lundi 17 août 2015

Naît-on ou devient-on homo ? Là n'est peut-être pas la question !


L'homophobie n'est pas l'apanage des hétéros. Au contraire, je pense que nous sommes pour la plupart les premiers à souffrir d'une phobie (= frayeur ou crainte) en nous découvrant des attirances particulières pour les garçons ou les hommes. Nous commençons par penser que ce n'est pas normal, nous avons peur d'être rejetés par notre entourage, nous cherchons à nous persuader que ce n'est que passager et qu'il suffit de multiplier les expériences féminines, ... Et puis vient le jour où nous finissons par accepter l'évidence, on ne choisit pas d'être homo, hétéro ou bi, pas plus qu'on ne choisit d'être blond, roux ou châtain. On peut simplement choisir d'assumer ou de dissimuler.

Cela n'empêche pas que beaucoup se posent la question du pourquoi et tentent d'y répondre cherchant des explications biologiques ou psychanalytiques.


Les amis de Freud vous diront qu'on ne naît pas homo mais qu'on le devient et argumenteront en disant que certaines situations se retrouvent fréquemment dans l'histoire de personnes ayant des tendances homosexuelles :

  • Garçon, élevé par une mère à la personnalité très forte, sans présence masculine réelle ; absence du père ou père physiquement présent, mais sans aucune personnalité. Faute de modèle, l'enfant ne peut apprendre à se comporter en homme. Le moment venu, il aura peur des femmes dont il craindra la domination et les fuira.
  • Garçon dont le père a une personnalité particulièrement forte, voire écrasante pour toute la famille. Un tel père est perçu par l'enfant comme quelqu'un d'inimitable, incapable d'échec. L'enfant ne peut le prendre comme modèle et organisera sa personnalité dans la soumission, la dépendance d'autrui et risquera plus facilement de développer des attraits homosexuels.
  • Garçon "couvé", surprotégé, qui restera d'une timidité maladive face à ses pairs. Si l'occasion s'en présente, et inconsciemment il la favorisera, il deviendra une proie facile pour un séducteur qui lui apportera compréhension et protection.
  • Garçon, élevé dans un milieu exclusivement féminin, y compris avec des centres d'intérêt et des jeux féminins, risquera de construire sa personnalité sur des modèles féminins.
  • ...


Les tenants des explications biologiques, comme Jacques Balthazart, vous diront qu'on ne devient pas homosexuel, on le naît. Ils vous expliqueront que l'homosexualité est provoquée par une interaction entre des facteurs génétiques et hormonaux dans l'embryon.

  • Plusieurs études suggèrent en effet qu'un stress très important subi par la mère durant la grossesse pourrait déséquilibrer la machine hormonale de l'embryon et influencer durablement son orientation sexuelle.
  • Selon ces études, les homosexuels auraient été exposés durant leur vie embryonnaire à des concentrations atypiques d'hormones, trop d'androgènes pour la femme et pas assez pour l'homme. 
  • Chez l'animal, il est d'ailleurs possible de modifier expérimentalement les taux d'hormones auxquels sont exposés les embryons. Soit on peut rajouter, lors d'une phase précise du développement, de la testostérone dans les embryons femelles, soit on peut bloquer l'action de la testostérone dans les embryons mâles. Et, à l'âge adulte, on retrouvera des caractéristiques comportementales du sexe opposé bien que les structures morphologiques et génitales de l'animal n'aient pas été modifiées, explique le docteur Balthazart.


Pourquoi certains sont-ils homos et d'autres pas ? Naît-on ou devient-on homo ?
Nombreux sont ceux qui se sont penchés sur ces questions mais personne n'a jusqu'à présent pu donner de réponses fermes et définitives, irréfutables. Les réponses des psy comme celles des biologistes ne sont que des hypothèses dont chacun peut penser ce qu'il veut.


Toutes ces études sont sans doute passionnantes pour ceux qui les entreprennent mais sont-elles nécessaires ? En quoi le fait de savoir si l'homosexualité est innée ou acquise peut-il améliorer notre vie ?

La question "naît-on ou devient-on hétérosexuel" se pose-t-elle ? Dès lors pourquoi se poser la question en ce qui concerne l'homosexualité ?

En réalité, ce qui me dérange dans ces études, c'est l'usage qui peut être fait des résultats, même si ceux-ci ne sont que des hypothèses. Si les causes de l'homosexualité sont d'ordre psychologique, on tentera de nous guérir par la psychanalyse car, si on peut devenir homosexuel rien ne doit s'opposer à ce qu'on fasse le chemin à l'envers pour devenir hétérosexuel. Si par contre les causes sont d'origine biologique, rien n'empêchera d'éliminer à la source les embryons qui auront été "infectés" pendant la grossesse de la mère. L'eugénisme n'est pas loin mais quelle régression pour la société qui devrait alors se priver de génies tels que Michel Ange, Erasme, Léonard de Vinci, Shakespeare, Cambacérès, Verlaine, Rimbaud, Proust, ...  et bien sûr vous et moi :)

Une question me semble bien plus pertinente mais, à ma connaissance, elle n'a jamais fait l'objet d'études sérieuses :

  • Alors que l'homosexualité existe depuis toujours, n'épargne aucune société ni classe sociale, pourquoi tant de personnes sont-elles incapables de l'accepter comme une réalité inhérente à la nature humaine ? Cette intolérance est-elle innée ou acquise ? Naît-on ou devient-on intolérant, homophobe ?



Le débat est ouvert. N'hésitez pas à donner votre avis sur tout ceci.


Bonne semaine à tous !

20 commentaires:

  1. on naît homo, à mon avis. souvent, l'intolérance et l'homophobie sont nés pour rejeter l'homosexualité latente et pas accepté!
    Hier je suis allé à mon club de sexe, parce qu'il était fermé, mais je suis allé avec mon ami escort dant j'ai fait temoignage ici
    http://zobapapa.blogspot.it/2015/06/xersex-et-son-vieux-gigolo-hetero.html.
    Je lui ai donné 30 euros et l'équivalent d'un verre plein de jus, dense, blanc, bon, très savoureux.
    merci pour la gif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xersex,

      Je suis bien content de savoir que tu as pu passer un bon dimanche malgré la fermeture de ton sexe-club et que tu as eu ta dose de bon jus.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
    2. precisation: j'ai donné mon jus!

      Supprimer
    3. Donner sans recevoir en retour, tu as été très généreux.

      Supprimer
  2. Bonjour Zoba.

    Merci d'avoir écrit un tel article. Enfin un écrit qui remet les choses à leurs places. Tu as absolument raison: a-t-on besoin de savoir si l'homosexualité est innée ou acquise? Selon moi, non. Chacun vit sa vie comme il l'entend, selon son coeur et ses désirs. D'ailleurs j'aime beaucoup la manière dont tu renverses la question, en ce qui concerne l'homophobie et l'hétérosexualité. :-)

    Pour ma part, je ne recherche que l'amitié chez le sexe opposé. L'amour et le sexe avec une fille ne m'ont jamais intéressé. Non pas que cela me faisait peur, comme beaucoup le disent, mais juste parce que cela ne m'attire pas. Point barre.

    En fait, je pense que c'est surtout une question d'individu, plus qu'une question biologiquement exacte ou de facteurs familiaux/sociaux.

    D'ailleurs, les études dont tu parles montrent que ceux qui les mènent ont la vue obstruée par les clichés: par définition, un homme homosexuel se construit uniquement à partir de repères féminins?? En gros, un homme doit forcément être hétéro pour prétendre à la virilité?? :-p

    Désolé d'étaler mes opinions comme ça...!

    Bonne semaine! - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Leather Boy et merci pour ton message.

      Tu n'as pas à être désolé d'étaler tes opinions. Chacun a bien le droit de donner son avis et je ne me suis pas privé ici de donner le mien.

      Il est vrai que les clichés ont la vie dure et sont souvent à l'origine de bien des intolérances.

      Bonne semaine - Bisous.

      Supprimer
  3. Bonsoir Mister Damien!

    Un article comme je les aime!

    Personnellement je n'ai qu'une seule et unique expérience sexuelle avec une fille et il n'y en a jamais eu d'autre depuis et il n'y en aura jamais d'autre!


    Je suis gay et fier de l'être!

    Je te souhaite une bonne soirée, et également une bonne et belle semaine!

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, mon cher Opti-Mystic, tu as cette expérience en plus que moi mais je ne te jalouse pas. Je n'en ai jamais éprouvé le besoin, bien au contraire. Quand une fille veut m'approcher de trop près, je m'esquive. De toute façon, j'ai très tôt fait savoir que je n'étais intéressé que par les hommes plutôt virils. Les seules filles avec lesquelles je peux m'entendre sont celles qui peuvent le comprendre et elles savent que nous ne sommes pas en concurrence car nous ne visons pas les mêmes tranches d'âges :)

      A bientôt - Bisous.

      Supprimer
  4. Salut
    C'est bien joli tout cela, mais comment explique-t-on que des mecs découvre l'homosexualité sur le tard comme moi, voire encore plus tard comme un de mes amis qui est passé à l'homosexualité à plus de 60 ans ?
    Les explications de Freud peuvent faire illusion dans le cas de mecs qui ont des relations homo trés tot dans leur vie, mais pas pour des mecs qui découvre l'homosexualité tard comme l'ami donc je parle.
    En plus je ne trouve pas ces explications de Freud trés crédibles parce que personnellement je n'avais pas de pére trop présent ou trop absent ou de mére abusive et je n'ai pas été élevé dans un milieu exclusivement féminin. Et je ne suis pas éfféminé.
    J'ai aussi une amie qui est trés masculine pas du tout féminine. C'est simple on dirait un camionneur mais elle est trés sympa et hétéro. Pourtant quand tu vois ses parents ils sont tout à fait normaux. Alors comment expliqué qu'elle soit d'allure masculine.
    En plus, dans les familles de plusieurs enfants ayant tous été élevés de la même façon, comment ce fait il qu'il y peu y avoir des gays ou lesbiennes et d'autres enfants hétéros ?
    Tout ça c'est des conneries qui ne servent qu'à justifier les brimades anti homo et justifier qu'on a des solutions pour tout. Penser que l'homosexualité est une maladie arrange peu être certaines personnes comme Freud mais franchement, on s'en fout. Le principal pour chacun est de savoir où il en est de sa vie, non ?
    Les gens feraient mieux de s'interroger sur les causes de l'homophobie, du racisme et de l'origine de la connerie humaine.
    Voilà une question : la connerie est-elle inné ou aquise ? Mon avis : je pense que ça dépend des gens.

    Bonsoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Elliott et merci pour ta participation à ce débat.

      Tu poses les bonnes questions et tes objections à toutes ces hypothèses explicatives sont très pertinentes.
      La psychologie humaine est très complexe et chaque être humain est unique, avec une histoire comportementale qui lui est propre. Même des jumeaux monozygotes ont des histoires différentes. Vouloir tout expliquer du pourquoi les gens sont comme ceci ou comme cela est illusoire.
      Comme tu le dis, le principal pour chacun est de savoir où il en est de sa vie, ce qui n'est déjà pas toujours évident.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  5. Bonjour à tous
    J'ai enfin un peu de temps à moi pour venir visiter le blog. Beaucoup de choses intéressantes à rattraper. Depuis notre retour de voyage de noce avec Lionel, je n'ai pas eu de temps à moi et en plus nous nous absentions tous les weekends.
    Notre voyage en Namibie c'est très bien passé. Je dois dire que Lionel voulait absolument visiter ce pays et que je n'étais pas trop emballé par l'idée. J'avais peur d'être déçu et j'avais fini par cédé à son idée. J'ai été bien con d'avoir des réticences parce que c'est un très beau pays et que les gens y sont vraiment sympathiques. J'ai adoré. En particulier la ville de Swakopmund, une ville en bord de mer entourée par le désert à l'architecture étonnante mélange de styles allemand et africain et peuplée de beaucoup de blanc qui parlent essentiellement l'allemand. Il faut dire que la Namibie a été colonisée par l'Allemagne qui est d'ailleurs le seul pays d'Europe a avoir des lignes aériennes directes avec la Namibie, c'est pour cela que nous sommes passé par Francfort pour y aller et en revenir. Mais à part Swakopmund le reste du pays (du moins là où nous avons visité) vaut aussi le déplacement. Malgré mes réticences de départ je suis donc ravi et Lionel aussi. Seul ombre au tableau, une perte de bagages au retour mais qui nous a finalement été livré à la maison la semaine suivante. Donc tout va bien.

    Pour en revenir à l'article ci-dessus, tout le monde peut dire ce qu'il veut du pourquoi et du comment de l'homosexualité de chacun ou chacune ou de la bisexualité ou de l'hétérosexualité des autres.
    On le dit et le voit souvent sur ce blog, à chacun son histoire. Je pense que chaque individu, homme ou femme, a cela en lui de façons plus ou moins prononcées. Et pour certains cela peut se traduire que l'on soit hétéro, d'autres bisexuels et d'autres encore homo. Bien sûr il y a des gens, comme moi, qui passent par plusieurs phases pour telles ou telles raisons la aussi décrites souvent par les divers intervenants du blog.
    Peu importe, car les explications ne sont certainement pas les mêmes pour tout le monde.
    J'aime beaucoup ton questionnement à la fin de l'article, il résume bien les choses.
    L'intolérance est-elle innée ou acquise ? Naît-on ou devient-on intolérant ? Voilà de vrai questions et avec ça tout est dit.

    Bisous et à bientôt avec grand plaisir.
    Lionel se joint à moi pour vous dire merci pour les choses gentilles dites à notre sujet sur un des articles suivant notre mariage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour François,

      Heureux de te revoir parmi nous et d'avoir de vos nouvelles.

      Je suis content d'apprendre que votre voyage de noce en Namibie s'est bien passé et que vous en êtes revenus enchanté par tout ce que vous avez vu et vécu.

      Il est vrai que la théorie de la bisexualité originelle à laquelle tu fais allusion tient aujourd'hui une place importante dans la psychologie. Ainsi nous serions tous plus ou moins bisexuels au départ et chacun évoluerait différemment sous l'influence de nombreux facteurs liés à l'éducation, à la culture, aux expériences faites tant positives que négatives, etc. Mais, le nombre de facteurs pouvant intervenir est tellement important qu'il me semble illusoire de vouloir tout expliquer. D'ailleurs, je n'en vois finalement pas l'intérêt. L'homosexualité et la bisexualité, pas plus que l'hétérosexualité, n'ont jamais fait de mal à personne. Ce qui fait du mal, c'est l'intolérance dont les homo et bi font l'objet.
      J'ai cité dans mon billet les génies dont nous aurions été privés si des études biologiques avaient permis d'éliminer des embryons porteurs de l'homosexualité. J'aurais aussi pu citer les monstres dont nous aurions pu être protégés si on avait pu faire de même avec des embryons porteurs de l'intolérance auxquels on doit les actes de terrorisme, les génocides, les guerre les plus sanglantes, ...

      Bonne journée - Bisous à toi et à Lionel.

      Supprimer
    2. Les homos et bi (hommes ou femmes) subissent l'intolérance de certains. J'en ai moi même fait les frais, ce qui m'avait valu 1 semaine d'hosto + 1 mois d'ITT. Je m'en suis remis, je suis seulement plus méfiant qu'avant.
      Mais si on veut vraiment être honnête, l'intolérance anti-hétéro existe aussi chez les homos et peut aussi être très violente.
      Elle est moins répandue que les tracasseries envers les homos, c'est un fait, mais elle existe.

      Supprimer
    3. Bonsoir Davy et merci pour ta participation à ce débat.

      Il est vrai que l'intolérance existe aussi chez les homos, que ce soit à l'égard des hétéros ou à l'égard d'autres homos (les plus âgés, les poilus ou les efféminés, ... ). Certains homos peuvent être très féroces à l'égard de leur congénères en tout cas verbalement. Mais, pour ce qui concerne la violence physique, je ne pense pas que les homos arrivent à la cheville des intolérants homophobes. Je ne connais pas d'exemple d'hétéro passés à tabac par des homos, ou de groupe homo ayant condamné à mort quelqu'un à cause de son hétérosexualité.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    4. Salut François et Lionel, bisous à vous deux.
      Et salut à ZobàDada.

      Je pense que l'on nait homo. Après cela sort très tôt chez les uns et tard chez les autres. On ne devient pas homo comme l'on peut devenir con.

      Mais ce n'est que mon avis.

      Supprimer
    5. Saalut Jeff,

      Merci pour ta participation à ce débat. Mais penses-tu qu'on peut devenir con ? Moi, j'aurais tendance à croire que certains naissent con et que, quand on naît con, on est con et on le reste. Mais, ce n'est aussi que mon avis et ce n'est pas le sujet du débat :)

      Bisous.

      Supprimer
    6. Pas toujours, certains le deviennent

      Supprimer
    7. Tu crois ? C'est possible ; par amour peut-être (on dit qu'il est aveugle). LOL

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Eh bien, mon cher Charles, il faut faire comme tout le monde quand un commentaire est trop long, le couper en plusieurs morceaux :)

      Supprimer