vendredi 29 janvier 2016

Bertrand et les jeunes jumeaux incestueux


 A 33 ans, Bertrand a été initié à l'homosexualité par deux jeunes jumeaux incestueux de 17 ans. Il en a témoigné dans les commentaires de l'article du lundi 21 septembre 2015.


L'inceste je ne le pratique pas. Je ne connais personne de ma famille avec qui pratiquer. Mais cela m'excite beaucoup car j'ai été converti à l'homosexualité par deux frangins jumeaux et incestueux qui étaient les fils de mes voisins.

J'étais à l'époque un homme père de famille et marié de 33 ans. Ma femme était sympa, assez jolie et excellente maman pour nos bambins. Je n'étais pas un mec toujours très sérieux et je l'ai trompée quelquefois avec d'autres femmes avant notre mariage et pendant. Ce n'était pas régulier mais c'est arrivé plusieurs fois. Ma femme ne se doutait de rien.

A la recherche de nouveaux plaisirs, j'ai essayé diverses choses telles que les plans avec deux gonzesses, les plans SM (une seule fois car j'ai vraiment pas aimé et j'ai eu trop de marque au point que j'ai dû faire croire à ma femme que j'avais chuté dans un escalier) et quelques autres trucs.

Et puis j'ai remarqué que les jumeaux de mes voisins, qui avaient à l'époque 17 ans, n'arrêtaient pas de me reluquer et faisaient en sorte que je les remarque. J'ai fini par comprendre qu'ils étaient pédés. Je me suis dit pourquoi pas et un jour je leur ai proposé de m'accompagner voir une démonstration de cascadeurs si leurs parents étaient d'accord.

Le trajet jusqu'au site de cascade m'a confirmé que les deux frères étaient pédés et je leur ai fait comprendre que j'étais d'accord pour le faire avec eux, même si c'était la première fois pour moi. Cela les a fait marrer.

Après le spectacle de cascadeurs, nous nous sommes dépêchés de quitter le site et de nous trouver un coin tranquille en pleine nature pour baiser. De vrais salopes qui n'hésitaient à se bouffer la bite, le cul, s'embrasser et s'enculer. Ils m'ont aussi sucé, embrassé (j'y étais réticent au début) et ils m'ont laissé les enculer.

Après on est rentré à la maison et ils m'ont dit qu'on pouvait recommencer quand je voulais. Ce que nous avons fait souvent pendant 4 ans. Y compris chez eux en l’absence de leurs parents ou chez moi en l'absence de ma femme et des enfants. Sinon on faisait ça dans la nature.

Après ma famille et moi avons déménagé et tout s'est arrêté. Du moins avec eux puisque j'ai fait en sorte de faire des rencontres homosexuelles avec d'autres mecs après mon déménagement. Pendant les 4 ans où j'ai baisé avec eux je n'ai pas connu d'autres hommes. Et c'est aussi avec eux que j'ai été passif pour la première fois. Ils ont mis tout de même presque deux ans à me décider pour que je me laisse faire.

De temps en temps je continuais à tromper ma femme avec d'autres femmes mais pas si souvent.

Quelques années après ma femme a su que je l'avais trompé avec une gonzesse qu'elle connaissait. Elle ne me l'a pas pardonné et m'a foutu dehors. On a divorcé.

Je suis presque homo à 100 % maintenant. Presque parce que je baise avec des femmes 1 ou 2 fois par an.

J'ai 45 ans et je suis assez discret sur ma sexualité, personne de ma famille ne sait que je suis devenu homo.


 Un grand merci à Bertrand pour ces confidences.


Comme Bertrand, vous pouvez témoigner sur ce blog de vos relations avec un ou des hommes beaucoup plus jeunes ou plus âgés que vous, ou avec un ou des hommes de votre famille. Vous pouvez aussi nous confier vos fantasmes en rapport avec ces sujets, ou raconter une histoire bandante mettant en scène un ou des jeunes avec un ou des hommes matures, ou des membres mâles d'une même famille. Pour cela, il suffit d'envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve dans la colonne de droite ou du lien E-mail qui se trouve sur notre profil Blogger.


Vous pouvez encore participer à notre jeu d'hier pendant tout le week-end. Les réponses ne seront publiées que lundi.


Bonne soirée et bon week-end à tous !

10 commentaires:

  1. ahhh des jumeaux, le rève ! ça m'est pas arrivé ! la maison mitoyenne avec la mienne a été vendu aux printemps dernier, a une parisienne, qui vient en été, je ne l'ai rencontrée que 2 fois, bien sympa. une autre personne m'a dit qu'elle a des jumeaux ! je ne sais quel age, a confirmer ! des petits voisins charmants ? le fantasme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait ? Ça pourrait donc t'arriver bientôt !

      Supprimer
  2. un petit jeu qui me plairait bien j'avoue, avec des jumeaux !!!
    Bisous bel ami !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Christian,

      Ca ne nous déplairait pas non plus de baiser avec des jumeaux gays incestueux mais nous n'en connaissons pas.

      Bisous - Bon weekend.

      Supprimer
  3. Tout d’abord, merci pour ces belles images de jumeaux concentrés sur leurs caresses, appliqués à l’œuvre (mais c’est que ce sont des acteurs pros…)
    Je souhaiterais participer au débat en rapportant un témoignage de « non-baise » avec des jumeaux. Tout d’abord, tu sais que nous sommes de jumeaux(hétéro)zygotes et bi(sexuels). Nos parents nous ont éduqué très tôt avec beaucoup d’amour et d’attention.
    Une des premières choses que le père nous appris, c’était de ne pas se « regarder le nombril », aussi le fait d’être jumeaux a peu joué dans notre désir sexuel réciproque, à part le fait que la communauté d’âge facilité la communauté de capacités et de centres d’intérêt. Notre désir de différence était d’emblée marqué. En outre, pratiquement dès la puberté j’ai été identifié comme le dominant et André le dominé, et cela a simplifié et calmé beaucoup de choses.
    En conséquence, bien qu’était dès le collège une bonne salope qui allumait mes potes de classe et qui était très gentil avec les professeurs (surtout ceux qui disposaient arguments physiques probants sous la ceinture) j’ai plutôt évité les vrais jumeaux, lopettes ou macho. C’était la diversité qui nous intéressait.
    Sur le coup de 16 ans, du changement ; cela poussait et chauffait sérieux dans le slip et j’étais en train de virer vers le style actif ardent du coup de rein et là, je me serai bien fait un « duo de crevettes », dans un objectif de test de performance. Et là, queue dalle à se mettre sous la dent (à part deux viets pas terribles). Donc, frustration. Et là, boum ! Le sort nous aide : j’apprends dans une discussion entre potes qu’un de mes prof a un frère jumeau, un type assez balaise avec une barbe blond châtain. La honte. Je ne le savais pas alors que je l’avais reluqué en début d’année, car il le méritait ! Sachant la salope publique que j’étais, toujours « accueillant » envers les prof, lui n’avait fait aucune esquisse d’approche, le mec. N’ayant peur de rien à l’époque, je suis allé lui faire un peu de « rentre dedans » avec mon frère.
    Il était prof d’histoire, donc on s’est déclaré intéressés par tel point sur lesquels il a bien voulu bavarder après les cours, et puis on a fait un effort sur les cours d’histoire pour pouvoir revenir encore à la causette. Printemps, chemise à fleurs, jean taille basse serrée, poitrine musclée pour notre âge mais sensualité dans les mouvements, un peu de tortillement, des fesses et de sourires admiratifs, zut, tous les autres auraient craqué, connaissant notre réputation, et lui restait à distance même quand on s’efforçait de le rapprocher. Je suis passé au « direct », ce qui ne me plaisait pas car signe d’échec de notre séduction. On lui a dit qu’il nous plaisait beaucoup, qu’on aimait les hommes virils et que tout le lycée le savant, donc lui aussi, et que s’il voulait qu’on le retrouve chez lui ou chez nous , ou dans le local technique du lycée bien connu, de nombreuses possibilités s’ouvraient, qu’on est des faux jumeaux et on testerait volontiers de vrais jumeaux Sourire énigmatique du type, un peu de blush. Je juge utile d’ajouter que personne ne le saura, si c’est cela qui l’arête : on la fermera (on est exhib quand il le faut, mais muets comme une tombe, histoire d’être des types réglo... Et de pouvoir harponner les types qui se cherchent ou mariés etc.) et voilà que l’enfoiré nous répond que son frère est homo, mais lui non, et qu’ils ont même comme convention de rester ainsi, histoire de ne jamais se retrouver en concurrence pour des « histoires de fesse ». Le maintien de la complicité fraternelle, pour lui passait par l’exclusion du risque de compétition sentimentale / érotique, et donc par une tel choix radical. On a été dégoûtés et on s’est taillés aussitôt (mais polis quand même). Bilan, je n’ai jamais cherchés après des jumeaux et aucune occasion de passage ne s’est présentée. Mais, une autre fois, l’appétit reviendra, qui sait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le témoignage, Charles. Dommage pour vous que le prof d'histoire n'ait pas voulu rentrer dans votre jeu.

      Supprimer
    2. Nous ne nous laissons pas décourager par l'échec.
      Nous avons lancé des avis de recherche! comme il paraît que la contraception favorise les jumeaux, nous ne désespérons pas, statistiquement, d'en trouver un jour prochain (qui doivent être, toutefois non seulement jumeaux mais bandants, capables et intéressés).
      Toutefois, ce type de réaction nous conduit à réfléchir à une stratégie d'approche adaptée lorsque l'occasion se présentera.

      Supprimer
    3. Je savais que les PMA favorisaient les naissances multiples (jumeaux, triplés, quadruplés, ...) mais j'ignorais que la contraception favorisait aussi les jumeaux (homo- ou hétérozygotes ?)
      C'est une bonne idée d'avoir lancé un avis de recherche. Si ça porte ses fruits, vous devriez créer un club de jumeaux incestueux.

      Supprimer