lundi 2 janvier 2017

Réveillon gay avec Charles et Marco


 Voici une histoire vieille de 20 ans que je dédie à la mémoire de Charles, malheureusement décédé, et à son ami Marco que j'ai hélas perdu de vue. J'ai passé avec eux d'excellents moments de sexe mais aussi d'amitié, et je leur en suis très reconnaissant.


J'avais rencontré ce couple intergénérationnel dans un bar gay. Après m'avoir dragué dans la backroom et voyant que je répondais favorablement à ses avances, Marco m'avait demandé de l'attendre un petit instant car il allait chercher son ami sans lequel il ne baisait jamais. Quelques minutes plus tard, Charles est venu me dire qui il était et m'inviter à les suivre pour terminer la soirée chez eux...


Cette année-là, pour le réveillon de Noël, j'étais invité chez Charles et Marco, un couple gay rencontré dans un bar au début du mois de décembre.

Comme convenu, je me suis présenté chez eux à 8 heures du soir avec les cadeaux traditionnels à déposer sous le sapin, la bûche pour le dessert et les bouteilles de Whisky et de Rhum  pour prolonger la soirée dans la bonne humeur.

Devinez qui est venu m'ouvrir la porte quand j'ai sonné...

Le Père Noël en la personne de Charles, un homme grand et fort d'une petite soixantaine d'années. Pour la circonstance, il ne s'était pas rasé depuis une bonne semaine, ce qui lui permettait d'avoir un début de barbe blanche. Il était coiffé du traditionnel bonnet rouge, d'un blouson de même couleur ouvert sur un torse dénudé et généreusement garni de poils blancs, d'un collant tout aussi rouge bien moulant dans lequel se dessinait la bosse d'un sexe particulièrement bien membré.

Après m'être débarrassé de mon manteau dans le hall, je suis entré dans le salon où m'attendait  un second Père Noël beaucoup plus jeune que le premier, trente ans tout au plus. Coiffé d'un bonnet comme son ami, fraîchement rasé avec un piercing sous la lèvre inférieur, blouson rouge ouvert sur un torse imberbe percé aux tétons et au nombril, Marco portait un jockstrap en lycra rouge dégageant des fesses lisses et fermes.

Comme je m'extasiais devant leur tenue de circonstance, ils m'ont répondu que je devais moi aussi revêtir le costume ad hoc et qu'ils m'en avaient préparé un dans la chambre. Ils m'ont alors montré le chemin et les vêtements qui m'attendaient sur le lit, puis me laissant seul pour me changer, ils sont retournés au living préparer les apéritifs. Il y avait là le même bonnet et le même blouson que celui de mes hôtes ainsi qu'un caleçon américain rouge un peu large muni d'une braguette ne fermant que par un seul bouton. Sitôt changé, je suis retourné au salon où m'attendaient mes deux compères Noël qui m'ont invité à prendre place entre eux sur le divan.

Pendant l'apéritif, un cocktail composé de Campari, vodka et vin blanc que Charles avait préparé, nous avons devisé de choses et d'autres, et plus particulièrement des petits plaisirs du sexe. Tout en devisant, mes chaleureux voisins me caressaient les cuisses, glissant de plus en plus les mains à l'intérieur des jambes de mon caleçon. Comme je n'étais pas insensible à leurs marques d'attention, je leur ai rendu les caresses, glissant mes mains sur les bosses qui se dessinaient de plus en plus fermement dans le jockstrap et le collant. Ma réaction ne s'est pas fait attendre et très vite mon sexe s'est dressé en direction de l'ouverture situé au devant du caleçon. Comme le bouton de la braguette était plus petit que la boutonnière, il a rapidement cédé à la pression et ma bite est sortie comme un diable de sa boîte sous le regard enchanté de mes deux amis.

Craignant que les choses ne s'accélèrent trop vite, je l'ai forcé, la guidant de la main,  à rentrer dans le caleçon en disant : 'hé là vous, du calme, cou-couche panier'. Nous avons repris nos verres et les avons vidés puis Marco s'est levé pour les remplir. Comme il était penché pour servir, il avait le derrière légèrement relevé vers nous ce qui a permis à Charles de le prendre par les fesses pour les écarter en me montrant le 'beau petit trou chaud' de son ami qui n'attendait que ma 'teub impatiente'.
Il s'est alors levé pour aller chercher des préservatifs et du lubrifiant dans sa chambre, puis revenu avec son matériel l'a tendu à Marco. Celui-ci s'est penché vers moi, m'a sorti la queue et les couilles par la braguette pour me les enduire abondamment de lubrifiant. C'étaient des caresses très agréables de nature à accroître mon érection si bien que ma bite s'est retrouvée raide comme une barre de fer en un rien de temps. Pendant que Marco s'occupait de ma pine, Charles lui préparait le cul, l'imprégnant d'une grande quantité de lubrifiant qu'il faisait entrer avec les doigts, allant même, 'pour que ce soit bien fait', jusqu'à lui introduire de plusieurs centimètres le flacon dans le cul.

Après ces préparatifs bien agréables, Marco s'est retourné vers Charles, se penchant vers le collant, s'est mis a lui bouffer le sexe à travers le lycra. Son cul relevé s'offrait à moi et à mon dard  que je lui ai enfoncé prestement, bien à fond, d'un coup sec sans que je ne rencontre véritablement de résistance.

Il avait maintenant fait descendre le collant de Charles à hauteur des genoux dégageant une queue longue de plus de 20 cm et large d'au moins 6 cm, ainsi q'un gros paquet de couilles grosses comme des quetsches pendant facilement à plus de 15 cm. Marco léchait avidement pendant que je le limais ardemment, m'enfonçant jusqu'à la garde à chaque coup de rein en écrasant mes couilles contre ses fesses. Encouragés dans nos mouvements par les exhortations de Charles, nous avons poursuivi ce manège pendant un bon bout de temps.

Ma queue, de plus en plus excitée par ces mouvements de navette dans la gaine moite de Marco, serrée par les contractions de son anus, était sur le point d'exploser. J'était en sueur, mon cœur battait de plus en plus fort et ma respiration se faisait de plus en plus rapide ;  Marco gémissait et Charles y allait de plus belle dans ses exhortations, lâchant des expressions de plus en plus vulgaires. Ne voulant pas être le premier à gicler, je me suis retiré prétextant le besoin de  boire un peu. J'ai rempli les verres de ce qui restait de cocktail et ai tendu le sien à chacun de mes partenaires de plaisir. Après avoir vidé le sien cul sec, Charles s'est dirigé vers le cul de Marco pour le ramoner de sa longue bite épaisse. A quatre pattes devant Marco, je me suis occupé de sa queue toujours enfermée dans le jock strap. Je l'ai sortie par dessous avec le paquet de couilles. Quoique déjà bien ferme, il n'était pas en complète érection au moment où j'ai commencé à m'en occuper, mais je le sentais sensible, réagissant à chacun de mes coups de langue portés tantôt sur les couilles, tantôt sur la hampe, tantôt encore sur le gland. Il s'est durci rapidement et, pendant que je lui massais le gland décalotté tout en lui léchant les couilles, j'ai senti qu'il mouillait abondamment. Cette réaction m'ayant donné envie, j'ai entrepris de le sucer en lui malaxant les couilles avec les mains.

Marco faisait aller son cul d'avant en arrière glissant sa pine chaude entre mes lèvres jusqu'à enfoncer son gland au fond de ma gorge ; Charles haletait, excité par le mouvement de cul de Marco qui lui branlait davantage encore la queue. A voir les gouttes qui  perlaient sur son front et à entendre l'intensité de sa respiration, j'ai compris qu'il ne serait plus long à jouir.

C'est à ce moment que Charles s'est retiré de Marco, sa queue décalottée était luisante et son gland écarlate semblait prêt à exploser. Faisant coucher son ami sur le dos, il lui a relevé les jambes,  écarté les fesses pour qu'apparaisse bien son trou dilaté et m'a dit que c'était mon tour d'y aller.

Je n'ai eu aucune difficulté pour m'enfoncer à nouveau dans ce trou bien ouvert en tenant les jambes de Marco bien relevées au dessus de mes épaules. Assis à hauteur de la tête de Marco, Charles en se caressant promenait sa queue et ses couilles sur le visage de Marco qui, bouche ouverte léchait ce qui passait à portée de sa langue. En même temps, il se branlait de la main droite et se pinçait les tétons de la gauche. Le spectacle de l'excitation de mes hôtes exacerbait mes sens et décuplait la vitesse et la force de mes coups de rein. Mon cœur battait de plus en plus vite, ma respiration était de plus en plus rapide, je transpirais comme un bœuf, à chaque coup de rein, un cri s'échappait de ma gorge. Marco gémissait et Charles, qui maintenant se branlait violemment, léché aux couilles par Marco, répondait à chacun de mes cris par des 'oui, oui'.

Soudain, les gémissements de Marco se sont transformés en un long râle, son anus s'est contracté sur ma bite au point que j'ai senti que je ne pouvais plus empêcher la jouissance. J'ai eu tout juste le temps de sortir d'un coup sec de retirer le préservatif et de me comprimer le sexe pour empêcher le jus de sortir. Tout en continuant à se branler, Marco s'est mis à gicler dans tous les sens projetant son foutre chaud partout autour de lui, sur Charles et sur moi. Relâchant la pression de ma main qui faisait garrot sur ma pine, j'ai craché tout mon jus sur le thorax de Marco, sur son visage et sur le sexe de Charles qui, aussitôt après,  s'est relevé pour juter sur Marco et sur moi.

Après avoir giclé tout son foutre et s'être secoué la bite pour faire tomber les derrières goûtes sur Marco toujours couché, Charles s'est approché de moi et, frottant son corps contre le mien m'a embrassé à pleine bouche. Marco s'est alors relevé pour venir se coller à nous et mélanger sa bouche aux nôtres, nos langues se léchant tour à tour.

Après cet agréable apéritif, nous sommes passés ensemble sous la douche avant de prendre place à table pour le dîner.

Très agréable, la douche que nous avons prise ensemble !!! Il faut dire que nous étions un peu à l'étroit et serré les uns sur les autres si bien que nos corps se frôlaient et que nous nous sommes retrouvés tous les trois en érection, les trois sexes se croisant comme dans une partie d'escrime. Nous nous sommes savonnés mutuellement insistant bien sur les endroits les plus sensibles et que nous trouvions indispensable de rendre le plus propre possible. C'est ainsi que les entrejambes, les raies des fesses, les petits trous, les testicules et les pénis n'ont pas échappés à notre vigilance. Nous nous sommes ensuite essuyés mutuellement, en échangeant de multiples baisés et sans oublier de nous sucer l'un l'autre. Evidemment, après ce qui venait de se passer et afin de ne pas gâcher la suite de la soirée, nous ne sommes pas allés jusqu'au bout et aucun de nous n'a joui. En plus, il fallait penser à dîner car il n’était déjà pas loin de 11 heures du soir et il ne pouvait donc pas être question de faire durer les plaisirs dans la salle de bain.


Après la douche nous nous sommes rhabillés. Estimant que les blousons rouges de Pères Noël étaient un peu chauds, Charles est allé chercher 3 t-shirts blancs et, pour faire plus habillés en cette soirée de réveillon, trois nœuds rouges.  Constatant que son jockstrap était souillé de sperme, Marco n'a pas voulu le remettre et nous a convaincu que ce serait plus agréable de rester ainsi la queue à l'air. Charles a cependant fait remarquer que ce n'était guère habillé pour une nuit de Noël et il est allé chercher du ruban rouge pour en habiller les sexes d'un beau nœud bien serré comme un cockring.

Je passe les détails du dîner : huîtres et champagne en entrée, chevreuil, airelles et pommes dauphines, le tout arrosé de bourgogne en plat de consistance.

Entre le plat de consistance et le dessert, il était prévu de passer au salon pour la découverte des cadeaux. Ce que nous avons fait.  Je dois préciser ici que nous avions pas mal bu : en plus des cocktails en apéritif, une bouteille de champagne et une deuxième - dont il restait quand même 3 bons quarts - ainsi qu'une bouteille et demie de bourgogne.

S'avisant qu'il restait encore pas mal de champagne dans la bouteille, Charles l'a prise au salon en me disant : 'tu vas voir, Marco aime beaucoup ça'.  Puis, après avoir secoué la bouteille, le doigt sur le goulot, il m'en a aspergé le sexe en demandant à Marco de me montrer combien il aimait le champagne.  Evidemment, sans se faire prier davantage, Marco s'est  agenouillé devant moi, langue au niveau du sexe pour me lécher. Secouant de nouveau la bouteille, Charles s'en est aspergé aussi en disant que moi aussi j'allais apprécier cette manière de boire le champagne. J'ai acquiescé en me penchant vers le sexe de Charles pour n'en perdre aucune goutte. Après avoir secoué une nouvelle fois la bouteille, il en a aspergé Marco en disant que lui aussi, il aimait boire le champagne de cette manière.

Quand la bouteille s'est retrouvée vide après quelques aspersions de ce type, Charles est parti à la cuisine en chercher une nouvelle afin que nous puissions continuer le jeu 'dans la joie et la bonne humeur'. Les t-shirts étant plutôt gênants pour ce genre de sport, nous les avons enlevés. Après avoir fortement secoué la nouvelle bouteille, Charles a fait sauter le bouchon en dirigeant le goulot en direction de Marco couché nu sur le sol. Aussitôt parti le bouchon, le champagne à jailli sur le corps de Marco comme un giclée de foutre après une longue excitation.  Puis, après avoir répandu le vin de manière uniforme sur son corps, nous l'avons léché goulûment.  Il devait en effet beaucoup aimer ça, car durant toute la séance, il ne cessa pas de gémir de délice en se léchant les lèvres. En tout cas, ça le faisait bander fortement. Je dois dire que moi aussi, j'aimais beaucoup ce jeu et mon sexe manifestait son plaisir par un fort gonflement. Celui de Charles n'était pas moins sensible et se dressait fièrement contre son ventre.

Après un bon moment passé à nous lécher et à nous frôler les corps l'un contre l'autre, car dans l'aventure ma langue rencontrait de temps en temps celle de Charles et nos sexes s'entrecroisaient, Charles s'est relevé en disant qu'il n'y avait plus de champagne sur le corps de Marco. Remarquant alors qu'il y en avait sur le sol, il l'a fait se lever et mettre à quatre pattes en lui disant qu'on avait bu plus que lui et donc que c'était à son tour de lécher ce qui était par terre.

Marco s'est mis à quatre pattes sans rechigner, la langue par terre pour lécher le champagne qui commençait à coller et le cul bien relevé comme si il avait encore envie de se faire mettre.
Profitant de l'occasion, Charles a repris la bouteille qui était encore à moitié remplie et, après l'avoir de nouveau bien secouée, il l'a plantée profondément dans le cul gourmand de son ami. En continuant à l'agiter, il l'a fait aller et venir dans ce cul de salope en la relevant toujours de plus en plus.
Le cul devait être bien rempli car le champagne débordait et coulait le long des couilles, de la queue et des cuisses. Voyant ça, Charles m'a fait signe de venir lécher. Il a retiré la bouteille pour lécher à son tour le cul de son ami pendant que je lui suçais la queue parfumée au champagne. Ensuite, il m'a invité à échanger nos rôles et à placer ma bouche en dessous de son trou pour bien lui bouffer le cul. Ce que j'ai fait avec délectation car il avait un excellent goût de champagne, ma langue lui titillant l'anus et essayant même de s'y introduire. J'étais très excité par ce jeu qui me faisait bander dur.
Soudain, l'anus de Marco s'est relâché, libérant le champagne qu'il retenait et qui du coup s'est retrouvé dans ma bouche. J'ai tout avalé par surprise, mais sitôt ressaisi, je me suis redressé en le traitant de salope. Puis voyant son trou mouillé et mon sexe en érection totale, je m'y suis enfoncé d'un coup brutal et me suis mis à le bourrer de violents coups de reins en lui disant qu'il méritait une leçon.  Il m'a répondu qu'il était bien d'accord et que je devais lui donner les coups de triques qu'il méritait.

Charles trouvait la scène amusante car cela l'a fait rire, mais très vite il nous a rappelés à l'ordre disant qu'on devait encore ouvrir les cadeaux avant de passer au dessert.
Avisant qu'il restait un peu de champagne dans la bouteille, il l'a plantée à nouveau dans le cul de Marco en disant qu'il ne fallait pas laisser ça là. La bouteille vidée dans l'arrière train de Marco, Charles s'est accroupi derrière lui la bouche grande ouverte, il lui a ensuite donné de grandes claques sur les fesses, un grand jet est sorti du cul de Marco pour aboutir dans la bouche de Charles satisfait.


Nous avons ouvert les cadeaux en buvant ce qu'il restait de bourgogne.

Pour Charles, j'avais apporté un boxer avec braguette à pression et pour Marco, un slip transparent zippé. Charles avais pris un gode pour Marco et un DVD pour moi. Quant à Marco, son choix s'était porté sur un chap's en latex pour Charles et un cockring pour moi.

La remise des cadeaux s'est terminée par une séance d'essayage dont je vais vous passer les détails. Charles a voulu que je l'aide a boutonner le boxer en ajustant bien dedans sa bite qui voulait faire des caprices, se gonflant d'orgueil sous mes doigts à l'idée de trouver une si charmante parure. Marco a ensuite  demandé que je le laisse mettre le cockring autour de mon sexe, profitant au passage de l'occasion qui lui était donnée de s'amuser avec ma queue et mes boules qu'il ne s'est pas privé de manipuler outre mesure de ses mains à la fois fermes et délicates. Enfin, pour que chacun ait son compte, il a insisté pour que je l'aide à mettre son slip et surtout à positionner de manière avantageuse sa teub dedans. Ainsi vêtus, Charles de son boxer finalement déboutonné, Mario de son slip transparent et moi de mon cockring, nous sommes repassés à table pour prendre le dessert. Ensuite, nous nous sommes servi un bon verre de whisky avec lequel nous sommes retournés au salon pour poursuivre l'essayage et visionner le DVD.

Après avoir ôté le boxer, Charles a enfilé le chap's. Puis, s'emparant du gode et d'un tube de lubrifiant, il m'a demandé d'enlever le slip de Marco. Nous avons fait place nette sur la table du salon pour que Marco puisse se coucher dessus, les jambes relevées sur ses épaules, pendant que Charles lui travaillait le cul des deux mains en l'enduisant abondamment de gel lubrifiant. Pour ma part, je me suis placé de l'autre côté de la table, à la tête de Marco, penché vers lui pour travailler ses seins, puis la bite et les couilles. Dans cette position, j'avais le sexe au niveau du visage de Marco qui en a profité pour me lécher les boules et me prendre la tige en bouche et me sucer. La séance s'est prolongée quelques temps car Charles voulait y aller progressivement dans le travail du cul avec le gode, 'en douceur et avec finesse'. Pour ma part, mes mains voyageaient sur le corps de Marco, le caressant partout, lui travaillant tantôt les couilles et la queue, tantôt les tétons.  Mon sexe se promenait sur son visage, se glissant sous son nez, se laissant caresser par sa langue, pénétrant dans sa bouche. Parfois, je quittais ma place pour aller prendre une grande gorgée de whisky dont j'avalais une partie gardant l'autre pour la refiler à Marco dans un baiser mouillé. J'en profitais aussi pour aller voir du côté de Charles comment il travaillait le cul avec le gode.

Ces petites diversions m'étaient nécessaires car j'étais tellement excité par tout cela qu'il fallait parfois me soustraire des caresses de la langue et des fellations pratiquées par Marco pour ne pas jouir. Pourtant, à un moment, j'ai failli le faire et il m'a fallu un énorme effort de concentration et de contraction de tous mes muscles pour ne pas juter. Je suis alors allé me mettre derrière Charles pour lui travailler le cul à sa plus grande satisfaction. Il a écarté les jambes, se penchant davantage vers Marco et relevant légèrement le cul pour que je puisse accéder aisément à sa rosette que je n'ai eu aucun mal à dilater avec un peu de gel. Il était évident que je n'étais pas le premier à m'occuper de ce vieux cul qui en plus de quarante ans de service avait dû en recevoir de toutes les dimensions.

La chaleur était intense, les corps, à leur tension maximale, transpiraient fort et Marco gémissait de plus en plus de plaisir. Les manipulations que j'exerçais dans le cul de Charles que je pressais et tirais vers le bas lui avait redressé la bite qui se tenait bien droite et décalottée à l'horizontale quand il a décidé de retirer le gode du cul de Marco. Après l'avoir fait se retourner et de se coucher sur le ventre, il s'est couché sur lui et d'un coup lui a enfoncé la bite dans le cul. Le cul de Charles s'offrait ainsi à moi et, me plaçant au dessus des deux autres, je me suis enfoncé vigoureusement dans son trou bien dilaté. Utilisant mes jambes comme ressort, j'ai entrepris un agréable va et vient. Chaque fois que je m'enfonçais dans le cul de Charles, celui-ci s'enfonçait dans celui de Marco. La navette n'a pas duré longtemps. Très rapidement Charles a lancé un immense râle de plaisir et j'ai senti les contractions de son anus m'enserrer la bite. Pressé par les contractions de Charles, il ne m'était plus possible d'éviter la jouissance et dans un mouvement de reins, je me suis prestement dégagé. A peine sortie de son trou, ma bitte  à craché tout son foutre sur le dos et les fesses de Charles. Après un moment d'immobilisme, l'air complètement détendu, Charles s'est retiré laissant voir sa grosse bitte décalottée luisant de foutre frais.

Comme Marco restait lui aussi immobile et détendu, comme endormi, Charles est venu se placer devant lui, la bite devant le visage pour qu'il puisse lécher le sperme. Quand Marco s'est finalement relevé, nous avons remarqué qu'il avait lui aussi juté sur la table et que son ventre en était rempli.

Ces petits exercices nous ayant donné soif, Charles nous a rempli un grand verre de whisky à chacun et nous nous sommes assis l'un à côté de l'autre sur le divan, Charles au milieu.
Nous sommes restés ainsi plus d'une heure encore à boire et à nous câliner, sans vraiment beaucoup parler. Après quoi, Charles nous a invités à passer au lit où nous nous sommes endormis enlacés.












20 commentaires:

  1. Bonsoir

    Je suis rentré de bonne heure. Pas beaucoup de clients au restaurant ce soir, mais on a fait le plein à midi. Et pour le réveillon aussi bien sûr.

    Je suis bien content que les fêtes soient terminées. Philippe reprend le travail demain et moi je continue. Je ne serais de repos que jeudi et vendredi prochain. Je vais voir si je peux prendre rendez-vous pour finir mon tatouage.

    Et vous ? Avez-vous passé un bon réveillon ? J'espère que vous n'avez pas trop bu !

    Très belles photos , j'adore le barbu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Corentin. J'imagine que le réveillon n'a pas dû être de tout repos pour toi et que tu as dû dormir peu avec le déjeuner du dimanche midi à assurer en plus. Je comprends donc que tu sois content que tout cela soit fini. Si tu es en congé jeudi et vendredi, tu pourras fêter les Rois avec Philippe, voilà qui pourra un peu compenser le réveillon que vous n'avez pas pu passer ensemble.
      Notre réveillon s'est bien passé, il était plus de 5 heures du matin quand nous sommes allés nous coucher et nous nous sommes levés après 15 heures.
      Comme tu peux le voir, nous avons choisi un barbu tatoué spécialement pour toi ;o)

      Supprimer
  2. aucun reveillon pour Xersex. Cette période est vraiment moche, marquée par une grippe depuis Noël et non encore résolus maintenant. Je n'attends que ma santé.

    Ici j'aime les images juteuses. peut-être un peu de sperme pourrait me aider, en plus du sirop contre la toux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous te souhaitons de retrouver très rapidement une très bonne santé. Il n'y a pas de doute, un bon sirop au jus d'homme soigneusement sélectionné pour sa pureté devrait te remettre rapidement sur pieds. Mais attention, tu dois en choisir du très bon, exempt de tout virus, sinon ça risque de faire pire que mieux !

      Supprimer
  3. Bonjour tout le monde
    Bonne année et bonne santé à vous tous.

    Je viens de passer un bon après midi au chaud dans mon lit avec Julien, le gars marié que j'ai rencontré quelques jours avant Noël et qui voulait qu'on se revoit. Je pense qu'on est parti pour se voir souvent. Rien que la semaine dernière, on s'est vu trois fois.
    Aujourd'hui, on a parlé de se faire un plan à plusieurs. Je connais au moins deux autre mecs qui, je pense, seront partant et lui connait un mec qui adore les plans à multiples partenaires. Plus un autre auquel il demandera si cela l'intéresse. Par contre je n'ai pas forcément envie de recevoir tout ce monde chez moi mais vu la température ses jours-ci, le faire dehors est exclu. Et c'est pas chez Julien qu'on pourra puisqu'il est marié. Mieux vaut éviter les ennuis.

    Par contre, dans un autre registre, vendredi soir j'ai couché avec une femme. Je devrais plutôt dire que j'ai baisé une femme (une jeune de 29 ans), cela est plus juste à dire si vous percevez le nuance. Et en un quart d'heure, c'était terminé.
    Franchement ? Je préfère Julien !

    Bonne année à tous, mes meilleurs de bonheur et de santé.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Vianney ! L'année 2017 s'annonce donc sous d'heureux auspices pour toi.
      Si je compte bien, ça pourrait vous faire un plan à six. C'est déjà pas mal pour une partouze et ça reste tout à fait gérable. Il n'y en a que deux qui te sont encore inconnus. A toi de voir si tu peux faire confiance aux trois autres que tu connais déjà et plus particulièrement à Julien qui amènerait les deux inconnus. Sinon, il faudra attendre la bonne saison ou alors vous diriger vers un club privé où cela peut se faire, si un tel club existe près de chez vous.
      Une baise d'à peine un quart d'heure avec une femme, on ne peut pas vraiment dire que c'est coucher avec elle.
      Meilleurs vœux de bonne année !

      Supprimer
    2. Dis donc Vianney, tu deviens de plus en plus chaud avec les mecs !

      D'après ce que tu nous racontes régulièrement, tu n'as pas si souvent que cela des relations avec des femmes.
      Et si en plus cela ne dure qu'un quart d'heure, à mon avis, tu bascules de plus en plus vers une sexualité exclusivement masculine.

      Supprimer
    3. Oui, Corentin, je sens que Vianney deviendra bien vite exclusivement homosexuel :o)

      Supprimer
    4. Je pense aussi que notre ami Vianney s'achemine vers une sexualité exclusivement homosexuelle. Essayer c'est l'adopter comme on dit.

      Vianney ne semble pas pour l'instant vouloir se séparer de son côté hétéro. Il a raison, si cela lui convient encore, pourquoi s'en priver ?

      Par contre, le fait que sa dernière prestation avec cette dame n'ait duré qu'un quart d'heure ne remet pas en cause ses performances sexuelles envers la gent féminine.
      Après tout, nous n'étions pas là pour voir. Peut être que la dame en question ne souhaitait qu'un petit coup rapide et que c'est exactement la prestation que Vianney lui a servi sur un plateau (si on peut appeler cela comme çà).

      Vianney nous éclairera peut être.

      Supprimer
    5. oui, Vianney nous dira certainement. De toute façon, rien ni personne ne l'oblige à faire un choix tant qu'il peut prendre son plaisir là où il se présente.

      Supprimer
    6. Il a bien raison

      Supprimer
    7. François a tout compris. Cette "dame" ne souhaitait qu'un coup rapide. Et je dois dire que cela faisait bien mon affaire. Elle n'était pas vraiment mon genre. Quoi que, après çà, je me demande si j'ai toujours un genre de préférence concernant les femmes.

      Merci François de penser que cela ne remet pas en cause mes performances. C'est vrai que comme je l'ai écrit, on pourrait croire que j'ai fait du bâclé par manque de performances sexuelles.

      Supprimer
    8. Nous ne doutons absolument pas de tes performances, Vianney, c'est plutôt que nous nous demandions si ton appétit pour les femmes n'était pas en train de s'émousser au profit de celui pour les hommes.

      Supprimer
  4. Salut mon ami. Une année heureuse nouvelle pour toi, ta famille et tes amis.Je veux faire des liens avec tes dessins dans mon blog.Je voudrais également pubicar en français. je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luis et bonne année à toi ! Tu peux sans aucun problème enregistrer les dessins et bandes dessinées qui se trouvent ici pour les publier sur ton blog. Muchos besos a usted!

      Supprimer
    2. Je vais aussi essayer de traduire en français l'une ou l'autre bande dessinée qui se trouve sur ton blog. Je te le signalerai bien sûr quand ce sera fait et je mettrai le lien vers la version espagnole. Merci.

      Supprimer
  5. Belles photos; ce n'est pas ce qui va arranger ma trique.

    Je n'ai pas le temps de lire l'histoire. Trop longue et je dois encore me préparer et me laver le cul pour ma sortie de ce soir.

    Bonne bourre et bonne partouze à Vianney. Pour un gay récent, tu t'éclates.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'es pas prêt, tes amis de sortie pourront t'aider à te laver le cul tout en s'occupant de ta trique.

      Supprimer
    2. Merci Jeff

      Supprimer