jeudi 17 décembre 2015

Aimez-vous les fêtes de fin d'année ?


 Ca y est, dans moins de 10 jours c'est Noël, puis se sera la Saint-Sylvestre et le Nouvel An. Je suis sûr qu'il y en a beaucoup qui seront heureux d'enterrer l'année 2015, ses maudits attentats et toutes les autres mauvaises aventures, mais qui se demanderont avec inquiétude si 2016 sera plus heureuse. J'espère qu'il y en aura aussi qui se souviendront de moments inoubliables, comme par exemple un mariage ou une heureuse rencontre, qui feront que l'année 2015 sera inoubliable pour eux.

Il y a ceux qui se réjouissent de pouvoir faire la fête et ceux qui ont hâte que tout ce cirque soit passé.


C'est vrai que les fins d'années sont loin d'être réjouissantes pour certains et qu'ils n'aiment pas du tout le foin qui est fait autour de cela, Je pense par exemple à tous ceux qui sont seuls et pour qui les fêtes de fin d'année renforcent encore le sentiment de solitude. Je pense aussi à ceux pour qui Noël est une fête de famille obligée avec les frères, les sœurs et toute leur marmaille devant lesquels il faut faire bonne figure alors qu'on préférerait aller partouzer entre mecs. Il y a aussi ceux qui ne supportent pas tout le commerce entourant ces fêtes et le trou que cela va encore faire dans leur budget déjà dans le rouge, ...


Voilà donc ma question qui n'a pas grand chose à voir avec le sexe mais qui me permettra de savoir si je dois faire quelque chose de spécial sur ce blog ou continuer comme d'habitude sans tenir compte de ces fêtes.

  • Que pensez-vous des fêtes de fin d'année ? Les aimez-vous ou pas ? Avez-vous des projets particuliers ? ou peut-être des souvenirs bon ou mauvais à nous raconter ? ...



















Bonne journée !

11 commentaires:

  1. Bonjour bel ami ! Merci pour tous ces beaux pères Noël, queuetars comme je les aimes !
    Pour ma part, j'aime beaucoup cette période qui vient perturber le train-train de la vie. J'aime bien sa part de rêve, ces paillettes et ses lumières. C'est aussi la fête de la famille et de l'amour, le moment où l'on renouvelle notre affection à tous ceux que l'on aime. C'est aussi l'instant du plaisir de faire plaisir, de chercher le cadeau avec amour pour ceux qui nous sont chers... J'aime bien aussi trouver le petit cadeau coquin qui émoustillera mon Bébé, et faire pour lui quelques photos coquines du père Noël... Mais cependant, je ne sais pas pourquoi, j'éprouve toujours une sorte de tristesse, de nostalgie... Je ne sais pas d'où çà vient, peut être un reste de ma petite enfance... Alors j'étais élevé par mes grands-parents, et je passais Noël loin de ma maman et l'un de mes souhaits de cadeaux était que le père Noël m'apporte un papa... Aujourd'hui, je n'ai toujours pas de papa, sourire, mais j'ai mon beau Bébé, mon mâle à moi tout seul, et c'est que du bonheur...
    Joyeux Noël à toi Bel ami ainsi qu'à tous tes proches et ceux que tu aimes
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christian,

      Merci pour la réponse. Pour moi, ce sera aussi la Noël en famille avec mes parents, ma soeur, mon beau-frère et leurs enfants, et ma grand-mère. Pour le Nouvel An, c'est avec mon Daddy et des amis.

      Joyeux Noël à toi, à ton Bébé, à toute ta famille et tout ceux que tu aimes.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
    2. Dans ma famille on a pas besoin de Noël pour se réunir. On s'aime trop. Noël c'est un plus et il y a les cadeaux.
      Cette année, toutefois, c'est un peu différent. C'est encore très frais pour mes parents d'avoir appris que mon mec est Philippe qu'ils connaissent depuis longtemps avec sa femme. Ma mère en est encore a éviter les magasins où elle pourrait la rencontrer car elle ne sait pas comment se comporter avec elle. C'est très gênant pour mes parents (pour elle aussi sans doute).
      Il n'empêche que ma maman m'a demandé si je passerai Noël avec eux. La question ne se pose pas pour le réveillon puisque je bosse ce jour là. Je ne suis de repos que pour le jour de Noël le 25. Je devais le passer avec Philippe (j'attends de voir mon cadeau). Il m'a dit qu'il comprendrait si je voulais aller chez mes parents, que c'était normal.
      Comme ma maman m'a senti hésiter, elle m'a proposé, avec l'accord de mon papa, de venir avec Philippe. C'était inattendu. En même temps, ils font çà pour me faire plaisir. Philippe a été surpris comme moi mais il pense que c'est encore trop tôt puisqu'il n'est pas encore divorcé.
      Alors je ne sais pas quoi répondre à mes parents. Je ne veux pas qu'ils se sentent obligés et je ne veux pas qu'ils soient mal à l'aise, ni eux ni Philippe.
      J'ai encore quelques jours pour me décider.
      Loïc le fils de Philippe ne vient pas pour les fêtes. Il est en mission à l'étranger.

      Supprimer
    3. Corentin, tu as des parents formidables. Je suppose que ta mère préfère te voir avec Philippe plutôt que de ne pas te voir du tout. Je comprends bien sûr qu'il peut encore y avoir un malaise car c'est finalement tout frais mais c'est peut-être le bon moment pour rompre la glace. A mon avis, mais je peux me tromper, tant que Philippe et tes parents ne se rencontreront pas, il y aura toujours un malaise entre eux. Mais, si Philippe ne se sent pas prêt parce qu'il n'est pas encore divorcé, c'est à voir car je crois qu'il vaut mieux que la rencontre se fasse dans les meilleurs conditions et avec le moins de stress possibles. Si tu en as encore l'occasion, ça pourrait valoir la peine de poser la question à tes parents de savoir s'ils se sentent prêts pour cette rencontre. En même temps, même si c'est pour un passage plus rapide que d'habitude, il faudrait sans doute quand même passer chez tes parents le 25 puisqu'ils montrent autant de bonne volonté à votre égard.

      A bientôt - Bisous.

      Supprimer
  2. non mon Damien. Cette periode me laisse indifferent! Je m'en fous du Noël, je ne ai plus les grands-parents. J'ai seulement mes parents, avec qui je vis. Et relativement à la fête du Nouvel An, il ya maintenant plusieurs années que je vais dormir comme les autres nuits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta réponse, mon ami Xersex. Moi, je vais dormir après minuits tous les jours donc même aux fêtes ça ne me dérange pas d'aller me coucher tard. Sauf un ou deux verres de champagne et de vin, je ne boirai pas non plus plus que d'habitude car je n'aime pas ça. Et puis, comme chez Corentin, on ne se rencontre pas en famille qu'à la Noël, et pour faire la fête avec des copains, ce n'est pas seulement au Nouvel An. Donc, c'est vrai, ça ne change pas grand chose. Sauf les cadeaux que je n'ai pas encore acheté. Le début de semaine va être chargé.

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer
  3. Noël est, certes, devenu commercial depuis déjà pas mal d'années mais c'est l'époque qui veut çà.
    Qu'est-ce qui ne soit pas commercial aujourd'hui ?
    Ce n'est pas bien grave car Noël est aussi le moment de rapprochement des membres d'une famille.
    Je me suis accordé des vacances à partir de cet après-midi jusque après le premier de l'an.
    Cette année je ferais réveillon dans la famille de Yarlaith avec ses parents, ses soeurs, le copain de Siobhan et des membres de la famille française de sa mère dont les grands parents maternels de Yarlaith.
    En effet, cet année ils ne vont pas passer Noël en Irlande comme ils le font certaines années. Son père, sa mère et sa soeur Siobhan s'envoleront toutefois pour l'Irlande le 26 et ils resterons là bas jusqu'au 2 janvier.
    Le 25 à midi on fait Noël chez moi avec ma fille Manon, mon gendre Alex et Yarlaith. La mère de Manon devrait être présente également.
    Pour le réveillon du 31, je le passerais chez mes amis habituels avec les seize même personnes que chaques années. Sauf que cette année, on sera 17 avec Yarlaith. Cette soirée est importante pour nous car le 1er janvier nous fêterons l'anniversaire de nos 1 an de rencontre et de couple sans aucun nuage.
    2016 devrait être une bonne année pour nous car Yarlaith devrait emménagé chez moi incessamment sous peu. Seule la date du déménagement n'est pas encore fixée.

    Yarlaith et moi nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d'années. Avec une petite pensée pour ceux d'entre vous qui seront malheureusement seuls pour les fêtes.
    Nous vous embrassons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jerôme.

      Tu as raison, tout est commercial aujourd'hui ou à peu près :)

      Voilà donc de bonnes nouvelles en perspective. Je vous souhaite déjà un bon anniversaire de rencontre et une bonne année 2016 de vie commune.

      Bon weekend à vous deux - Bisous.

      Supprimer
  4. Partie 1 :
    Cher Damien,
    certains font les 35 Heures et courent après les jours e RTT etc. mais toi, je vois que les fêtes n’arrêtent pas ton investissement pour le blog, sans compter les autres blogs que tu entretiens, et qui demandent des recherches différentes (et je ne parle pas de « guymauve » de ton Daddy, auquel tu as sûrement une forme de participation). Comme souvent, je réagis en retard, ayant « d’autres obligations » et ne pouvant tenir ta cadence.
    Tu nous poses cette fois une question de forme de dilemme, à savoir si les fêtes sont un moment spécial ou ordinaire. Avec tes habitudes de sainte nitouche, tu n’illustres pas le sujet avec des bûches de Noël ou de gentils sapins mais plutôt avec des lutins un peu coquin, voire lubriques, et qui donneraient bien envie de « lutiner les lutins ». Choix cornélien : faire la fête dans une partouze entre potes, ou bien manger de la dinde avec Papa et Maman, la femme, les enfants et le chien ?
    Pour ma part, le choix est doublement simple : les partouzes on peut en faire quand on veut, pour peu qu’on sache s’organiser, et qu’on entretienne la compétence technique (pas de PB, merci), et le bon cercle de relations (on y veille). En revanche, la famille pour nous c’est très important, et les traditions rythment la vie, ce sont des repères dans un monde qui change. Et puis, manger de la dinde une fois par an, c’est gérable, même si on préfère le rôti !
    De plus, comme nos parents étaient très attachés aux « traditions familiales » version Jossman, pas de besoin de choisir, c’était « fromage et dessert ! » Donc Noël, quand on était ado, c’était toujours un temps de réunion (grands-parents, oncle tante et leurs deux filles, nos parents et mon frère André et moi), deux jours tranquilles de plaisir uniquement entre nous. Noël, c’est la priorité aux jeunes, bien sûr, et nous étions les plus jeunes (les filles étaient + 4 ans et + 6 ans), aussi c’était une rare période où la priorité n’était pas le plaisir des adultes, mais celui des jeunes. La baise, au passage, n’empêche pas un bon repas, c’est une question d’organisation. On peut même combiner : comme ado j(ai joué le rôle de la tartine pour le foie gras, histoire de bénéficier d’une bonne lèche, de celle de confiture, et je te laisse deviner le type de saucisse que l’on peut se prendre quelque part, selon le type de préparation qu’on a eu. Après, les gourmands peuvent venir déguster, en t’imposant les positions acrobatiques (pour toi !) qui convient à leur confort….
    Les histoires de lutin déshabillé ont toujours eu du succès chez les gays, on en trouve même des vintage. Pour nous cela n’a duré que 3 ans : le Noël de nos 14 ans, l’idée en est venue à oncle, le plus facétieux de la bande, et qui nous a fait mettre en « slip Supermann », bonnet de lutin et chaussons rouge bordés de fausse fourrure blanche (je ne sais où il avait trouvé cela... mais père a horreur des pieds nus pour les hommes). On était mignon à croquer, et cela a croqué, effectivement ;
    L’année d’après rebelote, sauf que les cousines avaient amené leur mec, acceptés après force palabres, et que l’on d’eux était un black vigoureux qui avait bien salivé sur moi (au sens figuré, cette fois !). Là, j’ai dégusté, moi, et j’ai eu souvent le bonnet de travers!

    RépondreSupprimer
  5. Partie 2 :
    Pour le Noël de nos 16 ans, petit drame. Nous avions les hormones qui poussaient, et le désir de ne plus être uniquement passifs et de prendre des initiatives nous tenaillait, surtout moi. J’avais pris sur moi d’en parler au Père (le petit chéri d’André se voyait bien à continuer à jouer la salope soumise) et je m’étais fait bouler, au prétexte que je n’étais pas encore à la hauteur, mauvaise fois évidente : je niquais déjà sévère des adultes, j’avais même pris l’ascendant sur mon Ebouer préféré, autrefois mon dilateur résolu. Père m’a dit « cette fois-ci, au lieu de la dinde – à niquer – pourquoi on ne se ferait pas du gibier ? Tu nous ramènes une bécasse et j’y réfléchis ». PB insoluble : je voyais bien ce qu’il disait : lui trouver un petit PD dans nos potes de clases pour s’occuper en famille de son petit cul tout rond, mais comment extraire un type de sa famille, le soir de Noël ?! Eh là, « il y a toujours un Bon Dieu pour la racaille », comme disait l’ancien, l’institution du divorce m’a rendu service. Un petit blond de ma classe, pas très physique ni très, très sexy, mais troublé par mon corps de beau mec et légèrement gay friendly, s’est avéré avoir un père qui l’avait pour Nöel alors que, justement il avait prévu une fiesta avec sa nouvelle copine ! Noël, c’est aussi une tradition d’accueil, de chaleur humaine aux individus sans toit et esseulés, donc nous avons su où était notre devoir de chrétien : offrir une soirée de chaleur familiale à un pauvre petit gars qui encombrait ses parents. On l’avait un peu préparé quand même avant entre garçons, mais moderato seulement. Rien dit aux parents.
    Il se pointe chez nous à l’heure dite, avec RDV par téléphone et arrivée discretos par le garage. Tenue de lutin, lui aussi, et vite fait un gros emballage cadeau, planqué dans le débarras, sur un petit carré à roulette pour les déménagements. Les parents, eux, étaient « occupés », donc rien vu. Avant de passer au début du repas de réveillon, mon André annonce à tous les autres que nous avons un cadeau par anticipation (c’est seulement le jour de Noêl, tradition !), et là j’apporte mo cadeau en le tirant sur ses roulettes. Personne pige que couic (j’avais fixé un lampadaire sur le support, pour la lopette s’y tienne et ne se plie pas pendant le transport, histoire que cet idiot fasse tout deviner avant).
    Avant que le boss ne réagisse et, suroit, ne devine tout seul, je déchire le papier cadeau et, surprise, un minet habillé comme nous ! soufflé, l’ancien. Il avait déjà vu le type 2, 3 fois à la maison mais, là on allait u peu vite en besogne pour lui… Comme toujours, c’est grand-père qui a fait preuve du plus de sang-froid et a accueilli le blond avec amabilité. Il est resté les deux jours. Bon, surpris quand même, le jeune, et pas complètement fana au début. Parfois, on a dû insister, mais il en redemandait à la fin, donc….
    Les années suivantes, plus de lutin ! J’étais un homme, je l’avais prouvé, donc je ne jouais plus ainsi (en revanche, je voulais bien faire le cow boy). Enfin, j’ai toujours un souvenir ému pour les lutins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Charles,

      Merci pour ta réponse très complète à la question que j'ai posée.

      Pour le blog de mon Daddy, je ne m'en occupe pas trop. La collaboration se fait plutôt dans l'autre sens.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer