dimanche 31 janvier 2016

Jerk off parties


 Les jack off parties ou séances de masturbation collective ont connu leurs heures de gloires dans les années '80 et '90, lorsque la communauté homosexuelle a pris conscience des ravages du sida, cette maladie que d'aucuns n'hésitaient pas à nommer le "cancer gay". Lorsque la transmission sexuelle du virus a été connue, ceux qui avaient vu bon nombre de leurs amis partir dans d'atroces souffrances et qui craignaient de subir le même sort voulaient se protéger en pratiquant une sexualité sans risque. Les plus peureux ou les moins addicts à la sodomie et à la fellation ne voulaient plus avoir de relation sexuelle directe avec des partenaires qui auraient pu les infecter. Le contexte étaient donc favorable au développement des jack off parties dans lesquelles on se masturbait en groupe en se matant mutuellement mais en s'interdisant toute pénétration qu'elle soit anale ou buccale. Les plus hardis s'autorisaient les masturbations mutuelles, les plus craintifs préféraient se branler eux-mêmes, évitant de toucher leurs partenaires de jeu et de se laisser toucher par eux, et surtout par leurs sécrétions.


Aujourd'hui, le contexte a changé. Les moins de 50 ans sont trop jeunes pour avoir été touchés de près par l'hécatombe du sida des années '80, les thérapies ont fait d'énormes progrès, la prévention ne semble plus prioritaire, la sexualité sans risque n'est plus dans l'air du temps et, retour du balancier, les jack off parties sont remplacées par les bareback parties. Loin de chercher à se protéger, les gays en mal de sensations fortes préfèrent aujourd'hui prendre des risques en avalant toute la sauce et en baisant sans capote. Il n'empêche que les séances de masturbation collective restent bien excitantes.


Voici une sélection de 5 vidéos bien sympathiques :





Pour notre ami Xersex et tous ceux qui aiment cela, voici une sélection de bonnes giclées :



31 commentaires:

  1. La branle à deux ou en groupe a été pratiquée par la plupart des hommes, au moins une fois à l'adolescence généralement. Mais beaucoup de jeunes adultes la pratiquent encore régulièrement entre amis. Il n'y a pas besoin d'être homo pour se branler en groupe. Beaucoup d'hétéro l'ont fait ou le font encore. Il suffit de voir le nombre d'annonces sur le net qui recherchent des "potes de branle". Et tous les demandeurs ne sont pas gays.
    J'ai passé mes années de collèges et de lycées en internat. Et s'est arrivé souvent que moi et d'autres, nous nous retrouvions dans le couloir des chiottes du dortoir pour discuter et parfois se branler en groupe sans que cela n'aille plus en avant que çà.
    C'était à celui qui éjaculera le premier, le plus loin et la plus grande quantité. Les mecs n'étaient pas homos pour autant.
    Je me rappelle une fois, j'étais en seconde, j'avais donc 15 ou 16 ans, je m'étais retrouvé dans le couloir des chiottes avec trois autres mecs pour se taper la discute et fumer aux fenêtres pour éviter l'odeur du tabac. Le surveillant du dortoir, un étudiant de 25 ou 26 ans est venu discuter avec nous, il était pas chiant. Et quand c'est parti à la branle, il s'était branlé avec nous. C'était sympa. Il ne l'a jamais refait avec nous à mon grand regret.
    Pareil quand j'étais étudiant à la fac. Il m'est arrivé de faire des soirées picole et film de cul où tous les mecs présents se tapaient la branlette en regardant le film. Certains mecs étaient peut être gay et d'autres non, mais cela ne dépassait jamais le stade de la branle jusqu'à éjaculation tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu dis est vrai, Yvan. Quand des hétéros se branlent entre hommes, ça n'a rien d'homosexuel dans leur esprit. Il m'est arrivé de tomber sur des annonces émanant d'hétéros qui cherchaient des potes de branle en précisant qu'ils recherchaient des mecs exclusivement hétéros, à l'exclusion des homos car ils voulaient éviter toute équivoque.

      Supprimer
  2. #1 video:
    Je souhaite juste qu'on a bu le contenu crémeux du verre en plastique! heureuse idée!!!

    bonne semaine les gars!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu serais le premier à vouloir boire tout le contenu du gobelet. Bonne semaine à toi, bellissimo ragazzo.

      Supprimer
  3. La masturbation collective c'est un must. L'avantage est que tu peux la pratiquer entre hétéro, entre gays, entre bisex, ou entre mélange de genres sans que cela perturbe ton orientation sexuelle. Je veux dire par là que des hétéros qui se branlent ensemble n'auront pas l'impression de commettre un acte gay. Pareillement quand des hétéros et des gays ou bisex se branlent ensemble, les hétéros n'ont pas l'impression de "se sentir menacer" par une exposition gay. Et cela reste très jouissif pour chaque participant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, sauf que certains hétéros préfèrent ne pas se branler avec des gays, sans doute pour éviter toutes confusions et par crainte que l'homo en demande plus.

      Supprimer
    2. C'est le risque avec nous les gays. Mais on peut être gay et savoir se contenir aussi quand on se branle en compagnie d'hétéros. Je l'ai fait et certains gars hétéros avec qui je l'ai fait savaient que je suis gay. Ils avaient confiance en moi et savaient que je n'allais pas leur sauter au paf sans qu'ils en aient envie. C'était des gars ouverts et intelligents.
      Mais c'est vrai que certains gays ne sont pas dignes de confiance.

      Supprimer
    3. Il y a de tout chez les gays comme chez les hétéros : des gars ouverts et des sectaires, des mecs qui respectent les autres et d'autres qui ne respectent rien, des mecs sympas et des rustres, ...

      Supprimer
    4. C'est vrai, il y a des gays qui sont chiants et qui veulent que tout les mecs soient gays. Ils n'ont pas de respect pour les autres. Comment tu veux après que les gens en aient pour eux.

      Supprimer
    5. Bien d'accord avec toi, Corentin.

      Supprimer
  4. Comme j'ai plus de 50 ans j'ai beaucoup pratiqué le safe sex et donc la branle , je dois dire que j'aime toujours autant ça mater un mec se branler est pour moi très excitant et me branler en bonne compagnie aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De même pour moi. Les branles collectives m'excitent toujours beaucoup et voir quelqu'un jouir me fait presqu'immédiatement jouir à mon tour.

      Supprimer
    2. Du coup ça m'excite encore plus ta réponse

      Supprimer
    3. C'est le principe de la branle collective, s'exciter mutuellement. Non ?

      Supprimer
  5. Send an invitation for the next one MY WAY. :)

    RépondreSupprimer
  6. Les plans branle de groupe, j'en fait régulièrement, çà déstresse bien. En général toujours avec les mêmes 5 à 6 potes et agrémentées de quelques fellations mais sans faire rien d'autre. De temps en temps cela change un peu du plan baise total et permet de faire des plans softs avec des potes avec qui tu baises pas habituellement. Et tu peux discuter et prendre l'apéro en même temps. C'est l'avantage.
    C'est pas mal aussi pour commencer une initiation de découverte de l'homosexualité sans forcer et sans stresser le gars qui découvre. Moi et mes potes, on en a converti plusieurs de cette manière parce qu'elle permet une approche en douceur.
    Je recommande à tous les lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est agréable de constater qu'il y a encore beaucoup de mecs qui apprécient cette activité si conviviale. Comme tu le dis, à recommander à tous !

      Supprimer
  7. C'est une pratique typiquement masculine.
    Je n'ai jamais entendu parlé de séance de masturbation entre femmes. Pas chez les femmes hétéros. Peut être chez les lesbiennes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore heureux, bien que je m'attends à tout de la part de certaines femmes revendiquant une égalité absolue avec les hommes.

      Supprimer
    2. Une séance de masturbation féminine en groupe je ne veux surtout pas voir çà. POUAH !!!
      Philippe dit surtout si ce sont des lesbiennes genre camionneuses.

      La méthode de Biroute Agile pour amener des mecs à l'homosexualité est plutôt sympa.

      Supprimer
    3. En groupe ou même en solo, la masturbation féminine ne m'intéresse pas du tout. POUAH est le meilleur mot pour décrire ce que je ressens en pensant à cela.

      Supprimer
    4. Je comprends parfaitement, j'aurais du mal aussi.
      Avant je me disais que j'essaierais bien avec une fille un de ces jours. J'avais juste peur de pas réussir à bander et passer pour un con. J'en ai de moins en moins envie.
      Philippe m'a dit qu'il me laisserait faire si je voulais essayer.

      Il m'a aussi dit que ce qu'il détestait avec les femmes, c'était de leur faire un cunnilingus. Avec sa femme, il le faisait mais n'aimait pas çà.
      Peut être qu'il n'aimait pas parce qu'il avait déjà son homosexualité en lui sans en être lucide. Il pense que c'est le cas.
      Qu'en penses-tu ?
      Au moins, il n'a aucun regret de sa nouvelle vie. Il dit que si c'était à refaire (refaire sa vie avec moi), il le referait.

      Bisous bonne nuit

      Supprimer
    5. Salut Corentin,
      Je m'appelle Steeve. C'est la première fois que je commente bien que je connaisse le blog depuis quelques mois. Je connais donc un peu ton histoire avec ton copain.

      J'ai rit en lisant ton commentaire sur la masturbation féminine et sur Philippe qui semble dégouté par les "lesbiennes genre camionneuses". Je comprends ton "POUAH".

      Ex hétéro comme ton mec Philippe, j'avais le même problème que lui. J'avais du mal avec le cunnilingus. J'évitais cette pratique avec les partenaires d'un soir chaque fois que je pouvais. C'était plus difficile de l'éviter dans une relation suivie alors dans ce cas là je le pratiquais presque contraint et forcé pour satisfaire ma partenaire. Comme Philippe, je n'aimais pas çà. Donc si je pouvais m'en passer c'était tant mieux.
      Philippe a donc toute ma sympathie.
      Je ne sais pas pour lui, mais moi j'ai compris pourquoi je n'aimais pas la pratique du cunnilingus quand j'ai commencé à développer mon attirance homosexuelle vers 27/28 ans (41 aujourd'hui). En fait j'étais gay et je ne l'avais pas compris jusque là.
      En fait, il me semble que la plupart des mecs comme Philippe et moi qui avons eu une vie hétéro avant l'homosexualité ou alors les bisexuels à préférence gay, ont du mal avec le cunnilingus.
      Il n'y a vraiment que les hétéros et les bi à préférence hétéro qui apprécie la pratique, à mon avis. Sauf si je me trompe en me faisant des idées toutes faites.

      Salut et à bientôt Corentin

      Supprimer
    6. Salut Steeve. Rien que l'idée du cunnilingus me donne des nausées et pourtant je ne l'ai jamais pratiqué étant gay depuis toujours. La simple vue d'un sexe féminin me dégoûte déjà. Je comprends donc ce que vous voulez dire toi et Philippe si vous êtes plus homo qu'hétéro.

      Supprimer
    7. Salut Steeve
      Philippe compatit aussi à ton problème. Il pense comme toi qu'il n'aimait pas le cunnilingus parce qu'il était gay sans le savoir.
      Il te fait dire qu'il a par contre trouvé dans la pratique de la fellation quelque chose qui lui convient bien mieux et qu'il trouve largement plus agréable. Il était pourtant pas à l'aise pour ses premières fellations. Mais il est devenu un expert (pour le reste aussi) à mon grand bonheur, comme tu peux le penser.
      Vous êtes tous les deux de la même génération. Tu as 41 ans, Philippe aura bientôt 46 ans (il les fait pas). Vous devez donc vous comprendre.
      Es-tu exclusivement homo maintenant Steeve ? Étais-tu marié, as-tu des enfants ?
      A-t-il était facile pour toi de passer à l'homosexualité et comment cela est-il arrivé ? As-tu des regrets ? As-tu quelqu'un dans ta vie ?

      J'arrête avec les questions. Philippe et moi te souhaitons un bon weekend.
      Au plaisir de te lire.

      Supprimer
    8. Salut Corentin et Philippe,

      Vous connaissez des gays qui n'aiment pas la fellation ? Nous, on n'en connait pas :)

      Merci pour toutes ces bonnes questions auxquelles nous espérons que Steeve répondra pour que nous le connaissions un peu mieux.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    9. Salut Corentin
      Merci à toi et Philippe pour votre mot sympathique.
      Effectivement nous sommes proches en âge Philippe et moi. Mais nous avons un parcours un peu différent, autre que notre dégout du cunnilingus.
      Je n'ai jamais été marié. Je n'ai eu avec les femmes que des relations de passages et quelques relations durables dont la plus longue était de cinq ans. Je n'ai pas d'enfant bien que, il y a un temps, père célibataire ne m'aurait pas déplu. Je n'ai plus trop cette idée actuellement.
      Mon passage à l'homosexualité (je suis maintenant uniquement homo) c'est passé sans encombres. A partir du moment où j'ai commencé à développer mon attirance pour le sexe masculin, je n'ai pas mis très longtemps à m'accepter de la sorte. C'était devenu une évidence et je n'avais pas envie de lutter contre. Cela aurais été inutile de toutes manières de se renier. Je ne comprends pas pourquoi cela est apparu si tard pour ma part (vers 27/28 ans), mais c'est comme çà. Je n'ai pas cherché à rester hétéro à tout pris. Tu vas me dire que j'aurais pu devenir bisexuel. Mais je sentais que ce n'était pas ma voie. J'avais compris qu'en fait j'étais homo et seulement homo. Je n'ai donc pas de regrets.
      Ma première fois avec un mec n'a pas été le super truc inoubliable (la deuxième non plus d'ailleurs), mais suffisante pour être sûr que j'étais fait pour être gay.
      J'ai eu quelques mecs dans des relations plus ou moins longues et beaucoup de mecs d'une fois comme tous les gays.
      Actuellement je suis célibataire et je ne cherche pas le grand amour, je laisse faire le hasard.

      J'espère que mes réponses te satisferont. Je te remercie de l’intérêt que tu m'as porté. Je vous souhaite une bonne soiré à Philippe et toi.

      Damien et Daddy
      Oui, il y a des mecs qui n'aiment pas faire des fellations.
      Je connais un mec qui n'en fait jamais. Il préfère se faire sucer sans réciprocité. Il n'embrasse pas non plus et il est seulement actif très directif et un peu brutal. Je me fait baisé par lui de temps à autres, mais çà va un moment. C'est lassant si c'est trop régulier. Je n'ai pas la même conception du sexe que lui.

      Bonne soirée à vous

      Supprimer
    10. Un mec qui n'aime ni sucer ni embrasser et qui n'est qu'actif, ce n'est pas un gay, c'est un bourrin :)

      Bonne fin de soirée - Bisous.

      Supprimer
    11. Merci Steeve d'avoir répondu.

      A bientôt

      Supprimer