lundi 21 mars 2016

Le témoignage de Nathaniel séduit par un ouvrier venu travailler chez lui


 Quand on fait appel à une entreprise dans laquelle les ouvriers font tout, il faut s'attendre à tout. Lisez ce témoignage que Nathaniel nous a confié dans les commentaires de l'article du vendredi 30 octobre 2015.


Séduit, c'est ce que j'ai été lorsque j'ai rencontré l'homme que je considère aujourd'hui encore comme l'amour de ma vie bien que notre relation est terminée.

Avant notre rencontre, ce que je connaissais de l'homosexualité, c'était juste des parties de masturbation avec des copains quand j'avais 12-13 ans voire 14. Et encore sans que l'on se touche. Je ne voyais d'ailleurs pas cela comme de l'homosexualité et je n'avais pas d'attirance pour les copains qui se masturbaient à mes côtés.

Après j'ai eu des petites amies et j'ai trempé mon biscuit avec certaines. Ensuite, j'ai rencontré ma femme, je me suis marié et je suis devenu père. Classique quoi !

Et puis j'ai rencontré Régis lorsque j'ai fait faire des travaux pour remettre à neuf les locaux de mon magasin. Je suis souffleur de verre (comme mon père, c'est lui m'a formé) et j'expose et vends ce que je fabrique dans mon magasin qui jouxte mon atelier.


Régis travaillait dans l'entreprise qui m'a fait les travaux. Pour diminuer le coût, j'avais choisi cette entreprise car elle faisait tout, électricité, maçonnerie, plomberie, etc. Régis était là pendant toute la durée des travaux. J'ai été séduit d'entrée par ce mec. Par sa personnalité d'abord, puis plus tard physiquement. J'ai rien compris à ce qui m'arrivait.

Il était jovial, marrant et nous nous découvrions des points communs presque chaque jour. En plus il s'intéressait à mon travail. On a vraiment sympathisé et on est resté en contact après la fin des travaux. Pour lui, ce n'était pas désintéressé mais je n'avais pas compris qu'il était homo.

C'est quand j'ai commencé à me sentir attiré par son physique que je me suis posé des questions sur moi-même. Il s'en est aperçu et un jour a osé m'en parler. J'étais très mal à l'aise et il m'a laissé le temps de réflexion. Et puis c'est parti entre nous. Il m'a fait découvrir un univers inconnu et même des sensations et des parties de mon corps que je ne connaissais pas. Notre relation est restée cachée pendant plus d'un an avant que je décide de quitter ma femme qui se doutait de quelques choses.

Il m'a quitté 4 ans plus tard, d'un seul coup et je ne sais pas pourquoi. Je n'ai rien vu venir. J'ai appris plus tard qu'il avait quitté le département.

Je n'allais pas me remettre avec ma femme et j'avais pris goût au sexe avec un mec, donc je suis resté homo. Je n'ai pas retrouvé de mec avec une relation aussi forte mais j'en ai eu quelques unes qui ont duré quelques temps.

Mais j'apprécie aussi les rencontres furtives entre mecs qui donnent du piquant au sexe et qui font la différence avec les relations hétérosexuelles où ce genre de relation furtive n'arrive pas souvent.


J'avais 35 ans quand je l'ai connu et que tout à commencé et 40 quand il m'a quitté. J'ai actuellement 44 ans. Régis avait un an de moins que moi.

En fait, Régis, avec qui je n'habitais pas, m'a plaqué d'abord et a quitté le département un mois plus tard.

Si on n'habitait pas ensemble, on se voyait presque tous les jours chez lui ou chez moi. J'avais les clés de son appartement et il avait un double de clés du mien.

Un soir, il m'a rendu mes clés et m'a demandé les siennes en m'annonçant que c'était fini. Il a récupéré ses affaires qu'il laissait chez moi aussi. Deux jours après, il m'a ramené un carton avec mes affaires que j'avais chez lui. J'ai demandé des explications, il n'a rien voulu dire et s'est même mis en colère. Ce n'était pas la peine d'insister. Je pensais pouvoir remettre cette explication à plus tard mais c'est la dernière fois que je l'ai vu. Trois mois plus tard j'ai su qu'il avait démissionné de son travail dans les mêmes jours où il m'a plaqué et qu'il a quitté son appartement dans le mois qui a suivi pour partir pour un autre département. Mais personne n'avait l'air de comprendre pourquoi et ne savait pas non plus où il était parti exactement. Même son grand ami, Manuel, qui est devenu un de mes amis , n'était au courant de rien.

C'est bizarre mais c'est comme çà. Avec Manuel, on en parlait souvent et on a échafaudé des théories, loufoques pour certaines, à cause de la soudaineté de cette décision. Il faut dire que la semaine précédente, Régis et moi projetions un voyage en Thaïlande qui n'a pas eu lieu du coup. On avait donc des projets.

Finalement avec Manuel on a fini par ne plus se poser de questions.

J'espère seulement qu'il va bien.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog, vous pouvez envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur notre profil Blogger.


19 commentaires:

  1. Beau témoignage qui une fois de plus prouve que rien n'est jamais gravé dans le marbre , ni sa sexualité ni même une relation .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, rien n'est jamais gravé dans le marbre mais quand un mec nous quitte comme ça sans explication, c'est très déstabilisant.

      Supprimer
    2. Affaire très bizarre !
      Soit le mec de Nathaniel s'est trouvé un autre mec et il ne voulait pas qu'il le sache, soit il y a une chose de vraiment grave, mais quoi ?

      A part cela, compliments à Nathaniel, souffleur de verre est un très beau métier.

      Supprimer
    3. Super blog.

      J'ai pas encore eu le temps de regarder en détails, j'ai fait que survoler en regardant surtout les dossiers et commentaires récents, mais je regarderai le reste plus tard quand j'aurai plus de temps.
      Je suis un jeune mec de 24 ans et je suis super fier d'être homo. Et les jeunes de mon âge, garçons ou filles, maintenant, on goûte à tout.
      Je m'évalue homo mais j'ai mis aussi des nanas dans mon lit quelquefois. Tout s'est bien passé avec elles mais je préfère les mecs de beaucoup, sexuellement, amicalement ou toutes autres critères. Peut être parce que je viens d'une famille essentiellement composée de mecs, ambiance de mecs pas pudiques, ouverts à tout et où l'homosexualité n'est pas une fatalité.

      A bientôt ma prochaine visite

      Supprimer
    4. Bienvenu ici, Evan. Merci pour ton appréciation.
      Goûter à tout et prendre ce qui convient le mieux sans se laisser influencer par les préjugés, c'est la preuve que les jeunes ne manquent pas de bon sens. L'homosexualité n'est en effet ni une fatalité ni une tare.

      Supprimer
    5. Souffleur de verre n'est pas seulement un beau métier, François, c'est tout un art ! Je suis comme toi en admiration devant ces artisans qui mettent toute leur âme dans leur travail.

      Supprimer
    6. Salut François
      Comment çà va ? Où en est Lionel pour sa recherche de mère pour son futur bébé ? A-t-il trouvé ?
      Bisous à vous deux

      Supprimer
    7. Bonjour Evan
      Joli prénom !
      Qu'est-ce que tu entends par là en disant :
      "famille essentiellement composée de mecs, ambiance de mecs pas pudiques, ouverts à tout..." ?
      Merci d'avance pour ta réponse

      Supprimer
    8. Salut Corentin
      Désolé de t'avoir fait attendre pour la réponse mais je n'ai pas pu revenir sur le blog avant ce soir.
      Je te remercie pour le "joli prénom".

      Ce que j'entends par là ("famille essentiellement...."), c'est que je viens d'une famille de cinq frères, moi compris. Ma mère est la seule femme de la famille, elle n'a ni frères ni soeurs. Mon père a un frère qui est lui même père de deux fils (mes cousins).
      Quand je dis que nous ne sommes pas pudiques, c'est parce qu'avoir été élevés entre mecs, on a toujours eu l'habitude de se voir à poils entre frangins. On est pas pudiques non plus en paroles, on se cache pas grand chose.
      Quand je dis ouvert à tout et que l'homosexualité n'est pas une fatalité, c'est parce que trois de mes frangins ont ou ont eu des relations homosexuelles plus ou moins poussés. Un de mes frère est complètement homo mais il a eu des filles dans sa vie mais plus maintenant. Un autre est bisexuel. Un autre est mariè mais il a des relations homo. Quand au dernier, il n'aime que les filles.
      On s'est souvent branler entre frangins, mais jamais plus que cela entre nous.
      Nos parents se moquent de savoir si on est homo, bi ou hétéro. Ils ne jugent pas.

      Voilà pour ma réponse
      A bientôt

      Supprimer
    9. Merci pour ces informations supplémentaires, Evan. Voilà en effet une famille très masculine et aussi très ouverte sur l'homosexualité. A bientôt.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Une façon très spéciale de souffler le verre.

      Supprimer
  3. Une émouvante histoire pour cette homme qui osé remettre en question sa vie par amour mais qui n'a pas été "récompensé" en retour. J'espère sincèrement qu'il retrouvera le bonheur et l'amour !
    Belle journée à vous deux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est ainsi faite qu'il y a a des gens qui passent dans la vie des autres comme des ouragans ; ils y chamboulent tout puis s'en vont comme ils sont venus, sans explications, pour aller faire leurs ravages ailleurs.

      Supprimer
  4. Très beau témoignage de Nathalien. Mais ce que moi je comprends pas pourquoi un mec si jovial et marrant avec qui a passé 4 bonnes années de vie en commun décide de tout oublier en seul jour !! Ce qu'il ya forcément un problème. Ha si c'était moi à la place de Nathalien je vais enquêter avant de tourner la page

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hamilo Sybi. Il semble bien que Nathalien essayé de comprendre en interrogeant tout le monde mais personne n'a rien pu ou voulu lui dire.

      Supprimer
    2. Ok mercie beaucoup kalinours.j'ai qu'en même beaucoup apprécié les images illustratives de cette histoire. Aller excellente suite à tous

      Supprimer
    3. De rien, Hamilo Sybi. Je suis heureux que ces images t'aient plu. Que tout aille bien pour toi. A bientôt.

      Supprimer