mercredi 16 décembre 2015

Une belle histoire d'amour d'un homo pour une femme


Les chemins de l'amour sont parfois très surprenants. S'il y a parfois des similitudes entre les histoires vécues par les uns et les autres, chaque histoire est unique ainsi que nous pouvons le constater à travers les témoignages déposées ici par les visiteurs du blog. Le fragment de vie que Simon nous a confié dans les commentaires de l'article du mardi 11 août 2015 est particulièrement original. C'est une histoire qui me plait beaucoup parce que, pour Simon, ce n'est pas le sexe de la personne qu'il aime qui a compté mais la personne aimée elle-même.


J'ai vécu pendant des années en tant qu'hétéro mais je savais que j'étais homo. Et c'est en tant qu'homo que je vis aujourd'hui. Pourtant j'ai aimé une femme que j'aime toujours et que la mort m'a volée.

J'avais 12 ans quand de nouveaux voisins se sont installés près de chez nous. Ils avaient des enfants dont une fille de mon âge. Elle s'appelait Marion et était la plus belle chose que je n'avais jamais vue. Nous sommes rapidement devenu amis et inséparables. Au bout de quelques temps j'en suis tombé amoureux et à partir de l'âge de 14 ans, on est sorti ensemble. Vers l'âge de 15 ans j'ai pourtant compris que les garçons pouvaient être responsables de certaines de mes érections. Il ne s'est rien passé car je ne voulais pas me détacher de Marion.

A 16 ans, Marion et moi avons eu notre première relation sexuelle ensemble qui était aussi notre première fois à tous les deux. Elle a été la seule femme avec qui j'ai fait l'amour de toute ma vie et j'ai été le seul homme qu'elle ait connu.

A 24 ans, on s'est marié. Nous avons eu une vie très heureuse et trois enfants.

Pendant toutes ces années, j'ai toujours été conscient de mes attirances homosexuelles mais j'en ai gardé le secret. Marion n'a jamais rien su alors qu'autrement on se disait tout. Je n'ai jamais cédé à mes pulsions homo mais je n'en étais pas frustré pour autant puisque nous étions heureux en famille Marion, nos enfants et moi.

Marion est morte à l'âge de 42 ans d'un arrêt cardiaque pendant son sommeil. Elle n'a rien senti.

Pendant les deux ans qui ont suivi, j'ai erré comme une âme en peine. Puis, pour et grâce à mes enfants, je me suis ressaisi et j'ai décidé d'aller de l'avant. C'est ce que Marion aurait souhaité.

J'ai décidé de vivre mon homosexualité, d'abord discrètement, mais j'ai finalement fait mon coming out à 49 ans. J'en ai 53 aujourd'hui.

Si Marion était encore en vie, je ne crois pas que je me serais lancé dans les relations homosexuelles. J'aurais certainement mis cela de côté comme je l'avais toujours fait, à moins que la nature aurait voulu me jouer le même tour qu'à Florent et n'aurait décidé de bloquer mes érections avec ma femme.

J'aime toujours Marion mais j'aime aussi être homo.

Ma première fois avec un homme, à 44 ans, s'est bien passé et cela me semblait à la fois étonnant et plaisant. Quant aux hommes que j'ai pu rencontré en 9 ans, je ne les compare pas avec Marion. Je sais seulement qu'avec certains d'entre eux, une seule rencontre m'a suffit et qu'avec d'autres, j'ai apprécié d'avoir plusieurs rencontres.

Je me suis fait des amis homosexuels mais je n'ai pas encore trouvé l'homme qui pourrait partager ma vie.

J'aime être homo, je n'ai pas honte de cela. Mais si Marion était encore en vie, je serais avec elle et pas avec des hommes. Je sais, c'est difficile à comprendre pour des homosexuels, j'en suis conscient. Mais il faut comprendre que je l'aimais et l'aime encore. C'est ça qu'il faut retenir.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog de vos relations ou de vos fantasmes avec un homme de votre famille, ou avec un homme plus âgé ou plus jeune que vous, qui pourrait être votre père ou votre fils, ou témoigner de votre passage de l'hétérosexualité à l'homosexualité ou de votre coming-out, ou encore si vous souhaitez raconter une histoire bandante mettant en scène un jeune avec un homme mature ou des membres mâles d'une même famille, vous pouvez m'envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur mon profil Blogger.





Bonne journée !

14 commentaires:

  1. Je me rappelle de cette histoire. Elle est belle. Être fidèle à une femme que l'on aime alors que l'on se sait homo, on ne voit pas çà tout les jours.
    L'amour est parfois bizarre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Franck,

      C'est sûr qu'on ne voit pas cela tous les jours et que c'est même tout à fait exceptionnel. C'est vraiment une belle histoire que je voulais mettre en évidence pour ceux qui n'ont pas l'habitude de suivre les commentaires ou qui ne nous suivaient pas encore quand Simon nous l'a racontée.

      Bonne fin de soirée - Bisous.

      Supprimer
    2. Non, Frank, l'amour n'est pas bizarre, il est libre comme l'air, il ne se laisse pas imposer des catégories, il concerne la personne plus que l'apparence extérieure. Sur l'échelle de Kinsey, que Zob a présentée, Simon n'est probablement pas un gay pur sucre, ce qui lui permis d'avoir une vie sexuelle épanouie avec son épouse. Puis, la page tournée, il a exploré son orientation majoritaire. Je connais de nombreux gars qui ont passé par cette transition, non après un drame terrible comme celui de Simon, mais lorsque leur épouse s'est désintéressée de cet aspect vital de la vie conjugale. Ils l'ont fait le coeur d'autant plus léger qu'ils ne baisent pas avec "une rivale" qui voudrait les accaparer. Et ils ne puent pas Chanel Nr 5 en rentrant au foyer, ce qui semblerait une méchante provocation. Dans un sens, je les envie d'avoir joui d'une capacité exploratoire qui ne fait défaut.

      Supprimer
    3. Bonjour André et merci pour ton message.

      Je suis d'accord avec ta perception selon laquelle l'amour est libre comme l'air et ne se laisse pas enfermer dans les catégories. Nous sommes tous tellement complexes et nos histoires personnelles sont tellement diverses qu'on finirait par devoir créer autant de catégories que d'individus, ce qui n'est pas évident quand on veut rationaliser les choses. L'échelle de Kinsey à laquelle tu fais référence simplifie déjà les choses tout en offrant une multitude de nuances entre le pur hétéro et le pur homo, surtout si on ne limite pas la graduation de l'échelle au nombres naturels. Mais, je pense qu'on ne doit pas se limiter à une seule échelle puisqu'on sait très bien qu'il n'y a pas d'adéquation parfaite entre le sexe et les sentiments. On peut baiser sans sentiments et avoir des sentiments sans baiser. Il faut donc au moins compter sur une double échelle. Ainsi, Simon est peut-être très proche du pur homo sur l'échelle de Kinsey sans pour autant l'être parfaitement puisqu'il a connu une histoire très forte avec Marion, tellement forte qu'elle se poursuit au-delà de la mort. Mais, sur une échelle sentimentale, il doit aussi être très proche de l'exclusivité totale qui fait que dès qu'il aime quelqu'un plus personne d'autre ne l'intéresse.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  2. dans les années passées, c'était pas facile de vivre une autre vie, j'ai connu des femmes, me suis marié, j'ai eu du plaisir, 2 enfants, une fois élevés, ma femme, plus jeune de 14 ans, voulait vivre "sa vie",nous parlions franchement et calmement, elle m'a dit d'essayer avec un ami, nous avons divorcé en plein accord, et j'ai vécu beaucoup d'expérience, avec passion, des mecs jeunes et moins jeunes, j'avais 55 ans ! aujourd'hui, un ami vit avec moi, il a 16 ans de moins, sensuel, peu sexuel, mais la vie va bien, j'ai écrit le livre de ma vie, qui ne fut pas un long fleuve tranquille, pour dire a mes enfants, mes nombreux frères et soeurs tout mes secrets et finir par mon "coming-out", à 66 ans !! (badinguet, une vie et tant de secrets, éditions baudelaire de Lyon.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Bernard,

    Pour simplifier la vie de nos visiteurs, voici le lien pour arriver directement à la bonne page sur le site des Editions Baudelaire :
    -> http://www.editions-baudelaire.com/product.php?id_product=1293

    Peux-tu nous dire comment tes enfants, frères et soeurs, et autres proches ont réagi en découvrant tes confidences ? Etait-ce plutôt positif ? Y en a-t-il qui t'ont tourné le dos en découvrant ton homosexualité ? Y en a-t-il au contraire qui se sont rapproché de toi ?

    Tu dis avoir de nombreux frères et sœurs. Es-tu le seul homosexuel de la famille ou y en a-t-il d'autres, qui se sont éventuellement révélés après ton coming out ? Tes deux enfants sont-ils hétéros ?

    Bonne journée - Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela arrive que dans une même famille qu'il y a plusieurs gays.
      Je connais un mec plus vieux que moi avec qui j'ai baisé plusieurs fois qui est issue d'une famille de 11 enfants. Les trois derniers, dont lui qui est l'avant-avant dernier, sont gays les trois.

      Supprimer
    2. Oui, c'est vrai que cela peut arriver. c'est pour cela que je pose la question à Bernard.

      Dans la famille que tu cites, trois sur onze, c'est une belle proportion, presque 30 %, qui relève la moyenne nationale :)

      Supprimer
    3. mes 2 fils sont hétéros, vivre avec femmes, ont des enfants.lors de notre divorce, leur mère leur a dit que je suis homo, ça n'a pas changé nos relation, le 2ème a vécu encore une année avec moi.dans mon livre, je parle de plusieurs secrets, dont certain sont peu important,plutot amusant, avec le recul du temps.je dis que j'ai eu un enfant, très jeune, avec une femme plus agée,10 ans avant de me marier. je l'avais dis a ma femme, pour ne pas avoir de surprise, si un jour ce fils me contactais, car je ne l'ai jamais vu.en retraite, j'ai fais des recherches sur internet, et avec un détective, qui l'a retrouvé,professeur, maitre de conférence, dans des universités aux USA.il ne désire pas me rencontrer, n'a jamais eu besoin d'un père!a la parution de mon livre, mon 2ème fils était un peu faché d'apprendre qu'il a un demi-frère de 13 ans de plus! pas de problème sur l'homosexualité,je craignais un peu avec mon frère ainé,je suis le 2ème sur 8, 3 gaçons, 5 filles, aucun autre n'est homo. une de mes plus jeune soeur est décédée à 37 ans, laissant 2 filles, et 2 ans plus tard, mon plus jeune frère est décédé à 42 ans, laissant 2 jeunes fils.c'est après ces malheurs que , voyant que la vie est bien courte, j'ai eu envie d'asouvir mes fantasme,prendre du recul.mes enfants élevés, en accord avec ma femme, nous avons changé de vie.après des années de liberté, écrit mon livre, je l'ai offert a mon frère, mes soeurs, mes 18 neveux et nièces, et des amis qui ne connaissaient pas tout de moi ! aucun problème, mon ami est reçu avec moi en famille. certains se doutaient, d'autre non. j'ai reçu des remerciements pour avoir parlé du passé de la famille, mais aussi pour la franchise. un neveu, fils de mon frère décédé, actuellement 30 ans, prof d'histoire, m'a envoyé un mail émouvant, un autre m'a dit que je suis plus épanouï et souriant que avant ! dans ma petite ville de 3600 habitants, je suis connu, ancien conseiller municipal, participant a de nombreuses associations, pas une réflexion, quelques soutiens, mon ami vit chez moi depuis 2 ans,les voisins nous voient souvent, pas de problème ! nous allons peut-ètre nous marier l'année prochaine, ce sera le 1èr mariage homos de notre commune. né dans une ferme, paysan catholique pratiquant, on ne parlais jamais de sexe avec nos parents, ma mère est décédée il y a 3 ans, sans connaitre ma vie intime, mon père est encore, 93 ans, en hopital long séjour, car usé. je ne parle jamais avec lui de ma vie,je ne veux pas le chagriné,depuis longtemps je loue des chambres a des colocataires,qui ont connu ma vie, mais avec qui je n'ai jamais eu de relation sexuelle, mon ami passe pour un colocataire aussi, peut-ètre que mon père se doute de la réalité, mais n'en dit rien ! comment parler a un homme qui allait a la messe tout les dimanches, et a vécu dans une ambiance familiale proche la boutin ? ainsi est la vie !

      Supprimer
    4. Bonsoir Bernard,

      Merci pour toutes ces réponses. Je suis heureux pour toi qu'il n'y a eu aucun problème pour faire accepter ton homosexualité aussi bien par ta famille que par tout ton entourage. Cela montre que, quand on explique les choses simplement sans faire de provocation, les gens sont prêts à accepter l'homosexualité.
      Désolé que ton premier fils n'a pas souhaité te rencontrer. N'a-t-il jamais voulu avoir de père ou ne voulait-il plus en avoir au moment où le détective l'a retrouvé ? Il s'est peut-être dit que c'était trop tard, que, si tu n'avais pas pu être là au moment où il avait besoin de toi, c'était inutile de te rencontrer maintenant qu'il n'avait plus besoin de toi. L'essentiel, c'est qu'il s'en est bien sorti dans la vie et a une belle situation. Tu n'a finalement été pour lui qu'un donneur de sperme. Tu dis que sa mère était plus âgée que toi. Etait-ce elle qui ne voulait pas de toi comme père pour cet enfant ou qui voulait l'élever toute seule, ou toi qui te trouvais trop jeune pour assumer la paternité ?
      Pour ton père, c'est vrai que ce n'est pas la peine de le perturber avec ta vie intime s'il vit retiré du monde et ne te demande rien.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    5. cette fille voulait me marier, elle m'a eu en se trouvant enceinte, alors que j'avais prévu de partir travailler à Londres. j'aurais aimé avoir le fils, mais pas la mère. le fils m'a dit qu'il ne s'était jamais posé la question de savoir si il avait un père, ça ne lui manquait pas !il ne voulait pas que je rentre dans sa vie,je lui ai dis qu'il n'en était pas question, je cherchais seulement à savoir ce qu'il était devenu, et lui ai dis que ma maison est ouverte, si un jour il veut me rencontrer. il est célibataire, a-t-il une vie secrète aussi ? je vais lui faire parvenir mon livre par sa mère, je verrai si il y a une réaction !comme je ne l'ai jamais vu, c'est plutot virtuel, c'est pas comme si j'avais vécu quelques temps avec ! merci.

      Supprimer
    6. Tout semble donc aller bien pour lui. C'est le principal. En lui faisant parvenir le livre, tu lui permets d'en savoir plus à ton sujet si un jour il le souhaite et c'est bien ainsi.

      Bonne nuit - Bisous.

      Supprimer
  4. Une histoire qui se retrouve plus que l'on croit...
    Pour ma part j'ai su très tôt mon attrait pour les hommes, et pourtant vers 17 ans je suis tombé amoureux de celle qui a été ma femme pendant plus de 30 ans. Je l'ai beaucoup aimé, mais mes attirances pour les hommes est revenue au bout de quelques années... Nous avons eu des enfants, mais j'ai fini par souffrir de cette vie de menteur, jusqu'au jour où j'ai rencontré l'homme de ma vie... Ma vie est devenu un cauchemar au point de vouloir en finir. Je suis allé en consultation chez un psychiatre en urgence... Et là, j'ai pu enfin accepter ce que j'étais... Cette psy, était une femme, elle a su me déculpabiliser et me dire que je n'avais pas le droit de me faire souffrir, que cette souffrance aurait des limites et que je jouais avec le feu...A 55 ans je faisais mon coming out , çà a été un séisme, mais notre amour des uns des autres a été le plus fort... J'ai entouré ma femme pour l'aider à passer le cap, elle par amour a accepté que je fasse ma nouvelle vie, celle à laquelle j'avais droit... Mes filles nous ont entouré l'un et l'autre et m'ont prouvé à quel point elles aimaient le papa que j'étais avant tout. Elles ont accepté mon ami, il fait partie de la famille comme elles disent. Pour ce Noël, nous allons passer le réveillon tous ensemble chez mon ex femme et son ami avec qui elle refait sa vie. Mon Bébé, cette année a accepté de venir, à l'invitation de mon ex-femme. Ma femme et moi sommes restés amis et je garde pour elle une affection nulle autre pareille... Elle sait qu'elle aura été et sera la seule femme de ma vie.
    Bisous bel ami !
    Merci pour toutes ces belles photos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage, Christian.

      Tu nous montres qu'avec beaucoup d'amour, on finit toujours par surmonter les problèmes. C'est bien aussi que ta femme ait pu refaire sa vie avec un nouvel homme et que vous vous gardez une grande affection.

      A bientôt - Bisous.

      Supprimer