ou bien rechargement un peu plus long …), puis du doigt on est passé à la langue, et puis vlan, Oncle s’est dit une fois que cela faisait du bien et que Père pouvait bien se prendre une bonne teub quand il occupait la place désirée, et ce fut le premier sandwich, avec pleine complicité de Mère. Un peu de gode-ceinture leur a permis, à tous deux, un apprentissage progressif, mais cela n’a pas dépassé le cercle familial.
      Grand-père faisait celui qui ne savait rien, et faisait de la nique complice quand il revenait, mais sans aucun contact HH. Et pourtant, Père et Oncle approfondissaient leur connaissance mutuelle quand il était reparti (Oncle surtout, mais Père aimait bien). Bon.

      Retour de l’Ancien 3 ans après le départ, et, apparemment, il s’était un peu occupé des Africains là-bas, et pas que la gens féminine, puisque la première nuit a été pour les femmes, mais, après une journée de pause, il a invité les garçons en balade, style marche en montagne… et leur a demandé de lui montrer ce qu’ils avaient appris en son absence (et oui, le courrier de Mère, cela lui a appris bien des choses, en clair que son plan avait marché). Ce lubrique de Grand-Père, avec son esprit conséquent, avait tiré les conséquences du fait qu’il n’avait eu que des fils, signe que, pour le maintien de la tradition familiale, il fallait « diversifier les savoir-faire » (il a tout un tas d’expression neutres comme cela permettant de discuter entre nous en public sans être repérés).

      Le coup de rein de l’Ancien était costaud (car lui, comme nous, c’était un bon 23 x 6, aussi il avait su faire bonne figure en Afrique) mais c’est passé, avec un peu d’effort et de conviction ! Père a rapidement quitté l’armée (il avait des annuités et de l’argent de côté) pour « acquérir un de stabilité et tenir tout ce beau monde bien en main ».

      Et là, suspense, est-ce que c’était durable ? Combinaison instable du bi-inceste, avec des garçons déjà âgés (17 et 21), largement formés à la chatte qu’ils avaient facilement sous la main ? Et pas des lopettes, les géniteurs, mais des hommes bien hommes, assez durs, même .
      Réponse : oui, la tradition a pu se transmettre dans notre famille « très improbable », comme a dit un psy qui nous a suivis tous deux un moment (paiement en nature, rien coûté à sécu !). Pour la suite, attendre encore un peu….

      Supprimer