mercredi 8 juillet 2015

Ciné-vacances : Cadinot revisite les camps scouts


Les nostalgiques des camps de vacances scouts sont gâtés aujourd'hui, les papys amateurs de jeunes minets aussi, car voici deux bons vintages signés Cadinot.


Classic 2, la première vidéo que je vous propose est un recueil de 4 films :

  • Tendres adolescents (1980)


  •  Les hommes préfèrent les hommes (1981)


  •  Garçons de plage (1982)


  •  Scouts (1981)





La seconde vidéo est un long métrage : Scout 2 - Le jeu de pistes (1984)



Bonne journée - Bisous.

16 commentaires:

  1. deux vidéo vintage très précieuses je dirais à l'aube de la pornographie gay, que vu à travers les yeux d'aujourd'hui, donnent même de la tendresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xersex,

      Dans ces vidéos, il n'y a en effet pas que du sexe, il y a les petits à côté qui font tout le charme du film.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
    2. Je crois, cependant, la tendresse demeure aussi dans la distance du temps dans lequel ces films ont été réalisés. Aujourd'hui, personne ne ferait le film de cette manière, parce que les goûts ont changé.

      Supprimer
    3. Et c'est bien dommage.

      Bisous.

      Supprimer
  2. Les scouts !
    C'est là que j'ai fait mes premières expériences homo. De très bon souvenir dans ce domaine, à part cela les scouts ne servent à rien d'autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Marcel,

      C'est bien sûr là toute l'utilité des scouts. Malheureusement, les camps de vacances des mouvements de jeunesse sont devenus mixtes et on ne peut plus s'amuser entre garçons de la même manière qu'avant.

      Bisous.

      Supprimer
  3. Bonsoir Dada merci pour cette filmographie de Cadinot

    Pour ma part les films de Jean Daniel Cadinot c'est d'abord en premier Harem ( version intégrale ) 1984 que je possède en DVD , ainsi que 2eme sous-sol - 1987

    Bonne soirée juteuse bel Homme

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Melvin,

      Le Harem et les sous-sols, ce sera pour plus tard, quand le temps ne permettra plus de se donner du plaisir en pleine nature :)

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  4. Hey, you've got a sexy blog! :) Would love to collaborate & exchange links. Mine: Hot guys pictures.
    Let me know on my blog (I read those comments) or via e-mail. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok. I added the link to "Fit Studs" on my blog.

      Supprimer
  5. Les film de Jean-Daniel Cadinot sont de véritables chef-d'oeuvre que je ne me lasse pas de regarder. Je te remercie d'en avoir publié et t'invite à continuer dans cette bonne voie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes encouragements, mon Kalinours :)

      Big bisous.

      Supprimer
  6. un vrai bonheur que de voir ces films qui peuvent paraître puérils aujourd'hui et qui pourtant ont un charme fou...peut être parce qu'ils me rappellent mon adolescence
    merci mon ami !
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement ce caractère puéril, un peu naïf ou faussement innocent qui fait tout le charme de ces films :)

      Supprimer
  7. Bon, avec mes vacances en montagne, j’ai loupé ton actualité, donc je rattrape un peu le train maintenant, car je ne peux laisser passer sans régir l’éloge de mon auteur préféré.
    Certes, comme le dit un blogueur, on ne saurait faire de nouveau des films de ce type, mais on y a beaucoup perdu. Il y avait, dans Cadinot, à la fois un texte (très axé sexe, mais quand même un minimum de dialogue), une sensualité incroyable, de l’esthétique dans les décors les situations et les corps, c’était un peu le « David Hamilton Homo ». Sans doute qu’à son époque le porno homo était encore un « vice bourgeois », ce qui fait que tout y est relativement BCBG, et que le tropisme américain : muscle et brutalité des situations, bears crades n’avait pas triomphé. Le style racaille se voyait pue aussi, le fait que le monde homo était encore un peu « distingué ».
    Je le trouve très fort aussi dans les attouchements, les affleurements de tête, les baisers, et aussi sur un point où les nouveaux metteurs en scène me semblent en-dessous de son niveau, alors pourtant que le sexe est devenu bien plus hard : le sexe collectif ! Ses séquences sont de vrais ballets bien étudiés tant pour la mise en scène que le jeu des acteurs. Si 4 mecs sont là sur la scène, ils sont tous les 4 en interaction, et ne se limitent pas à jouer deux couples côte à côte, chacun donne du plaisir à l’autre. Je le trouve inégalé sur le sujet. Voir « les hommes préfèrent les hommes », dans ta première vidéo
    Sur un point évoqué par d’autres, à savoir une certaine ingénuité, oui et non. Certes, il en joue, mais de manière distanciée, une forme de perversion retournant les codes culturels des autres. Il sait aussi être assez hard : c’est le roi du godage, et même du godage avec des engins bien calibrés : voir par exemple : « garçons de plage », le métis frisé minute 61 et sq., mais aussi « les hommes préfèrent les hommes », la démonstration par le noir métis a/ c de la minute 43 de la vidéo.
    Puis-je oser un témoignage ? Tu sais que, dans notre famille, les hommes sont unis par une tendre affection, qu’ils n’hésitent pas à se manifester avec chaleur. Quand j’avais 16 ans et quelques, j’étais un jeune coq, plutôt fier de mes prestations. A cette époque-là, le porno sur internet était beaucoup moins accessible, et de, toute façon, Père y faisait embargo, considérant que c’était bidon, que nous n’avions « aucun besoin d’aide extérieure à l’imagination ». Mais, lui connaissait un peu le sujet, et fréquentait au moins Cadinot, pour « avoir un peu d’apport à la réflexion technique et la mise en scène ». Donc, un jour que je me vantais d’avoir bien fait mon taf, le père m’a montré les deux séquences ci-dessus. « T’es capable de faire comme le black ? Quand tu en seras là, tu pourras dire que t’es un pro ».
    J’avoue, j’ai été scotché, et je ne suis jamais arrivé à ce niveau, ni en souplesse / sensualité, ni capable d’auto-fistage. Mais, j‘ai bien travaillé le sujet, quand –même ! en fait, mon modèle, plutôt que ce joli black trop efféminé pour moi, c’est Mathieu Mallet. Là, ce fût un exemple pour moi. Comme j’étais dans une phase où je passais de passif à actif, ce type autoreverse m’allait bien. En tout cas, M. Jean-Daniel CADINOT, toujours chapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Charles,

      Merci pour cet avis très judicieux concernant le talent du regretté Jean-Daniel Cadinot.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer